28 décembre 2010 2 28 /12 /décembre /2010 22:14

 

Cartes postales de l’ensemble de Smolny construit par Rastrelli.

 

Cathédrale Smolny - St Petersbourg-08Quelle journée, ce 22 juin 2009. Nous avons visité six sites remarquables. Petite collation dans une célèbre pâtisserie, puis course jusqu’à l’ensemble de Smolny un peu à l’écart sur la rive gauche de la Néva. Ensuite, court passage à l’Hôtel avant la nuit blanche à contempler les ponts qui se lèvent et le passage des bateaux remontant la Néva depuis le golfe de Finlande…

 

Sur le programme est écrit « visite de l’ensemble de Smolny ».  Il est plus de vingt heures quand le bus nous dépose. C’est peut-être les nuits blanches, le solstice d’été, mais la lumière est terne. C’est pourquoi sur les photos t’as remplacé le ciel gris par une lumière de soir d’été. Les couleurs des édifices, cathédrale et institut (ancien couvent) ressortent avec plus d’éclat. L’espace est gigantesque, et notre longue journée, nous interdit d’en faire le tour.

 

Les historiens disent que c’est de l’institut que Lénine dirigea la révolution d’octobre 1917.

 

Ci dessous les liens vers d’autres visites des cathédrales de St Petersbourg.

 

st-sauveur-du-sang-verse-10-les-coupoles.jpg

 Eglise du Sauveur sur le sang versé. Un des grands moments de la visite de St Petersbourg
 st-isaac-17---st-petersbourg--.jpg  Cathédrale St Isaac. Chef d'oeuvre du français Monferrand
 st-pierre-st-paul-04---la-Cathedrale.jpg  St Pierre et St Paul: Cathedrales de 1703 construite dans la forteresse de Pierre le Grand

 

Précédent: Résidence impériale de Pavlovsk 

Début: Nuit blanche à St petersbourg.

Repost 0
13 septembre 2010 1 13 /09 /septembre /2010 07:33

 

St Petersbourg (19)

 

ensemble de Pavlovsk près de st Petersbourg-25Après les monuments « colossaux » de St Petersbourg, de Peterhof, Le site de Pavlovsk te paraît harmonieux par ses proportions et ses couleurs douces. La lumière l’aide vraiment. Comme toujours il faut attendre son heure, mais le péristyle à colonnade permet de déambuler tranquillement.

Au cœur de la place en terre battue ocre, la statue de Paul 1er qui développa le site. A l’origine une terrain offert par Catherine II en l’honneur de la naissance de son premier petit fils. Touchant ! non ?  Le premier architecte fut un écossais, Charles Cameron.  A partir de 1796, le successeur fut Vincenzo Brenna à qui l’on doit l’expression des décors plutôt brillant des différentes salles.

Dans le diaporama, une photo des ruines de ce palais avant la reconstruction au vingtième siècle, après la seconde guerre mondiale.

C’est brillant, somptueux, mais plein de charme…


A Suivre: Cathédrale de Smolny 

Précédent : Tsarskoié Sélo

Début : ma nuit blanche à St Petersbourg

Repost 0
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 14:09

 

Suite de notre visite au palais et dans le parc de Tsarköe Selo

St Petersbourg (18)

 St petersbourg - Tsarkoe selo --37

Dans le premier sujet je t’ai montré les photos du Palais de Catherine la Grande. Les intérieurs. J’avais signalé les trésors de ces palais ravagés par la dernière guerre. Les décors d’ambre avaient été complètement soustraits, il a fallu les reconstruire. Tu trouveras quelques clichés de tableaux ou photos, exposés dans le palais qui montrent ce qu’il était avant la guerre, ce que la guerre en a fait. Je ne suis pas un chantre de la Russie, mais j’imagine quel pourrait être notre ressentiment si Versailles ou Chenonceau avaient été détruits par la dernière guerre ?

Les reconstructions, la restauration des ouvrages détruits ont du engloutir bien des impôts.  C’est toujours pour moi une interrogation, l’argent dépensé à reconstruire le passé quand le présent est si difficile, et que tant d’hommes manquent du nécessaire. Mais la mémoire construit la conscience civique. Quel citoyen serions-nous, si nous ne savions rien des projets, réussites et échecs de ceux qui nous ont façonné notre monde?

