20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 18:43

 

Sur un arroyo du Mékong, près de Can Tho le 23janvier 2011.

 Jardin botanique - Can Tho -021

Nous venons de quitter le marché flottant de Cai Rang, près de Can Tho. Notre embarcation s'engage dans un arroyo du Mékong et nous dépose dans ce que nous appellerons un « jardin botanique ». La première chose que nous fait observer notre guide « Tu », ce sont quelques arbres et fleurs : le dragonnier, le durian, le poivrier.

Le petit jardin botanique nous présente se réserves, crocodiles, pythons et divers reptiles. Sur les rebord des fosses d'immenses grappes d’œufs d'escargot. Pas loin des cages où sont élevés des rats avec des bons maïs. C'est la nourriture des carnivores rampants. Plus loin des cages où des singes « pleurent ».

 

Enfin nous sommes conduits devant la boutique informelle, où l'on peu se faire plaisir avec un nouveau pyjama de soie, des chemises, tuniques etc.

Quand nous remontons sur notre bateau, des coffres s'ouvrent et propose au groupe, les dessous fin les plus raffinés. Notre moyenne d'age étant bien proche de soixante dix ans, ne permet plus de d'enflammer l'imaginaire et le fantasme...

 

Durant le trajet retour, Tu, notre guide nous explique en quelques mots le fonctionnent du marché flottant. Il y a d'abord des grossistes qui achètent, au fond des campagnes, les récoltes fraiches fruits, légumes de toutes sortes.. Le marché est permanent, tous les jours. Sauf une fois l'an pour la fête du Têt. Il n'y a pas vraiment de place attitrée, mais chaque bateau trouve sa place. Le grossiste ne repart que quand il a vendu toute sa marchandise aux détaillants qui achètent avec leur barque.Ils iront vendre dans les petits marché en ville. Les marchandises sont toujours vendues fraiches.

 

Nous retrouvons notre bus, nous faisons route, toujours le long du Mékong, en direction de Chau Doc où nous passerons notre dernière nuit au Vietnam. Le long du chemin deux arrêts, pour une rizière en culture et un paysan nous montrera un épi de riz, ensuite un étang où poussent les lotus. Dernières photos de fleur, des graines et des rhizomes. Un des souvenirs bien présents, c'est le goût des graines de lotus et des rhizomes. A Paris tu n'en trouves pas, les commerçant t'expliquent que ça doit être très frais pour être bon. C'était un régal.

 

Nous arrêteront à nouveau, un peu plus loin à Tan Huong, un petit village. Tu, notre Guide, a repéré le décor d'un mariage, il nous présentera aux familles. Ce sera un moment de vraie grâce.

 

 

vietnam 0037 

Tout notre voyage au Vietnam

 

 

Repost 0
Published by AlbumRJ - dans Fascinant Vietnam
commenter cet article
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 17:28

 

Promenade dans le patrimoine de Champerret.

La caserne des pompiers . La 5eme Compagnie.

champerret la 5e Cie - 1023Tu penses que pour les journées du patrimoine il faut visiter quelque chose que tu ne connais pas. Une cathédrale où tu n'as jamais mis les pieds, ou bien une somptueuse résidence classée, qui a des obligations d'ouverture au public.

T'es pas un découvreur, t'en profites juste pour reposer tes pas dans d'autres bien plus anciens. Tu t'étais dit que tu repasserais bien dans cette caserne. Il te restait de vagues souvenirs de précédents passages, et quelques photos, probablement des années 50 ou 60.

Des travaux ont modifié en profondeur le bâtiment, et la cour où tu avais photographié une cérémonie, on disait une prise d'armes, ne peut plus accueillir les bataillons de la même façon. Le monument aux morts a été déplacé. Il est à l'honneur, au fond de la cour.

 

A l'époque, pour les invités, il y avait une démonstration. Des bacs avec du gazole étaient allumés, et il y avait une manœuvre d'alerte au feu, grandeur réelle, avec arrivée sirènes hurlantes. Ça jetait !

Il y avait pour clôturer le spectacle, une démonstration de la fameuse « équipe spéciale » avec des exercices au sol ou aux barres parallèles. On ne la verra plus, dissoute dans la trempette !

 

Comment te sont arrivées les vielles photos de lutte contre le feu, tu n'en sais rien. Une cave, un vide grenier. Bon, elles sont dans l'esprit de la visite du musée où un jeune capitaine essayait de faire revivre les grands moments de la brigade depuis la création du corps en 1811 par Napoléon.

 

Pour reprendre le PC3, il faut passer la porte Champerret, ce sera l'occasion d'un autre patrimoine, cette église un peu démesurée, Ste Odile.

Repost 0
Published by AlbumRJ - dans alblogrj
commenter cet article
9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 14:09

tags le long du canal de l'Ourcq.

 tronches de tags - ourcq 2012- 009

L'été du canal est fini depuis longtemps. Ce matin le soleil et un petit regain de forme te poussent sortir le VTT. Oh ! Je suis loin d'être prêt pour la grande balade. Juste une petite remise en confiance, reprendre un peu l'air, se retrouver au milieu de la foule « fourmilleuse ». Dans ce premier week-end après la rentrée, le risque n'est pas les gosses qui chaloupent la tête dans les nuages quettant le sourire du papa. Non c'est le cinquantenaire requinqué par ses vacances, qui prend la piste de l'Ourcq, pour un anneau de vitesse. Sonnettes stridentes, exclamations, bras rageur tendu, il n'a pas compris que dans les passages à angle droit, le long des piles des ponts, où deux piétons ont du mal à se croiser, s'engager à pleine vitesse, sans visibilité, faisait courir un risque à tout le monde. T'es venu rouler la première fois sur les berges du canal de l'Ourcq, quand une chute du peloton, avec lequel tu pédalais tête baissée, le long de hippodrome de Longchamp, t'a fait tâter du granit des trottoirs. Les pompiers ont du emmener un gus à l'hôpital. Ils t'ont soigné, et t'as fait peau neuve du coude à la cuisse. Aujourd'hui tu ne sorts plus la bécane sans un casque...

 

Donc ce matin sous le doux soleil matinal, t'évites comme tu peux, les nostalgiques des vacances. Ton coup de pédale tranquille te permet de revisiter les tags que t'avais photographier en juillet. L'occasion de voir du changement. Ceux que tu pourras voir dans cet album ont disparus pour une petite moitié. Notamment ceux ayant une expression artistique affirmée, plus dans la poésie que la menace. Très clairement les « crews » ont reconquis cet espace avec intolérance et intimidation.

C'est un peu la loi du genre. Pourtant certains ont passé la barrière du cri identitaire, pour devenir de vrais artistes modernes, exprimant une sensibilité, une solidarité avec les quartiers. On réfléchit mieux avec son cœur qu'avec ses dents !

Repost 0
5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 12:39

Retour du marché flottant sur un bras du Mékong . (Vietnam)

 Marché flottant Can Tho - 107

Rien ne sert de vouloir commenter les images. Le marché flottant à l'ouest de Can Tho, sur un petit bras du Mékong, est saisissant par son activité. Commerce et négociations vont bon train. Les femmes sont à la manœuvre autant que les hommes. Apparemment les eaux du Mékong sont moins polluées que celles de la Seine, où la préfecture a interdit une compétition sportive. On s'y lave, on s'y baigne.

 

Il nous reste moins de vingt quatre heures à passer au Vietnam. La frontière avec le Cambodge n'est plus loin. Notre guide Tu, commence à nous préparer à découvrir un pays pauvre.

vietnam 0037 

Tout notre voyage au Vietnam

 

Repost 0
Published by AlbumRJ - dans Fascinant Vietnam
commenter cet article
3 septembre 2012 1 03 /09 /septembre /2012 15:13

La rentrée c'est pas que pour les profs, pour les profits aussi !

 Grande Arche La Défense - 102

Comme tu sais, mes gosses travaillent à la Défense. J'y avais travaillé, il y a bien longtemps. J'ai aussi bossé de l'autre coté de l'Arche, sur Nanterre. J'ai pris le RER. Le « A » ! On devrait dire le « Haaa.... » comme dans le dernier souffle d'une détresse insondable. La rentrée, le RER la joue sur l'épuisement , sans humour. Tu te rappelles ce feuilleton à la radio, dans les années soixante, avec Zappy Max, « ça va bouillir ». Le RER A, c'est la suite, sans rire : on te compresse, on t'étuve, on t'angoisse, et on t'achève : « ce train ne prend plus de voyageurs, merci de descendre et de rejoindre votre destination par les correspondances ». Ils te disent pas « tirez vous, bandes de cons », mais le cœur y est. Ça va bouillir ! Ça va forcément bouillir! De la maltraitance pareille, quand c'est les cochons, les écolos, greenpeace manifestent. Les vétérinaires portent plainte à la SPA ! Là, rien ! Dans le feuilleton, le « Tonneau », Kurt von Strafenberg avait une invention diabolique pour capturer ses victimes, les enfermer au secret; le pauvre Zappy Max, d'épisode en épisode, expirait chaque fois plus profondément. Il ne lui restait qu'un souffle, on n'osait pas arrêter la radio de peur qu'il ne passe pour de bon. Le lendemain midi, on s'attendait au pire, pourvu qu'il ne lui soit rien arrivé ? Doucement, la radio nous laissait entendre, le souffle étouffé ; comment pouvait-il encore nous dire où il était et ce qui s'était passé hier ? On imaginait bien que c'était « pour de faux », mais avant de retourner en classe (on était plus souvent 40 que 35), on se faisait peur..

 

T'as connu les trolleys, les bus dont la plate-forme trainait par terre, les attentes, les soirs d'hiver dans le vent glacé, du bus coincé au rond point des Bergères. Le receveur hargneux parce que ta carte hebdo d'étudiant avait été poinçonnée sur le retour au lieu de l'aller ! Je te le dis, c'était le bon temps. Le RER A, c'est mille Zappy Max à l’agonie, les téléphones brouillés, tous s’épuisent dans un râle à avertir, un coup au bureau, un coup un rendez-vous, le plus souvent la nourrice : « c'est en panne, ils avaient annoncé un quart d'heure, mais non, ça ne repart pas. Je suis sur le quai, ils laissent encore descendre, on ne peut pas passer, le changement pour la « une » est bloqué, je ne sais pas quand je serai là ». Tu regrettes les grèves, au moins t'es averti, tu t'organises !

 

Ce feuilleton là, c'est pas du bidon, l'épisode se renouvelle presque tous les jours. Plusieurs choses, quand même, sont différentes avec la radio des années soixante. Le feuilleton change d'heure à chaque fois, quelque soient les explications, on n'y comprend rien, mais ce qui est sûr, c'est que demain il y aura un nouvel épisode imprévu : ça va bouillir sur le RER A !

 

Pendant que les salariés sont en panne de métro, les profits courent toujours sur la dalle de la Défense. T'entends : « les loyers sont tellement chers, qu'il faut rendre deux étages ! La RH est passée, ceux qui avaient deux bacs en abandonnent un, les armoires basses, c'est une pour quatre, les licences logicielles seront partagées, il y aura deux PC pour chaque licence en libre service : bonjour la bataille , quand les dix qu'y en ont besoin à 16h00 vont se jeter sur les postes ! »

 

Pendant ce temps là, sur cet espace si restreint et si cher, les tours montent ! Pour casser un bâtiment de moins de quarante ans et construire une nouvelle tour, les profits sont toujours là. Encore cinq mille gus qui vont s'ajouter à la cohue du RER A. La thune roule pour le bâtiment, si on taxait les profits générés pour financer le transport des employés, sûr que ça ralentirait l'entassement et les pannes. On va peut être, faute de mieux réactiver les "premières classes" : les « secondes » sont entassés dans le wagon, ils soutiennent à bout de bras les « premières » au dessus de leurs têtes. En plus, ils économisent le cour de step et de muscu !

 

Encore quelques photos du mois de juin. La fameuse « Grande Arche », n'est plus visitable. Les défauts de construction sont tels que la terrasse n'est plus accessible. Beaucoup de monde sur ses marches pour le pique-nique méridien. Du travail, pour le ramassage des sacs repas.

Repost 0
Published by AlbumRJ - dans alblogrj
commenter cet article
29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 16:06

Le plaisir d'une ville qui s'amuse.

 dauphins de la nive à l'adour - 100

J'avais mis en ligne ces photos, il y a trois jours. Impossible de trouver dix minutes pour mettre une légende. En plus j'avais enregistré, sur mon petit téléphone, quelques uns des décibels générés par trois instruments, et voilà que Monsieur Itunes ne veut pas les copier du téléphone. Les cruelles sonorités capturées ce jour là, ne briseront aucun tympan. Juste mes nerfs !

 

Il y avait eu match. Il m'a fallu une demi plombe pour le comprendre, savoir avec qui. Vu l'ambiance j'avais cru que Bayonne avait gagné, erreur Montferrand les avait battus. Qu'est-ce que ça doit être la victoire !

 

Dernier coup d’œil avant de partir sur la Nive et l'Adour, un crochet à « l'atelier du chocolat », puis retour dans le Béarn où progressivement tu n'es plus un touriste en vacance, simplement, un étranger...

 

Repost 0
Published by AlbumRJ - dans carnets de voyages
commenter cet article
26 août 2012 7 26 /08 /août /2012 18:18

Poussières d'étoiles.

 champignons des toits-11

Quand tu ouvres ta fenêtre, t'es surpris par des couleurs inhabituelles. T'as pas tes lunettes, puis tu découvres les pots de plastique sur les conduits de cheminées. C'est l'occasion pour toi, de faire un petit tour d'horizon. Ces chapeaux qu'on mettait aux cheminées, on appelait çà, des champignons.

Les champignons des toits. Depuis le temps que du haut de ton HLM, tu regardes l'entretien des toitures des petits immeubles en face de chez toi, t'as vu toutes sortes de choses. Dont avant juillet, des hommes en tennis refaire les zincs, le samedi et le dimanche. Sans harnais. Sans la moindre sécurité. Normal que dans ces conditions, il y ait des détails qui soient mis de coté.

L'autre sport favoris des errances sous les étoiles, c'est les antennes télé et les paraboles. Sur notre HLM, on avait  eu aussi un radio amateur : il a déployé une énorme antenne, dont les radians ont été, petit à petit, emportés par le vent, jusqu'à ce que les tendeurs se rompent et le mat se plie. Depuis les points d'ancrage ont rouillé et sont de parfaites entrées d'eau sous la terrasse.

 

Ces cheminées souffrent des cerclages qui arriment toujours plus de paraboles, au diamètre en expansion, offrant une belle surface au vent. Alors les crépis s’effritent vite, et l'eau s'empare des blessures.

Le hasard de cette visite te fait voir une plante entre deux cheminées ou ailleurs les ouvertures béantes du travail du temps.

 

Ces toits de Paris ont leur poésie. Mais peut-être, ne faudrait-il pas habiter dessous. J'ai ajouté deux photos d'une mansarde décorée par un rosier fleuri. L'homme qui l'entretient, était monté sur le toit, après la tempête de 89, plusieurs jours, avec une télé portable, pour régler sa parabole fauchée par le vent.

 

Poussières d'étoiles.

Il y a des résonances comme ça.... Le décès de Neil Armstrong. En juillet 69, je venais de finir mon service militaire et avais débuté un travail trois jours après la démobilisation. Époque facile pour travailler, moins qu'on le croit pour vivre. Nous n'étions que deux dans l'appartement de Paris, mon père et moi. Sur le coup de quatre heures – j'avais mis mon réveil – je vais doucement dans la salle à manger allumer la télé au bout de la table. Vieille télé à tubes, longue à chauffer, et avant que j'ai réalisé, le son d'Armstrong avait déchiré le silence de la nuit et déclenché la foudre d' un « qu'est-ce que tu nous emmerdes avec la télé à une heure pareille ! Fous moi la paix ! » Donc, j'ai raté le premier pas pour l'homme....

Le soir quand on se retrouve, après notre boulot, le père dit « excuses-moi, je ne savais pas... ».

1969, c'était aussi le premier tour de France remporté par Eddy Merckx, il remplaçait mon idole, Anquetil, dans les étoiles de ce sport. Figures-toi que cette année, je n'ai regardé aucune étape à la télé. Un autre Armstrong a tué un mythe, détruit un panthéon, plus que des poussières d'étoiles.

 

 

Repost 0
Published by AlbumRJ - dans alblogrj
commenter cet article
24 août 2012 5 24 /08 /août /2012 13:42

Le matin de bonne heure, le marché est actif.

 

Dimanche 23/01/11 vers 07h00.

 Can Tho - Mékong -20

Nous allons quitter Can Tho, nous préparons les bagages, et vers sept heures et quart nous sommes sur le port où un bateau nous attend. Il fait 29°. La promenade est agréable.

Nous repassons devant le marché visité de nuit, tout est calme. En passant, j'avais fait des photos des pelouses où les déchets de la restauration rapides s'accumulent. Je te les épargne.

 

Le bateau fonce. Il nous permet de voir les activités industrielles, le nouveau pont en construction, le bois, la station d'essence sur son ponton.

 

Nous arrivons au marché, des bateaux de toutes tailles, des produits manufacturés et des fruits, des légumes. Les échanges sont rapides. Nous ne sommes pas les seuls touristes à slalomer entre les embarcations. On voit bien que ça dérange. La contre-partie c'est les menus achats quand on est accosté. Le Way Point 79, moins d'une demi-heure, demi-tour.

 

Deux séries de photos de ce court passage.

 

vietnam 0037 

Tout notre voyage au Vietnam

Repost 0
Published by AlbumRJ - dans Fascinant Vietnam
commenter cet article
22 août 2012 3 22 /08 /août /2012 15:59

Photos en hautes couleurs d'un après midi sous la chaleur.

 Bayonne - Nive - Cathedrale -02

Pas terrible hein ! les photos par téléphone et les sujets transmis par courriel, aux bons soins de la dame « Orange ». Ça ne marche pas 99 fois sur cent. Peut-être est-ce l'interface d'Overblog, mais je n'y crois pas. Si tu trouves une borne WIFI, les sujets par téléphone passent sans problème. Tu bogues sur une « pelure d'Orange ».

 

Paradoxalement, ces petits sujets par téléphone, ont attirés chaque jour plus de visiteurs que les sujets laborieusement préparés et documentés. Cela renforce le principe du calcul de la performance de ton blog : ce n'est pas le contenu qui compte mais la fréquence des messages postés. C'est d'ailleurs dans ce sens là que la nouvelle version d'Overblog va. Je l'ai testée, elle est radicalement simplifiée pour un envoi rapide d'un contenu court, avec peu de photos. C'est au moment de la conversion de ton blog entre l'ancienne version et la nouvelle que vont se poser les grosses questions de portage.

 

Ce blog, l'AlblogRJ, va entrer dans sa septième année en septembre. Il a ses visiteurs fidèles, d'autres plus occasionnels, sans nouer de vrais liens avec le surfeur de passage. Certains sujets tiennent bien et sont souvent revisités. Principalement les voyages et la quantité de photos pour chaque thème. J'aime montrer mes photos. Elles ne cassent pas trois pattes à un canard, mais c'est un soutien à mes émotions, mes souvenirs. Si le contenu change doucement, c'est aussi parce que les randos en VTT ne sont plus à l'ordre du jour. Le vieux VTTiste laisse souvent la place au vieux Parigot.

 

Le retour de Roissy à ton domicile, a été l'occasion de vérifier que le vieux Parigot peut s'adapter à son environnement parisien qui change. Ton chauffeur de taxi a émis un « ouf » de dépit quand tu lui as donné ton adresse. Les dents crispés, sa belle « mercédes » a du céder le passage, où le code de la route et le bon sens, n'ont rien spécifiés. Mais ton bon sens n'est que le tien, visiblement plus partagé. Quand même, ça serait bien, si de temps en temps une voiture s'arrêtait devant le feu rouge et pas au milieu du carrefour. Dans les rues étroites, les jeunes débordent des trottoirs où d'autres font du « weeling » sur des « vélib » détraqués, manquant de percuter le taxi qui roule au pas. Petit appui sur le bouton de verrouillage des portes. L'autre, sur sa BM blanche décapotable, débouche en marche arrière de la rue en sens unique où le taxi s'engage. Deux coups de klaxon et un geste de la main : le taxi manœuvre pour laisser le passage.

 

Alors cette promenade dans les rues piétonnes du centre de Bayonne, c'est un peu la découverte du paradis. Vrai : faut « piétonner » ! Mais c'est bon de relâcher sa vigilance, d'être en vacances.

 

Repost 0
Published by AlbumRJ - dans carnets de voyages
commenter cet article
19 août 2012 7 19 /08 /août /2012 10:58


Bayonne, samedi. Quand le soleil tape trop fort, quand les vagues des plages voisines caressent le mat où flotte le drapeau rouge, les vieilles rues de Bayonne, étroites et piétonnes, sont idéales pour une déambulation sans but. Simplement te laisser accrocher par l'alternance des ombres et de la lumière . Au pied de la cathédrale des artistes exposent des tableaux aux couleurs vives. C'est là que tu est surpris par ce groupe qui commandent des glaces. Tous le même maillot, la même écharpe. Apparemment la même famille. Tu trouves curieux. Le jaune bien jaune c'est pas ta couleur... En redescendant vers la Nive, t'en croise d'autres qui montent. Tous le même maillot tu n'avais vu ça que sur les routes du tour de France... C'est la trompette qui lance un cri aigu et éraillé qui te guide tout d'un coup vers ce café où les tables en terrasse sont occupées par des buveurs de bière super motivés. L'ombre des parasols masque l'agitation près du bar. Tu baisses la tête pour te glisser sous l'ombre, quand une explosion, un coup de canon te fait sauter. Le cœur s'arrête net! Cri de la trompette, sur qu'elle appelle à l'aide! Puis déchainement du tambour, la bandas fait résonner les murs, les tables, les chaises. Comment as-tu pu te glisser entre les cinq costauds qui poussent leur chant rituel? Toute la terrasse reprend en cœur , les instruments sont étouffés par la chorale hors d' haleine . Deux grands écrans télé montrent un match de foot. Personne ne regarde. Une jeune femme apparaît, comme surgie d' un autre espace. Tu commandes ta bière en cassant ta voix. Quand elle te sert, le groupe s'écarte, t'aperçois au mur une affiche marquée d' un sigle mystérieux : AB - ASM. Sûrement un folklore local. Faudra que tu te renseignes. Quelques photos des bords de la Nive, en face. Les tags peints sur le mur? Un taureau! Étrange, hein?
Repost 0
Published by AlbumRJ - dans par téléphone
commenter cet article

En balade sur L'AlblogRJ

Tags et Graffitis

 

Rechercher

esaai module

Esaai de texte libre dans le module

 

Autres Articles Du Thème

  • Le cœur de Paris depuis le Sacré Cœur.
    Le cœur de Paris depuis le Sacré Cœur. T'as maintenu ton blog en activé pour quelques semaines et voilà qu'on te propose de le mettre à jour dans la nouvelle version. Tu ne sais pas trop ce que ça va te couter en réparation. Mais banco, tu verras bien,...
  • Du 104 a la tour de Romainville.
    Images vues de la Tour du sacré cœur à Montmartre. Il y a deux mois je dis que je ferme le blog, et puis ce matin un nouveau sujet. Non, ce ne sont pas des mémoires d'outre tombe, mais pas loin. Donc, j'ai remis un peu de thune dans mon abonnement. On...
  • Tour Eiffel depuis le Sacré Coeur
    Bonne annné 2014. Tu ne pensais pas mettre un post pour le passage à l'année 2014. Ton blog va finir, tu n'en renouvelleras pas l'abonnement. Il faut dire que tu n'as plus l'esprit à la légèreté d'une bonne ballade en VTT. Depuis le Roussillon, où il...
  • Canal de l'Ourcq tranquille.
    C'était un beau dimanche tranquille. Tu étais sorti de bonne heure. Quand tu arrives au bassin de la Villette, les joggers toniques y vont de leurs foulées allongées. Il y en a même en short et bras nus. Quelle température ? Pas plus de 6 ou 7°. Les conditions...
  • Montmartre – Paysage d'automne.
    Le Sacré Cœur tour d'observation. Tu venais de passer une semaine difficile, il fallait te bouger pour retrouver un peu de dynamisme. Ta balade favorite te conduit naturellement, à pied, vers le canal de la Villette et le canal de l'Ourcq. T'as usé presque...