31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 14:41

 

Cambodge, le lac Tonlé Sap, proche d'Angkor.

 abordage sur ronlé sap - 11

Ça prend toujours un peu de temps de trier les archives photos et vidéo. Notre séjour à Siem Reap pour la visite des temples d'Angkor, se poursuit. Nous sommes toujours le 28 janvier. Après avoir visité cinq temples, vers 16 h 30, le bus nous dépose à proximité d'un embarcadère, où notre petit groupe se hisse sur une grosse barque avec un solide toit, pour nous protéger du soleil couchant.

 

Balade, ou plutôt navigation sur le lac essentiel au Cambodge, le Tonlé Sap. C'est l'occasion de sortir le caméscope. Depuis le début du voyage, nous avons fait de nombreuses promenades sur l'eau. A chaque fois, des dizaines de photos. Ce coup-ci, surtout parce que le voyage touche à son terme, que les cartes de ton appareil photo sont saturées, pas une photo. Avantage:  le hasard t'as fait enregistrer à différents instants, la course déterminée d'une barque à moteur. elle nous a pistés pendant un quart d'heure pour terminer par un joli numéro d’acrobatie.

 

C'est l’enfance du cirque. Ou plutôt, comment le cirque forme ses enfants. Bouglionne! Nous rejoignons le Tonlé Sap par des chenaux très chahutés par une circulation débordante. Même notre bateau est parti plein pot. On bombe. Nous croisons toutes sortes d'embarcations, et aussi d'autres touristes. Mais essentiellement des gens qui vivent et travaillent là.

La petite barque nous a repérés; elle se porte à notre hauteur, ne s'éloignant de nous que lorsque nous croisons d'autres bolides. Elle est à nous toucher lorsque notre bateau bifurque; l'homme à la manœuvre s'éloigne, accélère et nous rejoindra sur le lac.

Il y a deux enfants. Toi dans le viseur de ton caméscope, tu ne vois pas vraiment la petite assise au milieu. Tu es sidéré par l'intrépidité et l'assurance de la plus grande, à genou devant, qui fait un petit signe de la main. Les remous secouent la petite barque qui s'élève et replonge immédiatement. La fillette ne donne pas l'impression de s'en rendre compte.

La barque s'approche, la main droite de l'enfant fait des signes, le pilote se serre contre notre embarquation, elle pose la main sur la lisse de notre bateau et d'un bond se retrouve accroupie, agrippée à notre bastingage.

Le spectacle, c'est le python posé sur la plus jeune. Elle bouge à peine la tête, se tient droite. Tu sais le poids de l'animal, les secousses que la petite a encaissées pendant cette course d'abordage. Sur le bateau les touristes fatigués et blasés font à peine attention. Donner, pas donner ? Éternelle question. Pourquoi semble-t-il plus rentable d'exposer ses enfants dans ces exercices acrobatiques, mais dangereux ? Le Cambodge est encore un pays pauvre. Cette petite fille corsaire est tellement attachante ! Tu craques !

 

 

Partager cet article
Repost0
27 août 2011 6 27 /08 /août /2011 20:56

 

Prasat Kravan :

remarquable temple finement décoré. Daté de 921.

  Prasat Kravan - Angkor - 09

Cambodge, le 28 janvier.

Dans mes notes quelques expressions :

le temple Prasat Kravan est en brique, de plein pied. Donc réalisé pour des hauts fonctionnaires.

Le temple est petit : 5 tours. Les ouvriers ont eu du temps pour décorer les murs en briques ; ils ont été sculptés directement sur la brique à l'intérieur et à l'extérieur.

On a retrouvé sur place 100 ciseaux et burins.

Les Prasat étaient les demeures des dieux. Le prasat khmer a le plus souvent un plan carré. Il y a quatre portes, trois fausses, celle de l'ouest est ouverte.

Le temple était dédié à Vishnou.