Et les symboles ! Pour moi, Versailles, c’est l’écrasement de la commune de Paris. Te dire comment je traverse la ville…

La visite du parc ou plutôt des jardins de Tsarköe Selo est un petit régal. Ce 22 juin 2009, un joli soleil, on se chauffe. Ce sera aussi notre journée la plus longue : encore quatre monuments à visiter avant de nous poser sur le bateau qui nous fera visiter les canaux de la Néva début de notre nuit blanche à st Petersbourg.

Dans ce parc avec plusieurs pièces d’eau, différentes constructions, j’ai donc mis dans l’Album :

-         Des images de la galerie Cameron avec son escalier double où des personnages en costume t’aident à la composition de tes photos.

-         Sous le regard de la statue d’Hercule, le pavillon Agate

-         Les bains turcs au bord du grand étang

-         D’autres édifices que je n’arrive plus à nommer, mais sûr pas le village chinois du parc d’Alexandre.

Il y a aussi quelques vues du village de Pouchkine, le lycée, la chapelle. Et quelques "musicos" dans un costume local !

 

A suivre

Précédant : Tsarköe Selo (1)

Début : ma nuit blanche à st Petersbourg

 

Repost 0
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 22:14

Environs de St Petersbourg – Tsarskoe Selo - première visite

 

Tsarskoe Selo-14C’est la grande force de ton GPS de Rando. Ce soir tu te rebranches sur tes photos du séjour autour de St Petersbourg. T’en revisites une centaine, et tu te dis pourquoi tu ne les as pas mises sur ton blog. Presque un an après tes souvenirs commencent à se fondre dans la grisaille.  Tu regardes la date et l’heure de la première de la série, tu recherches dans tes WP (les points de passages) ou t’étais le 22 juin 2009 à 10h 02. Bingo, le WP83  c’est devant le village de Pouchkine, au début de la visite de Tsarskoe Selo.

La première photo de ce premier album est celle de Bartolomeo Rastrelli qui donna au lieu son aspect « définitif » même si lui aussi eut à souffrir de la révolution et de la guerre. Dans l’album tu verras aussi quelques photos de reproduction des destructions. Saisissant. Ce lieu reconquis sur les Suédois, a d’abord été aménagé par Catherine l’épouse de Pierre 1er. De 1711 à la fin du XVIII les travaux d’aménagement, de transformation de l’espace, parcs et palais n’ont pas cessé.

La restauration des  palais et des jardins a été réalisée pour les jeux olympiques de 1980. Ce devait être un centre touristique important. Le boycott a évidemment réduit l’impact.

L’escalier principal a été complètement reconstruit. Il reste des porcelaines d’origine. Les sculptures en papier mâché ont toutes été détruites, elles ont du être reconstituées. La grande salle Dorée, faisait à l’origine 1200 m2, elle a été ramenée à 846. Elles restent imposantes.

Tu ne pouvais faire de photo du cabinet Ambre. Si t’es « Orange et Or » u sera grisé. Une splendeur. Mais gare au choc, c’est du lourd. Tu ne pourrais y vivre, ni y dormir, c’est prenant.

Comment t’as pu faire certaines photos sans être dérangé par la foule immense et compressée qui circule au milieu de ces trésors ? Tu ne sais plus. T’étais souvent décalé et n’écoutais pas les explications documentées de Mikael. Mais tu passes de salle en salle comme un train de bateaux quand les écluses s’ouvrent. Aspiré par le courant.

Des photos aussi des salles à manger, celles des chevaliers, celle de parade. Des services finement décorés. Dans cette première partie, l’album se termine avec la salle des pilastres cramoisis.

A suivre donc.

 

A suivre: les jardins de Tsarkoë Selo

Début : Nuit blanche à St Petersbourg.

Précédant : Musée de l’Ermitage, les impressionnistes.

Repost 0
12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 12:33

St Petersbourg (15) – Musée de l’Ermitage : Les Impressionnistes.

