5 août 2012 7 05 /08 /août /2012 13:55

Voila un jour de fête traditionnel en Béarn sous la pluie. Les bandas ont posé leurs instruments. Le lomo pimenté commence à frire. Les jeunes "crient les frites". Bientôt 16 h . Plus de souffle pour l'embouchure du cuivre! Reste le cri, presque un râle des affamés. Une bassine de moules circule. Tout espoir de survie n'est pas perdu. Sur la place du Bayaa , la sono est rangée sous les bâches . Même si les gosses se tortillent dans leurs kway, esquissant quelques figures de danse. Peut-être la nuit sera plus clémente ?
Repost 0
Published by AlbumRJ - dans carnets de voyages
commenter cet article
2 août 2012 4 02 /08 /août /2012 22:36

C'est l'été du canal pour toi aussi !

 French kiss - Tags - ourcq - 01

L'été sur les bords du canal, tu profites de la navette pour refaire ton plein d'images neuves. Les tags sont dessinés pour être regardés, lus, dans le sens de la descente vers Paris. Depuis la fenêtre de la navette tu remontes donc le courant et le sens des tags.

 

Dans la vidéo en HD, ci après tu retrouves l'humour des tagueurs. Un peu plus loin un vieux hangar, un peu caché par les herbes hautes est au diapason du thème.

 

C'est l'été, tu te reposes sur le filon. Tags et graffitis, le long du canal de l'Ourcq...

 

Repost 0
31 juillet 2012 2 31 /07 /juillet /2012 18:30

Voilà un homme qui gagne trois jeux olympiques

et toi, tu l'as croisé sans le connaitre.

 

Voir l'article du 8 septemmbre 2009, en cliquant sur la photo.

pau---compet-kayak-11.jpg

 

Pour remercier ma nièce de m'avoir poussé à regarder une compet' de Kayak

Repost 0
Published by AlbumRJ - dans alblogrj
commenter cet article
31 juillet 2012 2 31 /07 /juillet /2012 12:31

« L'été du canal » prolongement de l'esprit de « Paris plage ».

 enfants du canal ourcq - 35

Ce premier dimanche ensoleillé a permis de profiter des loisirs installés pour l'occasion. Je me souviens, il n'y a pas si longtemps, des accessoirs succincts posés en face des camps de Roms, sur un espace vide ressemblant plus à un parking de supermarché qu'à l'idée que tu te fais de la plage.

 

En prenant de la navette à 2€, tu ne profites pas seulement d'un dépaysement, mais aussi du bain de foule et de jouvence de ces enfants, de ces familles qui rient de l'eau, des jeux de la lumière.

Les quais le long du bassin de la Villette sont le point de départ, mais aussi le premier lieu de loisirs.

Les joueurs de pétanques si nombreux ont abandonnés un peu d'espace pour les manèges, et les groupes peuvent piqueniquer de chips et de bière.

La navette sera bloquée quelques minutes sous le pont du tram T3. Une barge, mal amarrée, avait dérivé et bloqué le canal. La navette a du la pousser vers la berge. Quelques passagers ne comprenant pas ce qui se passe, s'interrogeaient sur « pourquoi on fait demi-tour ? »

 

Tout le long de la promenade nautique, ton regard est captivé par les tagueurs qui renouvellent leurs espaces. Ce sera un autre sujet.

Débarqué au parc de la Bergère, le versant du canal de l'Ourcq est construit de nombreux jeux avec des animateurs. Les enfant vont du terrain d'aventure, au kayak, et à ces curieuses cage d'écureuil en plastique. Je ne sais pas le bonheur qu'il peut y avoir çà s'agiter dedans.

 

Enfin voilà, ces photos sont des clins d’œil à l'amusement de ce beau jour d'été.

Elles contrastent heureusement avec ce premier sujet sur l'été du canal en août 2010:

 L’été du Canal – promenade à vélo le long du canal de l’Ourcq.

 

 

 

Repost 0
29 juillet 2012 7 29 /07 /juillet /2012 20:57

Tu poursuis ta promenade entre le bassin de la Villette

et le Canal de l'Ourcq.