Il a été restauré dans les années 1961-66. D'habitude, les murs en briques sont restaurés en les démontant et les remontant. Le liant entre les briques ayant complètement disparu. Copte tenu des sculptures sur les 2 faces d'un mur, cette technique ne pouvait pas être utilisé. Il a fallu les adosser à des panneaux de béton.

Nous visitons le temple vers 15h00. Le soleil n'est pas à l’aplomb du toit et l'éclairage des frises n'est pas très favorable à la photo...

On reconnaît quand même Vishnou et ses quatre bras.

La grande terrasse sur laquelle repose le temple est inondée de soleil. Est-ce pour ça que nous ne restons que vingt minutes ?

 

tete a Angkor Tom

Cambodge Khmer
Partager cet article
Repost0
26 août 2011 5 26 /08 /août /2011 10:37

 

Temple de la période du roi Süryavarman II.

 Thommanom - Angkor - 14

Ce 28 janvier, nous visitons 5 temples. Après les trois heures passées à Angkor Vat, la petite heure passée à ta Prohm, nous ferons une pause dans un restaurant au premier étage d'une ancienne construction coloniale, près d'un marché où pour la première fois, je vois le riz vendu en trois catégories : standard, sans pesticide et bio. Étonnant hein !

Donc l'après midi va être bien remplie. Probablement des temples n'ayant pas l'aura de ceux visité le matin . Il faut ajouter que la soirée doit être passée sur un bateau. Donc il faut aller vite. Mais aussi, tu te rends compte que l'état de restauration et de plus ou moins grand délabrement, modifie ton regard sur ce que tu vois. D'ailleurs sur la quinzaine de photos, t'as été obligé d'agrandir des détails pour retrouver une émotion qui ravive ton intérêt. Quand t'est pas un scientifique, la pierre brute ne te raconte pas grand-chose.

Ce temple a été construit sous le règne de Süyavarman II , première moitié du XII e siècle. On considère qu'on lui doit : Angkor Vat, Banteay Samrè, Thommanon et Chau Say Tevoda.

Suivant les guides, le nom s'écrit Thommanon ou Thommanom.

Dans le détail des frontons plus ou moins lisibles, l'un représente Vishnou sur Garuda, en lutte contre les asuras, les démons.

 

tete a Angkor Tom

Cambodge Khmer
Partager cet article
Repost0
24 août 2011 3 24 /08 /août /2011 07:27

Ta Prom - temple végétal et minéral.

Ta Prohm - sa végétation - 08

Cambodge janvier 2011.

Nous avons passé plus de trois heures sur le site d'Angkor Vat. Il nous faut une demi-heure pour arriver à Ta Prohm. Profitant du trajet, notre guide Ti, noues raconte le temple et son incroyable imbrication avec la nature. Il fait circuler des copies de photos anciennes qui montrent comment était le site quand les archéologues de l'EFEO l'ont pris en charge. Le choix a été de laisser le lieu le plus intact possible. Les arbres emprisonnent les pierres, leur masse est colossale et leur abattage aurait détruit les constructions.

Nous arrivons par un long chemin très ombragé. Bonheur de pouvoir marcher. Quoique la forêt, sous le soleil, libère les moustiques qui nous agacent le sang. Le soir en rentrant à l'hôtel, nous découvrirons le brouillard insecticide qui l'enveloppe. Faut protéger le touriste ! Au passage, Ti nous montre un sentier envahi par la végétation : «  c'était comme ça, quand les villageois ont amené les premiers occidentaux, il fallait avancer à coup de coupe-coupe » !

Les arbres sont des goyaviers, gommiers, les fromagers. Souvent des ficus naissent entre les immenses racines de ces derniers.

Le gommier du Cambodge est un dipterocarpus alatus. Ti nous en explique la valeur. D'abord son tronc très dur était utilisé pour fabriquer de longues pirogues. Mais aussi, sa résine odorante est utilisée pour l’étanchéité des bateaux en bois. Comme elle ne coule pas facilement, il faut faire un trou dans le tronc et y mettre le feu. « Pas trop longtemps » précise Ti.