 

05 Renoir - jeune fille à l'éventail - Ermitage-10Quand il y a un peu plus d’un an, « au village » entre le froid et les soirées à guetter les cormorans du lac de la Punte, se forme l’idée d’un petit voyage, on n’a pas d’idée. Juste envie d’un peu d’ailleurs. Tout d’un coup c’est une « urgence » il faut bouger ! Sur internet tu revisites les agences de voyage avec lesquelles tu étais déjà parti, et tu tombes sur ce titre « les nuits blanches » de St Petersbourg. Tu fouilles (ou plutôt tu surfes), plein de suggestions. D’abord les bonnes dates, ensuite l’échelle des tarifs, enfin les contenus.  Difficile de différencier certaines offres, à se demander si beaucoup ne proposent pas la même chose. Finalement dans les prix acceptables tu choisis le guide russe parlant français. Là, tu as eu vraiment raison : Mikael est une bibliothèque parlante. Des fois tu es submergé. J’avais pris des notes sur mon téléphone, impossible de comprendre ce matin, tout ce qu’on a visité. Le musée de l’Ermitage, c’est clair, on y est allé deux fois. Le thème principal de la première visite était l’Or des Scythes. Cette fois ci c’est les collections impressionnistes. Je t’ai présenté la dernière fois Matisse. Ici après quelques vues de la Néva et de l’environnement  de l’Ermitage, je te présente quelques tableaux de peintres remarquables : Quelques Renoir, Camille Pissaro, Manet, Rousseau, Cézane. Quelqu’un dont je vois une œuvre pour la première fois : Edmond Cross.

Deux visites de trois heures, et il en reste à voir...

 

A Suivre: Tsarskoe Selo

Précédent : Le palais Monplaisir.

Début : Ma nuit Blanche à St Petersburg.

Repost 0
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 12:51

St Petersbourg (14) 

 Ballade entre le grand palais de Peterhof et le palais Monplaisir.

 

03 peterhof- Palais MonplaisirLa visite du Grand Palais a été agréable, même si rapide. Seul le premier étage est restauré et a retrouvé le lustre d’origine. Tout y avait été ravagé par la guerre. Après le repas, nous descendons le long de la cascade pour nous promener dans les allées bordant le Grand Canal, en direction de la mer. Nous traversons le parc de Marly. Nous débouchons sur le Golf de Finlande qui s’ouvre sur la mer Baltique. Alternance de nuages légers et de coup de vent frais. Ce front de mer protège le palais Monplaisir . La construction de ce palais débuta en 1714, les grands architectes furent Braunstein et Le Blond, le principal sculpteur Rastrelli.

Beaucoup de monde visite parcs et palais. C’est vrai que les noms ont des consonances franchouillardes, parc Marly, fontaine de l’Orangerie…Mais comment faire pour donner un nom à tous ces parcs, toutes ces fontaines ? J’ai plus de cent notes ce jour de visite. Tout va trop vite, trop de choses à regarder pour tout mémoriser.

Cette promenade est un régal des yeux. Les enfants s’amusent à se faire piéger par des fontaines où les pavés sont les ressorts secrets des jaillissements.

Pas un recoin où une statue, une fontaine n’apporte une interrogation à c’est quoi, qui l’a fait. C’est grand, c’est démesuré. La fontaine de l’échiquier abrite les dragons verts et rouges. Pas de répit  pour les coups de cœur.  Dans les dernières minutes, pendant que le groupe se recompte, écureuil capte l’attention de ton objectif.

Nous allons quitter Peterhof. Cela reste un site somptueux.

 

A Suivre : Les impressionnistes à l'Ermitage

Précédent : Martisse au musée de l’Ermitage.

Début : Ma nuit blanche à St Petersbourg.

 

Repost 0
24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 00:53

Matisse au musée de L’Ermitage.

Carnets de voyage à St Petersbourg ( 13)

 28 matisse st petersbourg

 

Tu vois cette  ronde de danseuses qui couronne l’église du sauveur sur le sang versé. C’est pas précisément le tableau de Matisse. Mais tu sais comme je suis iconoclaste « un sabbat de femmes couleur sang » au-dessus des coupoles bleues du « sang versé ».

Matisse avait fait ce tableau pour un  collectionneur russe (Chtchoukine). J’ai eu du mal à   m’y retrouver dans mes notes, mon appareil photo n’était pas à la bonne date…  Le tableau, je ne pouvais pas me tromper. Mais mes mémos n’allaient pas.

Pourquoi ai-je fait autant de  photos de  tableaux, surtout dans la bousculade, et avec cette mauvaise lumière ? Parce que la visite se faisait au pas de charge !  Pourtant, c’était  notre deuxième jour à l’Ermitage. On courrait autant que la veille. Michael, citait une toile sur dix. Trente secondes de commentaires, et au suivant…

T’avais le temps de rien  voir. Du coup les photos aident un peu  à retrouver l’esprit. Je photographiais aussi le petit carton où il y avait la date et le nom de l’œuvre. Des fois rien que du cyrillique. Zut !