Marko - Tags quai de l oise03 

Donc le bus 60 a attiré ton regard sur les modifications du mur rue de l'Ourcq. Tout ce qui est avant l'arrêt du bus est changé. Tu reviendras faire un deuxième passage comme tu en as l'habitude. La rue de l'Oise et un peu du mur du quai de l'Oise ont eux aussi été refait. En regardant les dates sur tes photos, tu réalises qu'une année bouleverse bien des choses.

Pas seulement sur les murs !

 

Mais ces murs là, tu les connais, tu aimes repasser devant. Ce petit triangle de verdure, prisonnier entre les murs de pierres crayeuse qui se délitent avec le temps, est un petit jardin, avec des semis potagers. Tu l'as regardé il y a longtemps. Les enfants des écoles y viennent régulièrement. Ce n'est pas un square. Tes premières photos avec le rencontre du petit bistrot refait, « les barreaux verts ». Il y a longtemps. Trois pépés jouaient aux cartes ou au dés, avec le Patron derrière son zinc. Il te tirait ta bière le regard en biais. Maintenant c'est une belle salle moderne, et Dacruz en a peint le mur du Fond.

 

Donc encore une fois ces images de murs peint malgré ou à cause de leur décrépitude, pour un dernier éclat de lumière, pour mettre en scène des images dérisoires ou provocantes. Découvre les légendes. Tu regardes le mur ou bien, est-ce le mur qui te regarde, au travers le prisme des couleurs ? Le mur te renvoie la réalité de la ville déformée par l'imaginaire de l'artiste. Il est une conscience, sans mémoire, sans avenir, d'un moment présent.

 

J'ai indiqué trois noms d'artistes. Il y en a peut-être d'autres, mais je n'ai pas repéré ou reconnu les signatures.

 

Le montage vidéo des photos est en HD.

 

Repost 0
27 juillet 2012 5 27 /07 /juillet /2012 13:12

Après la démolition de la CPCU,

que reste-il des murs peints par Dacruz et ses amis invités.

Dacruz - Tags canal de l'Ourcq 30

 

Tu ne comprends rien à la mixité de la vie des quartiers de Paris, dans le XVIII ème ou le XIX ème, si tu ne voyages pas avec le 60. Le bus, quelque soit le jour et l'heure est plein. Il bruisse des enfants qui chahutent, qui s'interpellent, réduisent tes pieds en bouillie, et ton pantalon en serpillière usagée.

La bataille pour la place assise est une bonne pédagogie pour l'école de survie en milieu hostile.  Les enfants, là aussi, sont les maîtres. La porte à peine entrebâillée, se faufilant entre ceux qui descendent et les trop lents à monter, gênés par leur caddy, ou ralentis par la conversation téléphonique que nous partagerons pendant une demi-heure, les gosses ont progressé, joué des coudes et du sac à dos, et se sont jetés sur les trois places qui venaient de se libérer, pendant que deux femmes s'invitaient de la main ou du regard à s'asseoir. Trop tard.

Le "grand black", une quarantaine d'année, un bon mètre quatre vingt dix, parle à pleine voix dans le "kit main libre" de son téléphone mobile.  Du haut de son regard en vigie, il repère un môme - quatre ou cinq ans - , le tire un peu du siège et crie :

- " c'est à qui ce gosse, là! qui ne se tient pas?

Un peu plus loin, une femme en boubou orange,  tenant une poussette cane, deux enfants pour la caler, répond:

- c'est mon petit. Qu'est-ce qu'il y a?

- il ne se tient pas! il va tomber!

- Viens mon petit! Viens vers moi. Laisse lui la place!

 

Le grand Black s'installe sur le siège, passant devant les deux femmes, au moins soixante ans, tenant leur cabas et qui s'étaient fait des civilités. Elles se parlent en arabe, s'agrippant avec peine à la courroie au-dessus de leur tête. Elles oscillent avec les à-coups du bus.   A chaque arrêt, bousculade entre les flux montant et descendant. Jamais moins de quatre poussettes dans les allées, des caddies, des cabas, des valises que monsieur Muscle ne pourrait pas soulever. Foulards et kipas mélangés, les jeunes dynamitent tout. Le vieux bancale que je suis devenu, n'a qu'à bien se tenir. Aggripé à ta barre, tu gènes forcément, tu transpires jusqu'à ton arrêt, où tu es expulsé dans le flux, les chevilles bleues des coups de poussette.