 

Ta Prohm - sa végétation - 03Quand nous sommes devant la première porte avec la tour aux quatre visages, Ti nous désigne les grands arbres qui emprisonnent les pierres, des fromagers, ainsi appelés parce qu'ils servaient à fabriquer des boites de camembert.

Nous voilà loin des rivalités bouddhistes et brahmanes. Qui ont participé de la destruction de certaines statues de bouddha, avant que les invasions siamoises, ne pillent l'or et les objets précieux, et qu'enfin la nature ne termine le travail de mise en ruine du site.

Ce temple originairement dédié à Bouddha, avait été construit sous le règne de Jayavarman VII, au milieu du XII e siècle. Le nom aujourd'hui évoque « l' Ancêtre Brahma ». C'est un temple de plein pied, en latérite et grès. On peut ajouter le fromager comme étai.

Ti raconte qu'il y a eu plus de 2000 personnes officiant ici. Qu'il avait 40620 perles, 5 tonnes de vaisselle en or et en argent, 35 diamants. Dans l'enceinte même du temple vivait 12640 personnes dont315 danseuses. Je n'ai pas vérifier. Ti lisait ses notes, donc, c'est sur ! Il y avait même deux déesses en or dans l'enceinte sacrée.

 

Quand tu entres, tu t'aperçois vite que ce n'est pas immense, Tu as toujours quelqu'un devant toi au moment de faire une photo.

Dans les albums, le hasard de ce que tu récupères comme docs sur place et le peu de choix que tu avais pour choisir tes angles pour la photo, ont permis de comparer deux photos, l'une de ce voyage, l'autre doit avoir 70 ou 80 ans... Probablement la photocopie d'un guide. Mais le résultat m'a amusé. Surtout que la première tour à quatre visages est en cours de restauration, et qu'elle a perdu sa couronne végétale. Sur l'autre photo le fromager grandit bien et le mur s'effrite visiblement.

 

Nous avons été accueilli par un orchestre local, aussi musical que certains que l'on entend aux correspondances du métro. Dans le temple, la musique est couverte par le bruit des engins. Vers midi et demi, le chantier s'arrête, et là, la forêt se fait entendre. Oiseaux, singes et quoi encore ?

Ce site est magique.

 

 

tete a Angkor Tom

Cambodge Khmer
Partager cet article
Repost0
8 août 2011 1 08 /08 /août /2011 19:18

Dernière partie de la visite d'Angkor Vat.

 Angkor Vat - Yama dieu enfer 02

Dans un précédent sujet, j'avais confondu une représentation de Vishnou avec cette de Yama, le dieu de l'enfer. En relisant mes notes (des fois faut tourner la page), je retrouve les commentaires de Ti, notre guide, commentant cette scène assez saisissante du jugement des morts. Donc Yama est sur un buffle. Il agite un bâton, ou plutôt plusieurs, un brandi par chacun de ses multiples bras. Avec il désigne tous ceux qui doivent être précipités aux enfers. On voit les serviteurs conduisant les morts à juger et ceux poussés sans ménagement dans la trappe des enfers.

*Décoration Angkor Vat - 16

Ah ! Ces Apsaras !

Les frontons, les colonnes, les façades sont ornementés de multiple représentation de femmes toutes belles, coiffées, vêtues de voiles légers, portants de superbes bijoux.

Logiquement les Apsaras, sont seulement issues du barattage. On les a vues sortir du tourbillon livrant l'Armita. Ce sont des danseuses qui glissent sur l'eau. Elles aident les dieux dans certaines actions contre les puissants.

Les autres représentations, seraient plutôt des devatâs. Bon, le vieux parigot dit Apsaras, c'est plus simple. On apprécie quand même la somptuosité de la déco du roi Suryavarman II.. En passant sur les diverses terrasses, on est proche à toucher toutes ces statues. On découvre mieux d'ailleurs qu'elles étaient richement décorées. On retrouve régulièrement des panneaux où la peinture a résister. Aussi plusieurs colonnes.