J’ai remis dans l’album quelques images de notre arrivée. La place occupée d’un coté par le podium pour Madonna, et le centre par une cérémonie militaire pour les jeunes diplômés.


C’est vraiment beau l’ermitage. Des vrais trésors. Comme le Louvre faudrait y aller deux ou trois fois par an pendant vingt ans…


A Suivre : Peterhof - le palais Monplaisir.

Précédent : Peterhof

Début : ma nuit blanche à St Petersbourg

 

Repost 0
5 janvier 2010 2 05 /01 /janvier /2010 22:53

Carnets de voyage à st Petersbourg (12)

20 juin suite.

monument-de-pierre-le-grandLa visite du palais était intéressante, mais au pas de charge. Je ne me rappelle plus, si les photos étaient interdites, où si je n’ai pas voulu payer les droits. Compte tenu de la foule, de toute façon, je n’aurais capté que des chignons, des dos crispés, et des jambes harassées.

Le palais avait déjà bien souffert de la révolution de 17, mais la seconde guerre mondiale n’a pas laissé grand chose d’intact. Les photos de l’état des ravages des bombardements étaient impressionnantes. Plus finalement que la splendeur des salles réhabilitées. L’effort de restauration apparaît colossal. Mais tout y est tellement chargé et luxueux que cela te sature et pourrait te laisser indifférent. Trop de tout finit par tuer le sens. Tu t’interroges comme chaque fois, comment tant d’argent dans des pays qui manquent d'abord de l’essentiel, a été concentré là? Plus finalement comme de la culture à usage des touristes que comme un patrimoine, héritage d’une civilisation, de valeurs à transmettre.

Après un petit frichti plutôt sympa, retour dans le parc, nouvelle visite des fontaines, et déambulation le long du grand canal jusqu’à la mer Baltique. C’est le début de la terrasse maritime du palais Monplaisir…

Cette photo d’une statue de Pierre Le Grand, illustre un peu la vision impériale.

 

 

Précédent : de St Petersbourg à Peterhof.

 

Début : ma nuit blanche à st Petersbourg.

A suivre : Matisse  au musée de l'Ermitage

 

Repost 0
27 décembre 2009 7 27 /12 /décembre /2009 17:56

Première découverte du palais de Pierre le Grand à Peterhof.

St Petersbourg (11).

 

12 Peterhof - Persee par ChtchedrineCe samedi 20 juin, nous quittons de bonheur le matin notre hôtel pour aller vers Peterhof, somptueux palais au bord de la mer Baltique.

C’est encore une initiative de Pierre le Grand vers 1721. Il fut gravement endommagé pendant la révolution de 1917, et eut à subir un incendie dévastateur pendant la seconde guerre mondiale. C’est pourquoi on est époustouflé par l’état des restaurations d’aujourd’hui.

Le fric que ça a du couter ! Etait-ce la bonne priorité ? Pour toi touriste, bien sur !

Que ce soit la dimension du parc, le canal maritime qui ferait rougir Versailles, la richesse des décors, ton œil est saisi.

Ces premières photos sont faites pendant que nous attendons une fois de plus, notre horaire pour entrer au palais. Ensuite ce sera la bousculade dans l’enfilade des salles. Des matrones qui n’auraient rien à envier à certains personnages figurant les espions russes dans les "James Bond" de la guerre froide, nous stoppent à l’entrée de chaque salle, puis nous chassent vers la sortie quand le temps de visite est épuisé. Nous aussi d’ailleurs…

En attendant, prenons plaisir à cette première découverte de la grande cascade, du canal maritime, de la puissante fontaine de Samson, de la statuaire qui décore la grande vasque, avec notamment un Persée redoutable.

 

Précédant : L’ermitage

Début : ma nuit blanche à St Petersbourg.