C'est nouveau pour toi, le 60. Pendant des années, ces deux kilomètres jusqu'au canal, tu les faisais d'un pas léger et rapide. Ca fait moins d'une an que tu prends le 60. C'est un autre visage du Paris du vieux parigot.

 

L'année dernière, Dacruz, t'expliquait la vie de ce quartier, sa richesse, et comment les mutations imposées par l'immobilier, peuvent faire perdre aux habitants leurs racines. De la CPCU, il ne reste rien. La première fois que j'avais vu cette main où chaque doigt est un visage, et à coté ce coeur, "j'aime mon ghetto", j'ai été touché par la simplicité et la force de ces symboles. C'est rasé. Dans le clip vidéo, j'ai ajouté ce rappel. La rue de l'Ourcq passe au dessus du canal. Une partie de la fresque d'origine était dégradée par la pierre décomposée et la peinture pelée comme la vieille peau d'un fruit pourri.

J'ai mis bout à bout toutes ces photos pour que la vidéo te montre ce que tu vois depuis le 60.

 

 

La vidéo est générée en HD, n'hésite pas  à valider en bas à droite, l'option plein écran. ça rend bien.
Repost 0
23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 22:06

 

Dans ce premier dimanche d'été,

les couleurs du vieil entrepôt,

et deux regards.

Canal de l'ourcq - entrepots -04 

T'es toujours interdit de VTT, et comme tu te languis de ton jardin, tu te votes un crédit balade sur le canal de l'Ourcq. Tu profites de l'offre, l'été du canal, pour 2 euros jusqu'à Bobigny.

Bientôt un an que tu n'étais pas passé là. Sûr que ta bécane te manque, mais tu sais que tu ne pourrais pas en profiter. Tandis que cette lumière là, tu ne l'as jamais eu, et puis t'es tranquille, t'as juste à regarder et photographier.

Tu t'es gavé ; ce dimanche de juillet est aussi pour nombre de parigots, et titis de banlieue, une aubaine : premier jour beau et chaud.

La navette qui nous charrie est pleine à craquer. Assis plus ou moins bien sur des chaises en plastic mou, tu bouscules un peu ton voisinage pour accéder à la vitre et faire tes photos. Ça grogne derrière ; sans te retourner, t'envoie péter. Zut ce paysage, c'est un peu ton chez toi, c'est pas en bousculant le dossier de ma chaise, que la mémé derrière va me priver de mon plaisir.

Cette première séquence, revisite les vieux entrepôts que t'as déjà invités plein de fois sur ce blog. Le haut parleur nous en donne le nom, et le repreneur qui va les faire revivre... rien noté.Canal de l'ourcq - entrepots -07

 

Alors oui, les tagueurs refont le portrait du lieu avant que les architectes le dénaturent, lui enlève son coté sauvage de friche industrielle à l'abandon. Dans, une mauvaise lumière le bâtiment est un vaisseau fantôme. Les baies vitrées délabrées flottent comme les voiles d'un navire sombre et menaçant. Les balcons de fer qui en font le tour, sont les coursives de ponts superposés qui ne livrent rien de secrète organisation. T'imagine tout en haut une tourelle pour un commandant décharné, calculant sa vitesse immobile, en regardant le courant du canal.

 

Pendant que ton œil se perd dans ce décor d'acier et de verre pilé, qu'est-ce qui te fait reprendre le contact avec ta navette. Le chien, l'homme qui le regarde si affectueusement, ou l'enfant que l'étrangeté fige dans un regard intérieur.

 

Voir aussi: les entrepots du canal de l'Ourcq: dernier train pour Bondy.

14-entrepots-DSC00485.jpg

Repost 0
21 juillet 2012 6 21 /07 /juillet /2012 13:31

 

Arbois, un nom de vin, au cœur de ton héritage gustatif familial.

Arbois - Eglise St Just - 1020 juillet 2011,

Il y a des noms comme ça, dont tu ne sais rien d'autre que c'est un vin, ou autre chose. Mais pour l'Arbois, je connaissais bien la bouteille, on y associait un autre nom, « Pupillin ». Pour moi, c'était un cépage. T'imagines la révolution culturelle que j'ai du accomplir en quelques minutes en visitant le premier caveau. Pupillin c'est un village, comme Arbois est une bien belle ville.