De temps en temps une chapelle est squattée par un temple bouddhiste. Ils avaient installé des centaines de statues de bouddha. Bon c'est aussi grâce à cette présence que le temple n'a pas été totalement laissé à l'abandon.

 

Enfin la sortie, et les personnages en costume pour la photo kitsch.

 

tete a Angkor Tom

Cambodge Khmer
Partager cet article
Repost0
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 09:10

Grande Bataille pour l'Amrita, liqueur d’immortalité.

 

Angkor Vat Barattage - 05Passer un peu plus de trois heures à Angkor Vat, en vaut la peine, c'est mieux qu'un vieux film en cinérama signé C B de Mille. Surtout sonorisé, mimé, interprété par notre guide Ti. Impressionnant de présence dans la mise en scène des bas reliefs.

L'idée, c'est un peu comme on fait le beurre de produire en barattant la mer, en mélangeant l'eau salée, l'eau du ciel vu comme le lait nourricier, on produirait l’élixir Amrita, la vie éternelle...

Bien entendu, quand il s'agit d'éternité, il y a deux acteurs majeurs, les démons et les dieux. Suspense qui va l'emporter de la malignité des uns ou de l’ingéniosité des autres ? T'es saisi !

La croyance c'est qu'il faut baratter la mer pendant 1000 ans, t'imagines bien que l’opération va mobiliser des ressources, générer des alliances et des traîtrises.

La scène nous montre à gauche les démons, les Asura avec leurs grands yeux exorbités. De l'autre coté les Déva, les dieux.

Les grands travaux peuvent commencer. D'abord faut installer le pivot. Simple on prend une montagne, le mont Mandara, on l'installe au fond de l'océan. Vishnou pilote l'opération. Autour du pivot, il faut enrouler une corde qui sera tirée dans un sens puis dans l'autre pour faire tourner le pivot. Pour bien montrer la manœuvre, Ti, notre guide, enroule un foulard autour de son journal, et donne une extrémité à deux d'entre nous qui tirant à tour de rôle, font tourner le journal. Formidable sous-titre !

C'est le serpent Naga qui servit de corde et qu'on enroula autour du baratton, le mont Mandara. Les dieux d'un coté, les démons de l'autre, le baratton tourne, ce faisant il s'enfonce dans l'océan. Ni une ni deux, Vishnou met son scaphandre et plonge, il se transforme en tortue et de son immense carapace, Akupara soutient le mont Mandara. C'est du très fort, la production n'a pas lésiné sur les moyens.

Angkor Vat Barattage - 14

Tout se complique encore quand le serpent Naga, lassé d'être tiré à hue et à dia, se prépara à cracher son venin. Il peut anéantir l'opération. Encore une fois, c'est Vishnou qui s'y colle, il avale le venin, c'était du brutal ! Il va souffrir, ça le brûle.

Même pour des dieux et des démons, mille ans c'est long. Vishnou attrape la Lune pour se faire aider. Enfin du tourbillon des flots, sortent les innombrables Apsaras, et la liqueur d'immortalité contenue dans un flacon. Un dieu veut s'en saisir, mais trop tard les démons emportent la liqueur.

Et alors ! Et Alors ? Hé ! Hé ! Le grand Zorro : Vishnou se transforme en la déesse Mohini qui charme les Asura et peut distribuer la liqueur aux Déva, ne laissant rien aux démons. S'ensuivit une immense bataille, mais les dieux étaient immortels. Clap de fin !

 

C'est impressionnant.

 

Si t'en veut une lecture plus sérieuse, je mets un extrait d'une revue de yoga, avec un autre regard. Lettre 38

 

 

tete a Angkor Tom

Cambodge Khmer

 

 

Partager cet article
Repost0
5 août 2011 5 05 /08 /août /2011 14:38

 

Cambodge : Angkor. Temple d'Angkor Vat.

