18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 14:30

 

Quelques œuvres provenant de My Son et de Thap Mam.

 Danang arts Cham 14 - Visnu couché

J'ai dû compléter le précédant sujet sur les premières photos de ce musée des Arts Cham. J'ai tellement de notes que parfois j'en oublie. Ou plutôt je ne sais plus où elles sont.

Prends cinq minutes pour y retourner. Arts Cham (1)

 

C'est vraiment un grand moment ce musée des Arts Cham. Quand nous visiterons My Son, nous verrons surtout les ruines des terribles bombardement de la guerre contre les américains. La colonisation française avait mis de coté dans ce musée entre 1919 et 1938 la plupart des superbes pièces qui y sont conservées. L'EFAO y a rassemblé 300 pièces, Statues, tympans, linteaux.

Tous ces temples auxquels d'où ont été sauvegardées ces œuvres monumentales, ont inspiré un art religieux entre le VI e et le XII e siècle. Un peu contemporain de notre art roman. Le matériau utilisé est le grès principalement. parfois le bronze. Art religieux de l’hindouisme et du Bouddhisme, mais de temps en temps mâtiné d'influence chinoise, visible sur les bestiaire ou d'autres scènes. Il y a aussi des représentations rares, très propre à l'Art Cham comme le Lion éléphant Gajashimha, présenté dans le premier sujet.

Les sites dont les vestiges sont regroupés ici sont : My Son, Dong Duong, Khuong Myi, Tra Kieu, Tap Mam (aussi nommé Binh Dinh).

 

Danang arts Cham 14 - Visnu couché Vusnu couché et la naissance de Brahma.

deuxième moitié du XII e siècle.

Ce fronton surmontant l'entrée d'un temple de My Son.

Mythe indien de l'apparitionde l'ère du Lotus.

L'univers est englouti et Visnu flotte et médite. De son nombril sort le lotus des mondes, et Brahma. Des garudas tiennent des serpents et encadrent visnu.

Danang arts Cham 10- piédestal - My song Piédetal d'un temple de My Son, qui supportait un immense linga.

début du VI e siècle.

A gauche le joueur de flute.

Danang arts Cham 13 - shiva debout

Shiva debout.

Ornement d'un temple de My Son. XII e siècle. La t^te et le corp ont été retrouvé avec trente ans d'intervalle. bravo aux fouilleurs.

L'attitude fait penser à un mendiant.

pleins de détails vestimentaires ou physique (les oreilles percées) en font un élément essentiel.

Danang arts Cham 12 - Ganesa Ganesa. My Son. VI ou VII e siècle.

Importance du dieu éléphnat dans la culture Cham.

C'est la plus ancienne scuplture dit en "ronde-bosse" intégrale de tout l'art Cham

Danang arts Cham 15 -Skanda

Skanda.

X e siècle. Site de My Son.

La tête a été arrachée en 1988. Celle du paon devant elle n'a jamais été retrouvée.

Skanda est appuyée à une stèle adossée à la queue du paon.

Danang arts Cham 17 - Dvarapala Dvarapala piétinant un buffle. X e siècle.

Site de Dang Duong.

Les dvarapala, sorte de demi-dieu, étaient les gardiens du temple. A Dong Duong il y en avait huit. Deux de part et d'autre de chacun des gopura ( grandes portes monumentales des enceintes du temple)

Danang arts Cham 19. Piedestal de My Son

Dong Duong.

Piedestal

Danang arts Cham 23 Tara

Bronze; plus belle statue de bronze de l'Art Cham.

Salle de Thap Mam

 

 

 

vietnam 0037 

Tout notre voyage au Vietnam

Repost 0
Published by AlbumRJ - dans Fascinant Vietnam
commenter cet article
16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 12:32

Premières photos des sculptures cham, au musée de Danang.

      17/08/11 19h42 correction du lien sur l'album qui ne fonctionnait pas.