 

Drôle de hasard, il faut ton dos cassé, le mauvais temps, pour que tu renonces à te promener dans la nature, puis te laisser guider par la curiosité de vérifier ce que tu croyais savoir. Tu ne connaissais rien.

Quand tu arrives en voiture t'es saisi par la vision, en haut de la côte, du village en dessous de toi, et de ce point de repère qu'est le clocher de l'église St Just. Tu t'arrêtes au parking, prend l'appareil photo et fait ton premier passage en tournant en rond, ou plutôt en essayant. Car t'es vite coincé entre les vieux murs enserrant les rues étroites des anciennes fortifications et la Cuisance.

 

Donc, après avoir sacrifié à la photo du lieu, qui finalement, t'a plus intéressé que bien d'autres églises, tu fais le tour des caveaux, t'aperçois que les prix varient du simple au triple, sans vraiment comprendre pourquoi. A trois heures de l'après-midi, tu ne vas pas te mettre à tout gouter . Tu repars pour un tour de ville.

Même si la pluie a cessé, il fait froid, toujours un peu de vent, le ciel reste lourd. Ta promenade te fait retrouver la rive de la Cuisance. Tu te laisses guider par le bruit de l'eau, profites des vieilles écluses qui devaient alimenter en eau, des sites industriels, peut-être un moulin. Un an après tu ne te souviens plus. Reste une chose, tout était décoré: des photos t'aidaient à passer les ponts; des chaussures multicolores, habillées de rubans, t’entrainaient à suivre leurs pas suspendus à la lisse des passerelles. Les familles s'approchent, regardent, rient. Il existe une autre culture que le vin...

 

Tu mets dans ton coffre un petit échantillon de beaucoup de ce que les vignerons proposent. En plus, deux énormes saucisses fumées, façon Morteau. Ce soir là, malgré le froid, emmitouflé dans nos polaires, nous gouterons le Savagnin et les rondelles de saucisse, en regardant désespérés, les rougeurs étouffées par les nuages, d'un soleil sans conviction.

 

Avant de rentrer, un petit passage par l'Ermitage, où un point de vue te permet ta dernière photo du site.

T'as bien aimé Arbois. T'aimes pas ce mauvais temps qui t'en veut !

Repost 0
Published by AlbumRJ - dans carnets de voyages
commenter cet article
18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 16:30

Quelques images maladroites du passage des avions le dernier 14 juillet.

défilé des avions du 14 juillet -07 

Le soir, tu vidais une bouteille d'eau sur tes géraniums un peu défraichis, quand tu es surpris par le vol de la patrouille de France, arrivant plein gaze, depuis la porte de la Villette, et filant au dessus des toits de Paris. Quand ils virent à droite, tu estimes du coté de la Concorde, ils allument les fumigènes bleu blanc rouge. Tu te dis que si ils repassent pour le lendemain, t'auras un souvenir de ce quatorze juillet.

La radio annonce le début du défilé avec les avions, vers 10 h 30.

Tu te mets en embuscade avec ton zoom « patate ». Tu fais des réglages sur les immeubles qui t'entourent. T'es content ça rend bien. Bien sur t'as pas de pied, et comme les immeubles ne bougent pas, malgré la dérive des continents, t'es satisfait de ton résultat. Sauf que les avions ça volent vite, et toi, t'as un peu la tremblotte en les cherchant dans ton viseur. Le résultat est moins pêchu que tu l'aurais souhaité.

 

Toute la matinée un hélicoptère fait la ronde et contemple la caravane volante. Finalement, elle décore bien ton paysage quotidien. La prochaine fois tu prendra une chaise et un pied.

 

Sur quelques photos, t'as un peu forcé les contrastes et l'éclairage; car dans ce petit matin brumeux, les détails se perdent dans la grisaille. C'est en regardant les photos au maximum des pixels que tu remarques, en fin de spectacle, un des avions qui vole la tête en bas.  Et puis, certains ont fait demi-tour, comme les gros Hercules semblant cibler la tour Montparnasse...