 Angkor Vat - Fu Sacré - 11

Quand ta fille revient de ses vacances au Cambodge, elle te parle, agitant son petit appareil plein de photos, des temples d'Angkor et du barattage de la mer de lait. T'imagines mon ahurissement ! Tu ne sais pas de quoi elle parle ! Tu te retournes vers ta petite femme qui t'explique en deux mots de quoi il retourne et qu'elle a même écrit un sujet la dessus, pour la revue de Yoga à laquelle elle collabore !

On ne te dit rien, on te cache tout ! Pourquoi elles savent et pas toi ?

Aujourd'hui, ta petite victoire mesquine, c'est que voyageant quelques mois après ta fille, tu as pu faire des photos. Elle, quand elle y était, les travaux de restauration en interdisaient l'accès.

Il faut dire que les 600m de bas reliefs nécessitent de l'entretien, et que celui concernant le barattage de la mer de lait fait 90 m.

Là, t'as quand même besoin d'un bon guide, qui connaît l'histoire, c'est aussi compliqué que la tapisserie de Bayeux, ou celles de l’Apocalypse à Angers. La bible pour toi c'est de l’hébreu ! Alors la mer de lait, tu t'y noies ! Si je te donne ces références, c'est que le temple Angkor Vat est du XII ème siècle. Un petit siècle après la tapisserie de Bayeux, deux siècles avant celle de l'Apocalypse. Les batailles représentées entre les démons et les dieux, et toutes les guerres qu'elles suggèrent, valent bien celles engendrées par ceux qui se revendiquent de la bible...

Quand tu n'as lu ni la Bible, ni le Bhagavatapurana, les explications qu'on te donne pour interpréter les représentations codifiées que tu regardes, entrent et sortent sans te concerner. T'as l'impression d'une BD dans un monde irréel, reposant sur des conventions dont le sens t'échappe, qui te maintiennent complètement extérieur. Derrière la féerie des images, tu sens bien l'oppression des êtres. 7000 personnes pour construire le temple. Pas sûr qu'ils aient tous été volontaires.

 

Un peu avant le XV ème siècle et les invasions qui entraînèrent la ruine et l'abandon du site d'Angkor pour Phnom Penh, il y avait jusqu'à 10 millions d'habitants.

 

Donc nous voilà partis pour trois heures de visite. Dont une bonne heure à écouter TI. Il raconte bien, met en scène avec des accessoires, utilise son auditoire pour mimer les gestes. A entrer dans son spectacle tu vas rater la réalité des bas reliefs.

 

Une des raisons dans ton retard à mettre en ligne ces photos, c'est que tu n'as pas su les mettre en valeur. En couleur la pierre, les moisissures et les ombres dispersent ton regard qui ne se concentre pas sur la scène. En noir est blanc, c'est moins vivant, des images de vieux livres d'histoire. La « redécouverte » d'Angkor doit d'abord tout aux villageois qui vivaient là. En 1866 John Thompson fait ses premières photos d'Angkor Vat. Les arbres dépassent le temple. La première enceinte rencontrée (la cinquième historiquement) est quasiment tissée de branches entrecroisées. De 1907 à 1972, l'EFEO va travailler à la remise en état du temple. Les travaux seront interrompus par les actions génocidaires des Khmers rouges.

 

Donc notre petit groupe découvre d'abord les enceintes extérieures. Nous sommes à la quatrième enceinte. Bordée par cette immense balustrade en serpent Naga. Car la construction de ce temple montagne, commence toujours par le cœur. La première enceinte est celle du mont Mérou, elle a la stature de dieu, elle consacre le roi, elle représente la prospérité.

 

Angkor Vat - Fu Sacré - 29Le bâtisseur est donc Süyavarman II. Il monte sur le trône en 1113 et commence le temple qui le fera égal des dieux. Le site couvre 1200 ha avec quatre douves. Une des préoccupations permanentes étant le stockage de l'eau. La quatrième enceinte couvre 82 ha. C'est une petite ville qui abrite 17000 habitants. Les galeries qui cernent les enceintes étaient utilisées lors les processions. Les grands panneaux de bas reliefs étaient dédiés à Vishnou. Même si depuis le temple a été récupéré par les bouddhistes qui avaient installé des centaines de statues de bouddha. Les tours évoquent le lotus épanoui. Il y avait un trident à chaque pointe, maintenant des paratonnerres.