     18/08/11 14h33 ajout d'un détail du piedestal de Tra Kieu, dont la lecture, suivant le sens d'analyse des quatre faces, a donné lieu à deux interprètations différentes par deux archéologues spécialisés. + précisions sur les oeuvres.

Danang Musée Cham 30 - ganeshCe 18 janvier, nous descendons du col des nuages, le bus nous arrête devant une immense place qui sépare le musée des Arts Cham et la mer. De l'autre coté, le port de Danang.

Curieux télescopage, je lis les mémoires de Gérard Challiand, et ce matin dans le métro, je me trouve pile-poil au chapitre où il est au Vietnam dans la région de Hué, en 1967, sous les bombardements américains. Dans les environs de Danang, nous visiterons My Son, voir ce qui reste des temples, haut lieu de la culture Cham, sévèrement bombardés à l'époque.

Notre première halte du jour est pour le musée. Les plus belles sculptures ornementales de cette civilisation y sont conservées, classées par village d'origine. D'autres sont au musée Guimet à Paris. Il est presque onze heures quand notre guide, Tu, nous rassemble devant la grande carte de géographie pour nos expliquer d'où viennent les Chams, et ce que nous allons voir.

Donc les Chams se sont implantés dès la fin du IIe siècle venant de l'ancien Bengale, amenant avec eux leur religion hindouiste, célébrant Brahma, Vishnu et Shiva. D'autres courants migratoires au XIIe siècle firent s'installer des populations d'origine malaisienne musulmane. La langue des chams d'aujourd'hui est d'origine austronésienne.

  vietnam 18 01 10 5564 - tra Kieu

Les statues, frontons, piédestals que nous pourrons contempler sont essentiellement d'inspiration hindouiste.

J'en présente une première série de photos. J'ai, quand c'était nécessaire, effacé le contexte, car la présence des anoraks rouge ou bleu des visiteurs empêchaient de regarder le détail du travail.

 

Danang Musée Cham 24

 Salle de Thap Mam ( ou Binh Dinh).

XII e siècle

bague médiane d'un piedestal. décor régulier en épissures verticales et le motif principal est constitué de 23 seins féminis de 11 cm de diamètres.

Danang Musée Cham 31 - shiva Salle Thap Mam

fin du XI e siècle.

Shiva dansant à qutre bras.

Le croissant de la coiffure et le trident dans la main gauche désignent shiva.

La divinité porte un vêtemen habituel, un oeil frontal et des anneaux au dessus des chevilles.

Danang Musée Cham 29 - ganesh

Salle Thap Mam

XIi e siècle

Gajashimha (ganesh)

Lion-éléphant. Monture de dieux. en faveur au rouame champa.

Danang Musée Cham 22 - danseuses détail Salle Tra Kieu:

Danseuses. éléments d'une frise d'un piedestal. Les apsaras en triple flexion.

vietnam 18 01 10 5564 - tra Kieu Une des quatre face du piédestal de Tra Kieu. La frise présente des figuresd'une quizaine de cm de haut sur chaque face. L'archéologue Przyluski en lisant les images dans le sesn des aiguilles d'une montre en déduit que le piédestal représente la fondation de Fou Nan.

En en faisant la lecture dans le sens opposé, Coedes en déduira un épisode de la vie de Khrisna

Danang Musée Cham 13

dans la salle de Dong duong, cette frise du Xe siècle

ce n'est pas celle des cavaliers jouant au polo. mais je l'avais dns mes notes. Pas en photo!

 

 

vietnam 0037 

Tout notre voyage au Vietnam


 


Repost 0
Published by AlbumRJ - dans Fascinant Vietnam
commenter cet article
13 août 2011 6 13 /08 /août /2011 21:55

 

Hai Van, le col des Nuages,

est un point de passage incontournable et un lieu chargé d'histoire.

