3 juillet 2010 6 03 /07 /juillet /2010 08:25

Le plaisir d’un projet fini.

Tu voulais parcourir chaque centimètre du cours de la Bidouze.

 la source de la bidouze-13

Quelle idée ? Hein ? Pas d’aventure. Une rivière asséchée par  les arrosages  des maïs et des kiwis, une rivière bordant les élevages de porcs, une rivière où tu ne pêcherais pas ! bon, c’est vrai les industries agricoles ou d’élevage sont pas trop copains avec les rivières, mais avec la mer non plus, les images ce matin à la télé sur les algues vertes à Douarnenez, ravivent ta tristesse et ton indignation de ce sabotage de la nature par les nitrates…

 

Pour la Bidouze tu passes outre. Qu’est-ce qui a changé dans ta tête pour que tout d’un coup cette petite rivière ait autant d’importance ? La nostalgie, le regret de n’avoir pas suivi la rivière en bas de chez toi, plutôt celle du village de tes parents ? C’était l’Ognon ou le Rognon ? