2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 22:11

 

La découverte d'un quartier d'Aubervilliers.

 

le millénaire - Aubervilliers - 09Ce matin là, il n'est pas neuf heures . Le téléphone ! « C'est pour moi ! ». Tu fais ton petit tour sur les news d'internet. T'entends : «  si ! à Carrefour, pas loin de Montmorency, il y a « la » table. »

Tu ne sais pas de quoi elles parlent. Mais toi, Montmorency c'est non !

 

  • « Il faut aller à Carrefour, il y a la table ! »

  • « Carrefour ? On n'y est jamais allé, et moi, je ne fais pas le tour des banlieues !

  • « Regardes sur Internet, on a qu'à aller au plus près ! »

  • « Aubervilliers, c'est à dix minutes, je peux ! »

  • « Mais est-ce qu'ils ont « la » table ? »

  • « On verra, on y va... »

 

Comme tu n'étais jamais allé dans un magasin « Carrefour », ça va être la vraie découverte, la grande aventure ! Pourtant  à Aubervilliers t'as jamais entendu parler d'un carrefour. A ton marché, rue de l'Olive, il y avait eu des inquiétudes, il y a dix ans, quant à l'installation d'une grande surface ; mais depuis, avec la réouverture du marché, les nouveaux commerçants affluent : six ou sept en un an. Donc la peur de la « grande surface » s'est atténuée, ou alors, il n'y a pas de « grande surface » ?

 

le millénaire - Aubervilliers - 20Aubervilliers aujourd'hui c'est un peu galère, à cause des travaux du Tram, le T3. Tu programmes le GPS, il t'annonce dix minutes. Mais au premier feu, t'es à trente. Passée la porte et le périph, le petit panneau, presque timide, « centre commercial du Millénaire ». Deux cent mètres après t'y es. Le parking est immense, tu ne manques pas de place.

 

Quand tu débouches au rez-de-chaussée t'es surpris par l'espace, la lumière. Tu déambules sans faire attention à ton but : "La" table à Carrefour ! Quand tu te ressaisis, tu ne sais pas où t'es. Tu regardes le plan; tu penses avoir compris quand tu te retrouves dehors. Le vigile bien gentiment te ré-explique. Tu y es.

  • S'il vous plaît « la table » ?

  • Je ne sais pas, il faut demander à mon chef quand il aura fini.

  • Heu ? La table ?

  • Ah ! Non ! on ne la fait pas, on est trop petit !

  • Qui ? Où ?

  • Un plus grand, voyez l'accueil !

  • Bonjour, on cherche « la table » ?

  • Oui, je la vois dans le catalogue, mais je ne sais pas dans quel magasin. Il faut téléphoner.

  • D'accord, quel numéro ?

  • Je ne les ai pas, il faut regarder sur internet...

 

« La » table c'est fait ! Deux jours de téléphone, mais une personne consciencieuse qui rappelle. Crispant quand même...

 

Le bonheur du jour, pour toi qui évite comme la guigne, les centres commerciaux, c'est le confort de l'espace. Est-ce parce qu'il n'a pas fait le plein de ses visiteurs ? Tu t'y promènes comme dans un parc, sous une immense verrière qui te laisse voir ton « Paris », ton "périph" ! Le vieux parigot fait deux fois le tour. L'ambiance y est légère. Le périph est maintenu à distance par le canal. Pas de sono, des gens assis tranquillement comme dans un square au bord de l'eau. Presque la plage...

 

Alors, tu refais un tour, visites tes enseignes habituelles, et testes une ou deux boutiques nouvelles pour toi. C'est en y revenant quatre jours plus tard, que tu déambules avec ton appareil photo. A pied t'as mis un quart d'heure de moins qu'avec ta caisse. A ton troisième passage des jeunes t'interpellent gentiment :

- et nous ? On n'est pas sur la photo ?

Tu souris :

  • Non ! Bien sur ! (T'évites toujours de mettre en scène les personnes que tu croises.) tu vas pour repartir, puis tu fais demi-tour.

  • Après tout, si vous l'acceptez, je ferais bien une photo. L'un d'eux se lève, dit « pas moi ». Derrière un autre homme,  lui,  demande à être photographié.

On échange quelques banalités sur le site, si calme et agréable. « Il, n'y a personne, ça ne va pas durer ». Tu donnes le nom du blog.

Le vieux parigot se rentre. Il franchit les pièges de la circulation. Les plots de béton rouge et blanc balisent les méandres d'un chemin longeant les différents chantiers. T'es dans la poussière, le bruit, loin du calme de ce Millénaire.

 

J'ai mis la photo d'Antoine Grumbach. L'architecte. Je repasserai, faire le grand tour d'un coup de VTT.

Partager cet article
Repost0
29 mai 2011 7 29 /05 /mai /2011 07:23

Cambodge : fin de journée  sous le soleil tombant doucement sur

Pré Rup.

 

pre rup - angkor - 02Tous les guides vous le disent, c'est le soir, au coucher du soleil que ces temples bien exposés, le Mébon et Pré Rup, sont les plus beaux. Leurs façade de grès ou de briques étincellent de lumière ocre ou cuivre.

Mais outre que tes yeux se reposent de toutes les merveilles admirées, que tes jambes se détendent après tant de marches montées puis redescendue, tu trouves en t'abandonnant appuyé sur la pierre, douceur, calme, tranquillité.

 

Ce 27 janvier t'a rassasié. Après les temples pré-angkoriens de Ta Phrom, Phnom Da et Sambor Prei Kuk, sur la route entre Phnom Penh et Siem Reap , cette première journée sur le site d'Angkor te fait entrer doucement dans l'histoire de ces roi Khmers.

 

Pré Rup, le cinquième temple du jour est de 961. Le plus ancien le Bakong du groupe de Roluos datait de 881. Quelle richesse ! Quelle capacité à construire. On peine a imaginer ces premières capitales, les ressources pour faire vivre des dizaines de milliers d'hommes. En plus dans des territoires sans cesse traversés par les invasions .

Ces Rois qui bâtissaient pour leurs ancêtres, pour leur accession divine, sans autre représentation symbolique de leur pouvoir que ces immenses linga interpellent. Sans doute, les siècles traversés par ces temples témoignent-ils de ce qu'ils ont atteint leur but.

 

Trois niveaux pour ce temple. Latérite et grès pour les gradins, les 17 tours sont en brique. Son constructeur Râjendravarman y fut incinéré à sa mort en 968.

 

Donc, nous profitons de l'air doux, du soleil rougeoyant pour rêver les yeux mi-clos à ces grands bâtisseurs.

 

tete a Angkor Tom

Cambodge Khmer

 

Partager cet article
Repost0
26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 21:28

Le Mebon est un temple nilomètre du baray oriental.

 Baray Oriental - 18

Nous visitons donc ce 27 janvier au milieu de l'après-midi le baray oriental. C'est un grand réservoir. 2800M sur 800m. Il contenait 6 millions de m3 d'eau. Quand nous approchons, le débarcadère avec ses 3 m de haut nous donne une idée de la profondeur du réservoir. Le bus qui nous conduit aurait été submergé quand le baray a été construit au X ème siècle. Le temple date de 952.

 

Les travaux de cette capitale avaient été interrompus pendant 16 ans. Un roi « usurpateur » Jayavarman IV, quitte Angkor. Il s'installe dans une autre capitale Koh Ker, sur la route du Laos.

Rajendravarman devint le « roi des rois Khmers » en 944. Il revient à Angkor et fit entreprendre divers travaux. En premier, donc, ce baray oriental, qui servit de bain royal, et le mebon, temple d'état dédié aux ancêtres. Ce n'était pas un temple « montagne ». C'est l’assèchement du baray qui lui donne sa hauteur.

Nous verrons ensuite Prè Rup.

Baray Oriental - 20

Dans ces photos du mébon : des fenêtres avec des colonnes servant à rafraîchir les lieux, des linteaux ornés avec notamment une représentation de Ganesh, l'éléphant qui chevauche sa trompe et se transforme en cheval.

J'ai aussi conservé un assemblage de pierres montrant le travail de construction. Pierres taillées pour les mortaises carrées, et tenon conique pour faire tenir les assemblages.

Milieu d'après midi d'hiver, le soleil donne des couleurs aux pierres.

 

tete a Angkor Tom

Cambodge Khmer
Partager cet article
Repost0
24 mai 2011 2 24 /05 /mai /2011 15:42

 

Quatrième visite des temples d'Angkor le 27 janvier.

 

phnom bakheng détail copieDonc Yasovarman Ier quitte la capitale Hariharalaya, suivant les guides, il y a des problèmes de succession. Il va donc fonder une nouvelle capitale autour de Phnom Bakheng. Douze kilomètre au nord d 'Hariharalaya. C'est un bâtisseur entreprenant. La première Angkor.

D'abord le temple de Lolei dont les ruines faisaient le précédent sujet. Puis, en même temps qu'il fait creuser l'immense réservoir du « baray oriental », il fait construire le temple Phnom Bakheng, nécessaire à sa divinisation. Ce temple est construit sur un des trois pitons de la région. Il fait araser la colline (environ 65 m) pour faire ériger son temple montagne pyramidal. Cinq niveaux.109 Tours. ( un article de l'EFAO parle de 108), impossible de les voir toutes, du fait des perspectives.

Cela représente les 37 ciels de hindouisme. Les plus hauts pour Shiva,Vishnou, etc.

Indra est le roi des 33 ciels suivants, avec 33000 dieux.

Dans les différentes tours il y a des linga, symboles phalliques. Peu sont intacts. Différents pillages et destructions.

 

Ti, notre guide rappelle que le site d’Angkor a été abandonné pendant cinq siècles. Ce site a été important, près d'un million d'habitants à la fin du XIII éme siècle. Trois invasions dévastatrices par les Siamois, qui ont pillé les trésors des temples et notamment les ors des façades. (1352,1394,1420). Auxquelles, il a fallu ajouter les destructions par les khmers rouges en 1975.

Les premiers débroussaillements du temple de Bakheng avaient commencé en 1911.

 

 

Nous entreprenons l'ascension de la colline par la route des éléphants.  ("Phnom" c'est la coline), celle là c'est la "Colline de l'Homme Fort". Les noms des temple sont ceux conservés et utilisés par les habitants, non ceux reçus à l'origine. Les éléphants avaient été utilisés pour l'acheminement des pierres de la construction. Mon GPS me dit que le sommet de la pyramide est à une quinzaine de mètres de la base. La colline appartient à un espace carré délimité par des talus en terre de près de 4 Km de coté. Tout au long de notre promenade, on peut apercevoir les tours du temple d'Angkor Wat, un peu au sud-est.

 

Je n'ai pas mis la photo des sculptures modernes installées par les bouddhistes qui ont investi le temple abandonné, et réutilisé les pierres pour leurs statues. Nous deambulerons devant une tente, abritant la trace de l'empreinte d'un pied de Bouddha, fabriquée pour les besoins du culte.

 

Vraiment beau site. Le coup d’œil sur Angkor Wat génère l'impatience d'y  être.

 

Nous bénéficierons d'une belle lumière de soleil couchant pour le denier site visité ce 27 janvier, le Mebon Oriental et Pre Rup.

 

Le diaporama sonore pour quelques explications de notre guide, TI, sur les 33 ciels, et les envahisseurs siamois.

 

 

 

tete a Angkor Tom

Cambodge Khmer
Partager cet article
Repost0
22 mai 2011 7 22 /05 /mai /2011 08:02

 

Angkor, les ruines du temple de Lolei.

 

Lolei - Siem reap - 01Comme le sous titre l'indique, Lolei, c'est deux tours en ruine maintenues par des échafaudages. Dans mon précédent sujet sur le temple de Bakong, j'avais laissé passé une photo de Lolei. C'est en préparant le prochain sujet sur Phnom Bakeng, que je me suis aperçu de la confusion. Il est vrai que le commentaire de notre guide, Ti, a duré plus longtemps que la visite.

 

Donc, je n'ai que deux photos, et j'ai complété l'album par quelques images du marché à coté de notre restau de style colonial.

 

Lolei a été construit en 893 par Yaçovarman I, fils d'Idravarman I à l'origine des deux premiers temples visités. Ce dernier est un temple nilomètre.

Hariharalaya était donc la première capitale de la région d'Angkor, dans la région de Roluos. Trois types de temple : plain pied à Preah Ko, dédié au ancêtres, Bakong temple montagne dédié au roi, et le le temple nilomètre, au milieu des eaux.

Le temple n'avait que quatre tours, il était conçu pour en avoir 6, mais est resté inachevé. Il ne reste que deux tours. L'usure du temps et les bombardements.

Ce roi Yaçovarman I, fera construire une autre capitale à 11 km : Yaçodharapura . En quelque sorte base de la fondation de la première Angkor.

 

 

tete a Angkor Tom

Cambodge Khmer
Partager cet article
Repost0
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 21:03

 

Deuxième temple visité à Angkor, toujours dans le groupe de Roluos : Bakong.

 Bakong - Angkor - 02

Bakong est un des temples principaux du site de Roluos, où les spécialistes situent l'ancienne capitale Khmer Hariharalaya, fondée par Jayavarman II. Le Bakong est un temple pyramidal, ou temple montagne. La photo Google montre bien les enceintes carrées dans lesquelles il était enfermé.

Ti notre guide nous dit environs 900 m la plus longe enceinte. Donc, l'espace du site fait approximativement 1 km².

Il y a des bassins, des douves pour retenir l'eau; il y a une vingtaine de temples secondaires. Le temple principal est construit sur 5 niveaux. Dédie à Vishnou, ce temple montagne (artificiel, la terre des douves et de la latérite ont été utilisées pour créer la « montagne »), sert pour la représentation du roi lui même. La puissance du roi est représenté par un « linga »  imposant, symbole phallique,

 

Devant la succession des escaliers qui accèdent aux différents niveaux un Naga. La largeur des escaliers rétrécit à chaque niveau dans le soucis d'accentuer la perspective.

L'état actuel du temple est du à l'effort de restauration de l'EFEO (École Française d'Extrême orient), réalisé de 1931 à 1973.

 

Bakong - Angkor - 11Le temple a été consacré en 891. Comme pour Preah Ko, c'est Idravarman I qui l'a fait construire en 881 ;

L'idée du temple montagne fait référence au Mont Meru , l'axe de l'Univers. Chaque niveau représente un monde :

  • Les naga, représente le monde sous-terrain, représenté par ce serpent à 5 têtes

  • les garouda, oiseaux mythiques du monde des airs.

  • Les rakshasa démons des ténèbres

  • les yaksha, démons de la terre et des forêts, plutôt bienfaisants.

  • les maharadjas, le monde des grands rois (Maha = grand, Raja = Roi)

 

Sur les façades du temple, des éléphants miniatures et sans trompes. Les ouvriers sculpteurs se sont « allégés » la tâche !

 

Il est un peu plus de 11h ce 27 janvier quand nous redescendons du temple. Nous croisons les musiciens dont j'ai utilisé le son pour le diaporama animé. (Les photos, sont comme d'habitude accessibles dans l'album en cliquant sur la photo de l'article).

Notre guide Ti avait un rendez-vous à midi, il a fait en sorte de nos déposer de bonne heure dans le restau de Siem Reap qui nous attendais.

 

 

 

 

tete a Angkor Tom

Cambodge Khmer
Partager cet article
Repost0
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 18:39

 

Première visite sur le site d'Angkor :

le temple Preah Ko. Groupe de Roluos.

 

Preah Ko - Cambodge 07Ouf ! Ça y est ! Nous voici enfin à Angkor. Ce 27 janvier, nous nous faisons photographier pour disposer d'un « pass » nominatif. Nous remontons dans le bus pour nous rendre au premier temple. Nous avons fait le matin la connaissance de notre nouveau guide, Ti, il parle un français sans accent, et nous présente ce premier temple.

L'histoire de ce temple oblige à remonter au roi Jayavarman II.

Enfant il aurait été capturé avec sa famille et emmené à Java par des pirates javanais, qui avaient saccagé la capitale du royaume. Notre guide ne nous donne pas beaucoup d'explications sur comment il s'est enfui et a pu reconquérir le royaume. Il s'était installé à Hariharalaya (« la dernière demeure de Shiva »), il y mourut en 835. Comment Idravarman I succéda à son fils Jayavarman III ?

 

C'est Idravarman qui fit édifier le temple de Preah Ko en 879. Dédié à Vishnou et Shiva. C'est un moyen pour le roi d'être divinisé.

Des statues de zébu expliquent aussi le nom du temple (ou Bœuf Sacré)

Les lions qui gardent le palais sont d'inspiration hindoue. Sur le site on trouve deux rangées de trois tours ; la photo Google-earth permet de voir la trace des enceintes, normalement trois. Chacune une porte, et trois fausses portes. Des ouvertures aux quatre point cardinaux.

Le temple est dédié aux ancêtres. C'est un temple de plain pied. La tour principale pour Jayavarman II. Ti nous rappelle que ces temples, comme celui là, abandonnés vers le 15 ème siècle, restaient connus des populations vivant ici. Les noms donnés aux temples, sont ceux utilisés par ces populations. Parfois ils ont été récupérés par des bouddhistes qui les ont transformés.

Les matériaux de construction sont essentiellement la latérite, le grès, les briques. Pas d'utilisation de mortier, mais des assemblages par tenons, mortaises. Pour les briques, utilisation d'un liant végétal ( à base d'huile de palme). Les ouvertures soutenues par des linteaux en grès ornés, sculptés. On y représente notamment le Naga à 5 têtes. L'éléphant symbole de l'équilibre de l'univers.

Les monuments étaient recouverts d'un stuc décoratif fait de sable et de chaux éteinte. Les statues étaient peintes.

Les statues de lion sont le symbole du roi. Le lion vient d'Inde.

Enfin, il y a des stèles gravées en sanskrit.

Ouf ! J'ai régurgité toutes mes notes. Pourtant hein ! La seule émotion naît uniquement du spectacle de ces pierres, de l'organisation du lieu, de ton imaginaire qui visualise la foule déambulant ou processionnant. Ton admiration aussi pour la civilisation. Des villes comme Hariharalaya abritait plus de dix milles personnes. Enfin il y a la rencontre curieuse de l'occident colonisateur de ce pays, mais révélateur de cette culture Khmère. Si l'essentiel des « trésors » culturels avaient été pillés il y a longtemps, les restaurations entreprises dans les année 30-40 ont réveillé ces lieux.

A la télé hier, un long documentaire présentait le temple de Baphuon que nous n'avons pas visité pendant les travaux.

Prochain temple : Bakong.

 

tete a Angkor Tom

Cambodge Khmer
Partager cet article
Repost0
18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 06:47

 

10 Mai 2011: spectacle de commémoration

de l’abolition de l'esclavage, à Clichy.

 

les Oubliés des Lumières - 02Quand Maura te demande si tu peux enregistrer la vidéo d'un spectacle de commémoration de l'abolition de l'esclavage, ça te fait plutôt plaisir. Ça veut aussi dire que les précédents enregistrements, même avec ton petit caméscope amateur lui ont fait plaisir.

Le 10 mai pour toi, c'est pas l'esclavage qui fait ta une. Non c'est Mitterrand, le 10 mai 81. Cette semaine en rangeant chez toi t'es retombé sur des vieux journaux du lendemain que t'avais mis de côté. Tu les as re-rangés en te promettant de retravailler dessus. C'est vrai que ce soir là, tu avais pleuré de bonheur. T'étais engagé dans ton syndicat, et t'y croyais aux lendemains qui chantent.

 

L'esclavage, c'est resté un truc scolaire, ça ne t'a jamais parlé. Trop loin. Jeune homme, c'est la décolonisation, la guerre d'Algérie qui t'ont nourri. Plus tard, l'assassinat de Luther King ou l’Apartheid en Afrique du sud, t'ont secoué. Mais l'esclavage, t'avais mis ça dans un coin. Comme Marignan : 1515. Bien rangé, peut-être avec les souvenirs de Mitterrand.

 

Donc ce spectacle, organisé par la municipalité de Clichy, te plonge dans un espace-temps que tu ignores. Tu découvres ces hommes, oubliés des lumières. Quand même, le spectacle t'impressionne parce qu'il y a une foule qui vit ce qui se joue, qui connaît sa propre histoire. Le dispositif scénique se met en place progressivement, les récitants lancent des images musicales ou dansées qui attisent l'émotion, et la salle réagit avec bonheur.

 

Tu fais quelques découvertes, facile pour toi qui n'es pas un féru d'histoire ou de littérature. Pouchkine par exemple. T'as eu la chance de croiser ses lieux de vie autour de Saint Saint-Pétersbourg et à Tsarkoïe Selo ; là, un village porte son nom. Son aïeul était Abraham Hanibal, un esclave d'origine africaine (Cameroun ou Éthiopie), devenu filleul et général de Pierre 1er de Russie.

 

Donc après un petit repérage tu as enregistré le spectacle. Tu en as fait un DVD témoin de cette soirée, à l'attention de Maura. T'en présentes ici trois minutes extraites du premier tableau. Dans le diaporama quelques photos du salut final. Tu y retrouveras récitants, comédiens, chanteurs, danseurs et musiciens.

 

Bonne soirée donc, bon spectacle !

 

 

Partager cet article
Repost0
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 21:55

 

Quelque chose a changé au 104. Le trop plein.

manège Carré Sénart - 14

Tu te rappelles mes premiers sujets sur le 104, l'unité de mesure du vide sidéral ! Samedi dernier c'était le trop plein.

T'y vas par ce qu'il y a une lecture salle 400 d'un auteur décapant. Plus d'une heure d'attente et rien, plus de place. Les vigiles nous égayent gentiment et ta petite femme se perd a écouter un entretien avec Erri de Luca. Quand tu la retrouves, il parle de l'intelligence des mains. Lui ancien ouvrier, il comprend les choses par le travail de sa main pour le réaliser. Quand il a voulu commencer à écrire, assez tard dans sa vie, il mettait sur le papier le foisonnement de sa pensée. Il se fatiguait a écrire vite, et il se plaignait de ce que sa main n'arrivait pas à suivre le rythme des images qui surgissaient.

"Bien sur ajoute-t-il, je jetais tout. Je n'ai commencé à écrire des choses qui correspondaient vraiment à ce que je voulais dire que quand ma main a pu façonner  l'écriture comme elle tenait les outils."

 

Une heure pour rien, alors que tu aurais pu la passer en compagnie d'un homme qui en quelques phrases sait exprimer l'intelligence du travail manuel !

 

En quittant le 104, tu repasses devant le manège Carré Sénart. Quelques images pour te montrer l'intelligence des concepteurs, le savoir faire des réalisateurs.

Animaux, insectes créent un espace imaginaire pour chacun de nous. Une créativité qui laisse pantois.

 

 

Partager cet article
Repost0
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 14:39

 

Images de la rue un samedi soir.

 

Hanoï dernier soir - 02Nous rentrons tranquillement du lac de L’Épée restituée. Ce troisième soir, nous sommes familiarisés avec Hanoï. Le retour à l'Hôtel se fait par petits groupes. Nous nous laissons portés par les flux browniens des vagues de circulation. A pied, à cyclo, en voiture, tu as l'impression d'une immense fourmilière où des colonnes suivent des traces invisibles, sinueuses, s'entrelaçant, puis éclatant vers des pistes cachées reformant un nouveau flux.

N'essaye pas de savoir qui circule à droite ou à gauche. N'essaye pas de comprendre où est la place du piéton et celle de la moto. Insinue toi dans un flux, ne lâche pas le talon de qui te précède, ouvre tes antennes sur 360°, ne te trouves pas sur le passage d'un autre courant. Si tu tournes la tête pour savoir si quelqu'un t'arrive sur la droite, la gauche ou derrière, t'as perdu ! Tu as rompu le fil invisible qui te liait à celui qui te précède, t'ouvres sans le savoir, la brèche ; la foule l'envahit et dresse une barrière de gens en mouvement, continue, infranchissable. T'entends un mot que tu ne comprends pas, ressens une légère poussée derrière ou de coté, le flux jaillit que tu retenais  il rompt devant toi le mur humain que tu croyais infranchissable. Tu te laisses aspirer...

 

Tu avais été prévenu sur les risques des pickpockets, tu n'y penses pas. Tu profites de ce spectacle vivant, agité, sans agressivité, même quand tu t'arrêtes brusquement pour faire une photo. Ce samedi soir donne la place aux jeunes. D'ailleurs quand il fait froid, comme en ce moment, les écoles sont fermées. Donc plus de monde dehors.

 

Autre image, ces coins de rue où des repas rapides sont préparés. Du riz, forcément, mais aussi des salades, des beignets de viande ou de poisson.. Tout le monde mange dans la rue. Chacun ses habitudes. Soit accroupis sur les talons, soit assis sur un petit tabouret. Notre guide nous dit qu'il prend comme ça son petit déjeuner, normalement.

 

En parlant de Tu, j'ai doublé, une fois encore, l'album, avec un diaporama sonorisé. Tu, nous y chante deux berceuses, une du nord, une du sud. Il explique la différence dans les accents, les habitudes. Demain après la visite de la vieille ville, nous prendrons l'avion pour Hué. Le sud commencera alors avec sa chaleur attendue.

 

Partager cet article
Repost0

En balade sur L'AlblogRJ

Tags et Graffitis

 

Rechercher

esaai module

Esaai de texte libre dans le module

 

Autres Articles Du Thème

  • Le cœur de Paris depuis le Sacré Cœur.
    Le cœur de Paris depuis le Sacré Cœur. T'as maintenu ton blog en activé pour quelques semaines et voilà qu'on te propose de le mettre à jour dans la nouvelle version. Tu ne sais pas trop ce que ça va te couter en réparation. Mais banco, tu verras bien,...
  • Du 104 a la tour de Romainville.
    Images vues de la Tour du sacré cœur à Montmartre. Il y a deux mois je dis que je ferme le blog, et puis ce matin un nouveau sujet. Non, ce ne sont pas des mémoires d'outre tombe, mais pas loin. Donc, j'ai remis un peu de thune dans mon abonnement. On...
  • Tour Eiffel depuis le Sacré Coeur
    Bonne annné 2014. Tu ne pensais pas mettre un post pour le passage à l'année 2014. Ton blog va finir, tu n'en renouvelleras pas l'abonnement. Il faut dire que tu n'as plus l'esprit à la légèreté d'une bonne ballade en VTT. Depuis le Roussillon, où il...
  • Canal de l'Ourcq tranquille.
    C'était un beau dimanche tranquille. Tu étais sorti de bonne heure. Quand tu arrives au bassin de la Villette, les joggers toniques y vont de leurs foulées allongées. Il y en a même en short et bras nus. Quelle température ? Pas plus de 6 ou 7°. Les conditions...
  • Montmartre – Paysage d'automne.
    Le Sacré Cœur tour d'observation. Tu venais de passer une semaine difficile, il fallait te bouger pour retrouver un peu de dynamisme. Ta balade favorite te conduit naturellement, à pied, vers le canal de la Villette et le canal de l'Ourcq. T'as usé presque...