 Col des Nuages - Hai Van 14

La géographie de l'état vietnamien s'est évidemment remodelée sous l'effet de la colonisation. Mais bien auparavant, au temps de Nguyen Hué et des frères Tay Son, cette barrière séparait déjà le sud, ou il fallait combattre les Siamois sur le Mékong et le nord, ou les Qing avaient envahis la capitale Thang Long (Hanoï). Près de vingt ans de guerres entre 1771 et 1788 pour la réunification du royaume.

Bien avant vers le VIe siècle, entre les cols Hai Van et Cu Mong, s'étendait le territoire du royaume Champa, qui se constituait contre la domination chinoise.

 

Quand on le visite aujourd'hui on remarque d'abord les anciennes fortifications construites par les français et les casemates récentes de la guerre contre les américains. Les combats de mars 1975, pour la libération de Hué, pour couper la route de Danang, firent du col un endroit stratégique. Les « hommes de Saigon » perdirent une division d'infanterie et eurent 15000 prisonniers.

Quand nous avons visité la cité impériale à Hué, nous avions vu les bâtiments bombardés non encore restaurés.

 

Du haut du col on peut voir, quand il fait beau, la mer coté nord, balayée par les vents et couvertes de nuages, et au sud les plages lumineuses sous le soleil. Ce jour-là, on a surtout vu les nuages partout. Quant à la végétation, il ne reste pas grand-chose, détruite par les défoliants pendant la guerre.

Sous la grisaille, ces quelques photos. Notre guide, Tu, proclamant que nous aurions beau temps et près de 30° à Danang.

On y court !

vietnam 0037 

Tout notre voyage au Vietnam

Repost 0
Published by AlbumRJ - dans Fascinant Vietnam
commenter cet article
12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 21:36

 

En route entre Hué et Danang.

Lang Co - Col des Nuages 39

Le départ a été cool ce matin du 18 janvier. Il est à peine neuf heures quand nous faisons halte dans l'espace touristique obligé, avant d'entreprendre la montée vers le col des Nuages (Hai Van) sur la route de Danang. Nous sommes à Lang Co, village de pêcheurs qui se transforme rapidement en cité balnéaire.

Le ciel est nuageux. Les nuages masquent une partie de la montagne devant nous. Nous ferons deux arrêtes avant le col. Les Wp 037 et 038 sur la carte Google te les montrent. Un peu long l'arrêt-cadeaux, pas de photos à faire. Le petit centre commercial est sur l'étroite bande de terre qui sépare la mer de Chine méridionale du lac An Cuu. Sur la photo satellite, c'est curieux de voir les toits de tuiles rouges de ce commerce se détacher au milieu des eaux turquoises, et trancher avec les autres habitations aux toits sombres.

Le deuxième arrêt est juste après le grand pont qui nous évite le tour du lac An Cuu et nous met au pied du col. Le franchissement du col des Nuages n'est plus obligatoire pour aller à Danang, un long tunnel à péage passe sous la montagne. Mais le touriste passe le col.

Cet arrêt est intéressant. Si la brume ne les avait cachés, on verrait mieux les rouleaux des grandes vagues croisées de la mer de Chine méridionale aller se jeter sur la plage de Lang Co. Le petit chenal d'entrée vers le lac est agité. Il y a des vents de partout.

Ce petit point de vue sur Lang Co est connu, des dizaines de vendeurs de souvenirs, de tous ages, assaillent le bus. Faut se dégager pour descendre. Tu ne t'en occupes pas, fais quelques pas rapides pour chercher un angle de vue, mais rien n'est mieux qu'ici, plus loin les arbres masquent la vue.

En route pour le col des Nuages.

vietnam 0037 

Tout notre voyage au Vietnam

Repost 0
Published by AlbumRJ - dans Fascinant Vietnam
commenter cet article
11 août 2011 4 11 /08 /août /2011 13:34

 

Visite du village, de la reculée de Baume, et des cascades.

 

Baume les messieurs 59C'est un de ces jours de vacances, que tu ne sais comment l'égayer. Le Jura sous la pluie t'imaginais pas. Les habitués t'avaient pourtant prévenu. Donc il pleut ou il menace de pleuvoir. La veille tu as marché dans les bois environnant ton gîte : plutôt une mission de reconnaissance qu'une vraie balade. Dans les bois, tu n'as aucune perspective, c'est humide et boueux. Tu es loin des parcours attractifs, là le balisage est fait juste pour dire que si tu veux y aller, c'est par là ! Une marque de peinture de confirmation à 300m du départ, ensuite à toi de savoir te guider.

 

T'as une carte, au 1/50000 ème, avec un peu de tout dessus. À 15 km tu repères un nom qui sonne, t'as déjà entendu : Baume les Messieurs. Tu connaissais Baume les Dames, alors les Messieurs, quelle différence ? Faut voir. T'es parti. T'arrives : t'es surpris, c'est tout petit. Près d'une église il y a un parking au pied d'une vieille façade, t'es au cœur.

 

Ton anorak, l'appareil photo, tu branches ton GPS, on ne sait jamais hein ? Que tu te perdes entre le deux rues ! Tu montes le petit chemin, te voilà devant la place qui te conduit à l'Abbaye. Faut bien en passer par là, ce qui caractérise la plupart de nos villages, c'est les églises et les château féodaux. La révolution n'a pas fait le ménage, tout est intact, bon à visiter. Les photos sur la pente qui t'emmènent en haut du plateau et te permettent d'avoir cette vue plongeante, tu les feras en repartant. Mais elles sont là. Le site est beau. T'avais longé les campings en arrivant, la pression immobilière ne doit pas être très forte, il y a de la place, et le site doit d'être sans doute sa préservation à un climat qui ne doit pas être très attractif.

Bon l'abbaye, donc ! Le petit guide que tu achètes sur place te dit qu'un acte de Lothaire (pas un acte de notaire, mais c'est tout comme!) de 869 fonde plus ou moins l'abbaye. Tu ne t'interresses pas vraiment aux multiples réaménagements. Sur une porte l'annonce de la prochaine visite guidée dans une heure, tant pis de ce que tu te prives, t'aimes pas glander. Tu vois le fameux retable au fond. Le guide te dit qu'il aurait été fabriqué à Anvers. Joli, mais peu accessible, et les photos faites depuis la barrière du chœur ne rend pas justice à sa finesse. Mais pour toi même, à une dizaine de mètres, en contre-jour, la notice est meilleure que ce que tu en vois.

Le reste de l'abbaye est austère. T'en as vite fais le tour, traversé la cour du cloître et celle des chanoines.

 

De retour à ta voiture tu remontes le cours de la Seille, la rivière qui naît dans la reculée. Elle jaillit de plein d'endroits de la falaise qui abrite les grottes. Tu feras ta visite en trois fois, trop de pluie. Tu passes une heure à l’abri dans le joli bar-restau devant la cascade. Les dernières photos sont donc celle de ce site des grottes et de la cascade. Un jour de vrai été, il doit y avoir du monde au pique- nique. Tu fais quelques photos « vertes », pas de bleu du ciel.

T'y reviendras avec ta petite femme, en profiteras pour goûter le vin du Jura, le savagnin. Arbois, côtes du Jura, vin jaune : tu mettras quelques échantillons dans ton coffre, on ne sait jamais, le soleil était peut-être caché là !

Baume les messieurs 47

Repost 0
Published by AlbumRJ - dans carnets de voyages
commenter cet article
8 août 2011 1 08 /08 /août /2011 19:18

Dernière partie de la visite d'Angkor Vat.

 Angkor Vat - Yama dieu enfer 02

Dans un précédent sujet, j'avais confondu une représentation de Vishnou avec cette de Yama, le dieu de l'enfer. En relisant mes notes (des fois faut tourner la page), je retrouve les commentaires de Ti, notre guide, commentant cette scène assez saisissante du jugement des morts. Donc Yama est sur un buffle. Il agite un bâton, ou plutôt plusieurs, un brandi par chacun de ses multiples bras. Avec il désigne tous ceux qui doivent être précipités aux enfers. On voit les serviteurs conduisant les morts à juger et ceux poussés sans ménagement dans la trappe des enfers.

*Décoration Angkor Vat - 16

Ah ! Ces Apsaras !

Les frontons, les colonnes, les façades sont ornementés de multiple représentation de femmes toutes belles, coiffées, vêtues de voiles légers, portants de superbes bijoux.

Logiquement les Apsaras, sont seulement issues du barattage. On les a vues sortir du tourbillon livrant l'Armita. Ce sont des danseuses qui glissent sur l'eau. Elles aident les dieux dans certaines actions contre les puissants.

Les autres représentations, seraient plutôt des devatâs. Bon, le vieux parigot dit Apsaras, c'est plus simple. On apprécie quand même la somptuosité de la déco du roi Suryavarman II.. En passant sur les diverses terrasses, on est proche à toucher toutes ces statues. On découvre mieux d'ailleurs qu'elles étaient richement décorées. On retrouve régulièrement des panneaux où la peinture a résister. Aussi plusieurs colonnes.

De temps en temps une chapelle est squattée par un temple bouddhiste. Ils avaient installé des centaines de statues de bouddha. Bon c'est aussi grâce à cette présence que le temple n'a pas été totalement laissé à l'abandon.

 

Enfin la sortie, et les personnages en costume pour la photo kitsch.

 

tete a Angkor Tom

Cambodge Khmer
Repost 0
Published by AlbumRJ - dans Cambodge Khmer
commenter cet article
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 09:10

Grande Bataille pour l'Amrita, liqueur d’immortalité.

 

Angkor Vat Barattage - 05Passer un peu plus de trois heures à Angkor Vat, en vaut la peine, c'est mieux qu'un vieux film en cinérama signé C B de Mille. Surtout sonorisé, mimé, interprété par notre guide Ti. Impressionnant de présence dans la mise en scène des bas reliefs.

L'idée, c'est un peu comme on fait le beurre de produire en barattant la mer, en mélangeant l'eau salée, l'eau du ciel vu comme le lait nourricier, on produirait l’élixir Amrita, la vie éternelle...

Bien entendu, quand il s'agit d'éternité, il y a deux acteurs majeurs, les démons et les dieux. Suspense qui va l'emporter de la malignité des uns ou de l’ingéniosité des autres ? T'es saisi !

La croyance c'est qu'il faut baratter la mer pendant 1000 ans, t'imagines bien que l’opération va mobiliser des ressources, générer des alliances et des traîtrises.

La scène nous montre à gauche les démons, les Asura avec leurs grands yeux exorbités. De l'autre coté les Déva, les dieux.

Les grands travaux peuvent commencer. D'abord faut installer le pivot. Simple on prend une montagne, le mont Mandara, on l'installe au fond de l'océan. Vishnou pilote l'opération. Autour du pivot, il faut enrouler une corde qui sera tirée dans un sens puis dans l'autre pour faire tourner le pivot. Pour bien montrer la manœuvre, Ti, notre guide, enroule un foulard autour de son journal, et donne une extrémité à deux d'entre nous qui tirant à tour de rôle, font tourner le journal. Formidable sous-titre !

C'est le serpent Naga qui servit de corde et qu'on enroula autour du baratton, le mont Mandara. Les dieux d'un coté, les démons de l'autre, le baratton tourne, ce faisant il s'enfonce dans l'océan. Ni une ni deux, Vishnou met son scaphandre et plonge, il se transforme en tortue et de son immense carapace, Akupara soutient le mont Mandara. C'est du très fort, la production n'a pas lésiné sur les moyens.

Angkor Vat Barattage - 14

Tout se complique encore quand le serpent Naga, lassé d'être tiré à hue et à dia, se prépara à cracher son venin. Il peut anéantir l'opération. Encore une fois, c'est Vishnou qui s'y colle, il avale le venin, c'était du brutal ! Il va souffrir, ça le brûle.

Même pour des dieux et des démons, mille ans c'est long. Vishnou attrape la Lune pour se faire aider. Enfin du tourbillon des flots, sortent les innombrables Apsaras, et la liqueur d'immortalité contenue dans un flacon. Un dieu veut s'en saisir, mais trop tard les démons emportent la liqueur.

Et alors ! Et Alors ? Hé ! Hé ! Le grand Zorro : Vishnou se transforme en la déesse Mohini qui charme les Asura et peut distribuer la liqueur aux Déva, ne laissant rien aux démons. S'ensuivit une immense bataille, mais les dieux étaient immortels. Clap de fin !

 

C'est impressionnant.

 

Si t'en veut une lecture plus sérieuse, je mets un extrait d'une revue de yoga, avec un autre regard. Lettre 38

 

 

tete a Angkor Tom

Cambodge Khmer

 

 

Repost 0
Published by AlbumRJ - dans Cambodge Khmer
commenter cet article
5 août 2011 5 05 /08 /août /2011 14:38

 

Cambodge : Angkor. Temple d'Angkor Vat.

 Angkor Vat - Fu Sacré - 11

Quand ta fille revient de ses vacances au Cambodge, elle te parle, agitant son petit appareil plein de photos, des temples d'Angkor et du barattage de la mer de lait. T'imagines mon ahurissement ! Tu ne sais pas de quoi elle parle ! Tu te retournes vers ta petite femme qui t'explique en deux mots de quoi il retourne et qu'elle a même écrit un sujet la dessus, pour la revue de Yoga à laquelle elle collabore !

On ne te dit rien, on te cache tout ! Pourquoi elles savent et pas toi ?

Aujourd'hui, ta petite victoire mesquine, c'est que voyageant quelques mois après ta fille, tu as pu faire des photos. Elle, quand elle y était, les travaux de restauration en interdisaient l'accès.

Il faut dire que les 600m de bas reliefs nécessitent de l'entretien, et que celui concernant le barattage de la mer de lait fait 90 m.

Là, t'as quand même besoin d'un bon guide, qui connaît l'histoire, c'est aussi compliqué que la tapisserie de Bayeux, ou celles de l’Apocalypse à Angers. La bible pour toi c'est de l’hébreu ! Alors la mer de lait, tu t'y noies ! Si je te donne ces références, c'est que le temple Angkor Vat est du XII ème siècle. Un petit siècle après la tapisserie de Bayeux, deux siècles avant celle de l'Apocalypse. Les batailles représentées entre les démons et les dieux, et toutes les guerres qu'elles suggèrent, valent bien celles engendrées par ceux qui se revendiquent de la bible...

Quand tu n'as lu ni la Bible, ni le Bhagavatapurana, les explications qu'on te donne pour interpréter les représentations codifiées que tu regardes, entrent et sortent sans te concerner. T'as l'impression d'une BD dans un monde irréel, reposant sur des conventions dont le sens t'échappe, qui te maintiennent complètement extérieur. Derrière la féerie des images, tu sens bien l'oppression des êtres. 7000 personnes pour construire le temple. Pas sûr qu'ils aient tous été volontaires.

 

Un peu avant le XV ème siècle et les invasions qui entraînèrent la ruine et l'abandon du site d'Angkor pour Phnom Penh, il y avait jusqu'à 10 millions d'habitants.

 

Donc nous voilà partis pour trois heures de visite. Dont une bonne heure à écouter TI. Il raconte bien, met en scène avec des accessoires, utilise son auditoire pour mimer les gestes. A entrer dans son spectacle tu vas rater la réalité des bas reliefs.