 

Nous voilà dans la galerie de la troisième enceinte, celle avec la fameuse scène de la légende de Vishnou. 800 m linéaires de bas reliefs. D'abord la procession, avec les femmes du palais aux voiles transparents. La fresque du feu sacré est dominée par le roi Süyavarman II : il est assis sur son trône à l'indienne, au dessus 14 parasols, 7 éventails, 4 chasse- mouches indiquent son rang.

Il organise un défilé qu'on verra sur la fin de la fresque. Des brahmanes, des serviteurs, des fonctionnaires nu-tête.

En suivant la fresque on suit le défilé des soldats, les généraux sur les éléphants avec les palanquins, le cornac et son croc. Plus loin un officier qui monte à cru. On passe en revue toutes les armes, sabre, javelot, arcs et flèches, tous les costumes.

 

A suivre...

 

 

tete a Angkor Tom

Cambodge Khmer

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 03:49

Carte postale de l'entrée ouest.

Angkor Wat 03

On a du mal à imaginer ce que devait être le spectacle de ces tours finement décorée de leur parure d'or. Bien avant l'oubli du temps, le temple a été dépouillé de ses trésors.

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 03:39

Nouvelle vue de la richesse décorative de ce temple.

Angkor Wat 04

Le temple  a été contruit à l'initiative du roi Suryavarman II qui régna de 1113 à 1150. Notre guide nous montrera des photocopies de images prises en 1866 par John Thomson . Le travail de restauration entrepris alors a été essentiel. Si je retrouve la photocopie, je la mettrai dans un album.

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 03:34

Juste avant d'entrer dans le temple.

Angkor Wat 02

Image rapide avant de pénétrer par la porte ouest. La chaussée est en grès. Il y a des grandes ballutrades en forme de Nage. On ressent bien la puissance de la pierre.

Partager cet article
Repost0

En balade sur L'AlblogRJ

Tags et Graffitis

 

Rechercher

esaai module

Esaai de texte libre dans le module

 

Autres Articles Du Thème

  • Le cœur de Paris depuis le Sacré Cœur.
    Le cœur de Paris depuis le Sacré Cœur. T'as maintenu ton blog en activé pour quelques semaines et voilà qu'on te propose de le mettre à jour dans la nouvelle version. Tu ne sais pas trop ce que ça va te couter en réparation. Mais banco, tu verras bien,...
  • Du 104 a la tour de Romainville.
    Images vues de la Tour du sacré cœur à Montmartre. Il y a deux mois je dis que je ferme le blog, et puis ce matin un nouveau sujet. Non, ce ne sont pas des mémoires d'outre tombe, mais pas loin. Donc, j'ai remis un peu de thune dans mon abonnement. On...
  • Tour Eiffel depuis le Sacré Coeur
    Bonne annné 2014. Tu ne pensais pas mettre un post pour le passage à l'année 2014. Ton blog va finir, tu n'en renouvelleras pas l'abonnement. Il faut dire que tu n'as plus l'esprit à la légèreté d'une bonne ballade en VTT. Depuis le Roussillon, où il...
  • Canal de l'Ourcq tranquille.
    C'était un beau dimanche tranquille. Tu étais sorti de bonne heure. Quand tu arrives au bassin de la Villette, les joggers toniques y vont de leurs foulées allongées. Il y en a même en short et bras nus. Quelle température ? Pas plus de 6 ou 7°. Les conditions...
  • Montmartre – Paysage d'automne.
    Le Sacré Cœur tour d'observation. Tu venais de passer une semaine difficile, il fallait te bouger pour retrouver un peu de dynamisme. Ta balade favorite te conduit naturellement, à pied, vers le canal de la Villette et le canal de l'Ourcq. T'as usé presque...