A suivre : Peterhof - le long du canal jusqu'à la Baltique

Repost 0
21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 15:10

Quelques salles du musée de l'Ermitage

 

Suite de la visite de St Petersbourg (10)

 

Nous sommes toujours au musée de L’Ermitage à St Petersbourg. Le but principal de la visite du jour est l’or des Scythes, le clou du musée. Les objets sont conservés dans une sorte de coffre-fort ventilé et éclairé. Douze personnes par visite. Une visite toutes les demi-heures sur réservation. Nous, c’est midi et demi. On devait entrer au musée à 10h 30, les billets étaient prévus pour ça, mais c’est sans compter les prioritaires. Et des groupes prioritaires on n’a pas fini d’en voir passer. La visite a débuté avec une demi-heure de retard. Et notre guide Mikael a un cahier des charges stricte, déposé par Clio, sur ce qu’on doit voir dans la visite. Devant chaque salle importante, on est bloqué, attendre que les groupes précédents évacuent. Sur la fin ce sera plus cool. Les visites obligées, comme la « Vierge à la fleur » de Léonard de Vinci, il y a un discours de plus de 5 minutes de prévu. Mais il ne peut être balancé comme ça, à 20 mètres du tableau. Il faut attendre que ça se dégage. La salle est divisée par des petites cloisons, où sont suspendues les œuvres. Difficile de se caser à vingt. Le discours débute. Inutile d’essayer de prendre des notes, ça va trop vite. En plus, trop en oblique dans le box, tu reçois la lumière extérieure en plein visage et le tableau de profil est un miroir aveuglant. Mikael, lève la tête aperçoit un autre box libre où un nouveau discours doit être débité, il nous presse. En dix secondes, tu remontes le flux, prend cinq secondes pour voir le travail de l’artiste, et avant que la moindre émotion ait eu le temps de naitre de la contemplation, un autre groupe squatte le box, te bouscule. Tu te dégages en faisant une photo sans viser, au hasard…

Tu arrives à la deuxième œuvre commentée, qu’il annonce la salle suivante. Il guette quand les agents de sécurité vont lui faire signe, la tête faite oui, volte face on fonce. Une heure et demi de ce train d’enfer. Des attentes remplies par des descriptions d’œuvres que « vous verrez quand nous y serons, sur la gauche ceci, au fond cela…  il nous reste 25 salles à faire avant l’Or des Scythes où il faut être bien à l’heure, et la peinture moderne, nous reviendrons demain. Ne trainez pas, regardez vite, ne vous perdez pas, suivez-moi !»

Donc,  je traine un peu pour te montrer mes photos de voyage; bien sur, en ce moment je n’ai guerre de temps pour le blog, mais surtout, pour pointer dans les vingt pages du petit guide, par où on est passé, sans notes, c’est un peu difficile…

  A suivre: de St Petersbourg à Peterhof

Précédant : L'Ermitage

Début : ma nuit blanche à St Petersbourg.

Repost 0

En balade sur L'AlblogRJ

Tags et Graffitis

 

Rechercher

esaai module

Esaai de texte libre dans le module

 

Autres Articles Du Thème

  • Le cœur de Paris depuis le Sacré Cœur.
    Le cœur de Paris depuis le Sacré Cœur. T'as maintenu ton blog en activé pour quelques semaines et voilà qu'on te propose de le mettre à jour dans la nouvelle version. Tu ne sais pas trop ce que ça va te couter en réparation. Mais banco, tu verras bien,...
  • Du 104 a la tour de Romainville.
    Images vues de la Tour du sacré cœur à Montmartre. Il y a deux mois je dis que je ferme le blog, et puis ce matin un nouveau sujet. Non, ce ne sont pas des mémoires d'outre tombe, mais pas loin. Donc, j'ai remis un peu de thune dans mon abonnement. On...
  • Tour Eiffel depuis le Sacré Coeur
    Bonne annné 2014. Tu ne pensais pas mettre un post pour le passage à l'année 2014. Ton blog va finir, tu n'en renouvelleras pas l'abonnement. Il faut dire que tu n'as plus l'esprit à la légèreté d'une bonne ballade en VTT. Depuis le Roussillon, où il...
  • Canal de l'Ourcq tranquille.
    C'était un beau dimanche tranquille. Tu étais sorti de bonne heure. Quand tu arrives au bassin de la Villette, les joggers toniques y vont de leurs foulées allongées. Il y en a même en short et bras nus. Quelle température ? Pas plus de 6 ou 7°. Les conditions...
  • Montmartre – Paysage d'automne.
    Le Sacré Cœur tour d'observation. Tu venais de passer une semaine difficile, il fallait te bouger pour retrouver un peu de dynamisme. Ta balade favorite te conduit naturellement, à pied, vers le canal de la Villette et le canal de l'Ourcq. T'as usé presque...