 

Une des raisons dans ton retard à mettre en ligne ces photos, c'est que tu n'as pas su les mettre en valeur. En couleur la pierre, les moisissures et les ombres dispersent ton regard qui ne se concentre pas sur la scène. En noir est blanc, c'est moins vivant, des images de vieux livres d'histoire. La « redécouverte » d'Angkor doit d'abord tout aux villageois qui vivaient là. En 1866 John Thompson fait ses premières photos d'Angkor Vat. Les arbres dépassent le temple. La première enceinte rencontrée (la cinquième historiquement) est quasiment tissée de branches entrecroisées. De 1907 à 1972, l'EFEO va travailler à la remise en état du temple. Les travaux seront interrompus par les actions génocidaires des Khmers rouges.

 

Donc notre petit groupe découvre d'abord les enceintes extérieures. Nous sommes à la quatrième enceinte. Bordée par cette immense balustrade en serpent Naga. Car la construction de ce temple montagne, commence toujours par le cœur. La première enceinte est celle du mont Mérou, elle a la stature de dieu, elle consacre le roi, elle représente la prospérité.

 

Angkor Vat - Fu Sacré - 29Le bâtisseur est donc Süyavarman II. Il monte sur le trône en 1113 et commence le temple qui le fera égal des dieux. Le site couvre 1200 ha avec quatre douves. Une des préoccupations permanentes étant le stockage de l'eau. La quatrième enceinte couvre 82 ha. C'est une petite ville qui abrite 17000 habitants. Les galeries qui cernent les enceintes étaient utilisées lors les processions. Les grands panneaux de bas reliefs étaient dédiés à Vishnou. Même si depuis le temple a été récupéré par les bouddhistes qui avaient installé des centaines de statues de bouddha. Les tours évoquent le lotus épanoui. Il y avait un trident à chaque pointe, maintenant des paratonnerres.

 

Nous voilà dans la galerie de la troisième enceinte, celle avec la fameuse scène de la légende de Vishnou. 800 m linéaires de bas reliefs. D'abord la procession, avec les femmes du palais aux voiles transparents. La fresque du feu sacré est dominée par le roi Süyavarman II : il est assis sur son trône à l'indienne, au dessus 14 parasols, 7 éventails, 4 chasse- mouches indiquent son rang.

Il organise un défilé qu'on verra sur la fin de la fresque. Des brahmanes, des serviteurs, des fonctionnaires nu-tête.

En suivant la fresque on suit le défilé des soldats, les généraux sur les éléphants avec les palanquins, le cornac et son croc. Plus loin un officier qui monte à cru. On passe en revue toutes les armes, sabre, javelot, arcs et flèches, tous les costumes.

 

A suivre...

 

 

tete a Angkor Tom

Cambodge Khmer

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by AlbumRJ - dans Cambodge Khmer
commenter cet article
1 août 2011 1 01 /08 /août /2011 07:36

Quatre jours à Frontenay, sans VTT tu te lasses.

 Dormir au chateau de fraonte 01

Quand les activités de ta femme l'amènent à se déplacer, souvent l'été tu l'accompagnes, et t'en profites pour découvrir une région où tu ne serais pas allé de ton initiative. Au téléphone, en janvier, elle t'annonce Dole, dans le Jura. T'as rien contre, tu sais juste qu'en juillet t'as besoin de ta polaire, et de ta combi d'hiver pour la rando.

 

Dix jours avant le départ, un méchant soleil par-dessus ta bécane t'a coupé le souffle, le jura ce sera à pied. Double peine, en plus de ton souffle court, tu bénéficies de ce temps merveilleux, ou chaque vallée, chaque colline abrite son nuage, jamais une heure sans eau. Du coup t'as parcouru plus de fruitières vinicoles que de chemins de randonnée boueux.