Repost 0
Published by AlbumRJ - dans alblogrj
commenter cet article
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 07:33

Les roches de Bellecombe – le Mont Granier – Massif de la Chartreuse.

Col de l'Alpe - Mt Granier -04 

Cette montée au col de l'Alpe n'était pas éprouvante. T'aurais aimé un peu de soleil et de chaleur. Les bancs de brume poussés par le vent enrobent le paysage de mystère, et les perspectives sont lentes à se découvrir. Chaque fois que cela s'assombrit trop tu t’interroges sur la pluie ? Autour de toi, les randonneurs du dimanche sont confiants, pourquoi pas toi ?

Sans carte détaillée, difficile de se projeter dans une direction. De la croix qui marque le col tu décides de descendre la pente du plateau en direction du mont Granier. C'est là que tu croises le renard. D'autres l'ont aperçu dans le village sous les roches des « Belles Ombres ». Peut-être y en a-t-il plusieurs.

L'animal passe à quelques mètres de toi. Tu ne l’intéresses pas. Il a son repère, tu le découvriras à ton retour. C'est la croix du col, et les sacs à dos garnis qui sont abandonnés au pied.

 

Bien sur il fait le régal des photographes, ravis d'avoir autre chose devant l’appareil que la brume ouatinée qui fige l'objectif.

 

C'est en entreprenant la descente du col, que tu interpelles ces deux jeunes montés en portant leur VTT. T'admires les bécanes, interroges sur la montée, et comment ils vont descendre. C'est pas des apprentis. Deux gaillards endurcis, qui t'expliquent comment ils vont descendre. Debout sur leurs pédales sans cale-pieds, la selle assez basse, tout en souplesse sur les cuisses. Un sens de l'équilibre que tu n'as plus...

 

Ta descente solitaire te laisse le temps d'admirer les parapentes. Le premier te surprend par son approche très haute des rochers, rasant la cime des sapins d'un cercle large, qui le fait monter encore plus haut.

Un autre, plus bas et plus tranquille, au-dessus de la plaine que le soleil se décide d'illuminer.

 

Quand tu seras en bas, tu profiteras de la belle lumière pour une dernière photo du mont Granier.

Repost 0
Published by AlbumRJ - dans carnets de voyages
commenter cet article

En balade sur L'AlblogRJ

Tags et Graffitis

 

Rechercher

esaai module

Esaai de texte libre dans le module

 

Autres Articles Du Thème

  • Le cœur de Paris depuis le Sacré Cœur.
    Le cœur de Paris depuis le Sacré Cœur. T'as maintenu ton blog en activé pour quelques semaines et voilà qu'on te propose de le mettre à jour dans la nouvelle version. Tu ne sais pas trop ce que ça va te couter en réparation. Mais banco, tu verras bien,...
  • Du 104 a la tour de Romainville.
    Images vues de la Tour du sacré cœur à Montmartre. Il y a deux mois je dis que je ferme le blog, et puis ce matin un nouveau sujet. Non, ce ne sont pas des mémoires d'outre tombe, mais pas loin. Donc, j'ai remis un peu de thune dans mon abonnement. On...
  • Tour Eiffel depuis le Sacré Coeur
    Bonne annné 2014. Tu ne pensais pas mettre un post pour le passage à l'année 2014. Ton blog va finir, tu n'en renouvelleras pas l'abonnement. Il faut dire que tu n'as plus l'esprit à la légèreté d'une bonne ballade en VTT. Depuis le Roussillon, où il...
  • Canal de l'Ourcq tranquille.
    C'était un beau dimanche tranquille. Tu étais sorti de bonne heure. Quand tu arrives au bassin de la Villette, les joggers toniques y vont de leurs foulées allongées. Il y en a même en short et bras nus. Quelle température ? Pas plus de 6 ou 7°. Les conditions...
  • Montmartre – Paysage d'automne.
    Le Sacré Cœur tour d'observation. Tu venais de passer une semaine difficile, il fallait te bouger pour retrouver un peu de dynamisme. Ta balade favorite te conduit naturellement, à pied, vers le canal de la Villette et le canal de l'Ourcq. T'as usé presque...