 

Pourtant t'aurais du te méfier davantage. Quelques semaines avant le départ, le gîte était prévu dans un château à Frontenay, qui accueille les groupes. Rien à voir avec Dole, c'est le jura profond...

 

Quelques images donc de l'environnement. Quand il y a du soleil, c'est plutôt sympa. Mais le rite de l'apéro, vin d'Arbois + saucisson en terrasse, n'a pu être célébré qu'une fois, polaires et Kwai remontés jusqu'au cou.

 

Dans les pièces d'habitation réservées habituellement aux groupes, il n'y avait qu'une chambre vraiment correcte. Autrement faut aimer la poussière, les cadavres exquis des petits insectes, le salpêtre qui sert de rembourrage aux vieilles tapisseries décollées, le petit cabinet de toilette dans un placard façon vaisselier. Le grand escalier de pierre en colimaçon est un hippodrome à mille pattes, au meilleur moment de la nuit. Bref, quand tu respires mal, que ton dos blesse quand t'es couché, tu revois avec nostalgie le vieux casernement de ton service militaire. Il était frotté, récuré tous les jours, même si tu devais t'y coller énergiquement.

 

Dans un rayon de 25 km autour du village il y a de beaux sites, comme la reculée de Baume les Messieurs, et quelques abbayes. Arbois est une petite ville animée pleine de charme. Mais que j'aurai préféré y être en plein soleil sur mon vélo ! Pas abrité sous mon blouson ! Le journal local mettait chaque jour en première page un photo montrant les gens agglutinés sous des parapluies serrés. Un gros titre, par exemple: « Camping : 50% de places vides ! ». Les occupées devaient l'être par des condamnés à rester.

Repost 0
Published by AlbumRJ - dans carnets de voyages
commenter cet article
23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 03:49

Carte postale de l'entrée ouest.

Angkor Wat 03

On a du mal à imaginer ce que devait être le spectacle de ces tours finement décorée de leur parure d'or. Bien avant l'oubli du temps, le temple a été dépouillé de ses trésors.

Repost 0
Published by AlbumRJ - dans Cambodge Khmer
commenter cet article

En balade sur L'AlblogRJ

Tags et Graffitis

 

Rechercher

esaai module

Esaai de texte libre dans le module

 

Autres Articles Du Thème

  • Le cœur de Paris depuis le Sacré Cœur.
    Le cœur de Paris depuis le Sacré Cœur. T'as maintenu ton blog en activé pour quelques semaines et voilà qu'on te propose de le mettre à jour dans la nouvelle version. Tu ne sais pas trop ce que ça va te couter en réparation. Mais banco, tu verras bien,...
  • Du 104 a la tour de Romainville.
    Images vues de la Tour du sacré cœur à Montmartre. Il y a deux mois je dis que je ferme le blog, et puis ce matin un nouveau sujet. Non, ce ne sont pas des mémoires d'outre tombe, mais pas loin. Donc, j'ai remis un peu de thune dans mon abonnement. On...
  • Tour Eiffel depuis le Sacré Coeur
    Bonne annné 2014. Tu ne pensais pas mettre un post pour le passage à l'année 2014. Ton blog va finir, tu n'en renouvelleras pas l'abonnement. Il faut dire que tu n'as plus l'esprit à la légèreté d'une bonne ballade en VTT. Depuis le Roussillon, où il...
  • Canal de l'Ourcq tranquille.
    C'était un beau dimanche tranquille. Tu étais sorti de bonne heure. Quand tu arrives au bassin de la Villette, les joggers toniques y vont de leurs foulées allongées. Il y en a même en short et bras nus. Quelle température ? Pas plus de 6 ou 7°. Les conditions...
  • Montmartre – Paysage d'automne.
    Le Sacré Cœur tour d'observation. Tu venais de passer une semaine difficile, il fallait te bouger pour retrouver un peu de dynamisme. Ta balade favorite te conduit naturellement, à pied, vers le canal de la Villette et le canal de l'Ourcq. T'as usé presque...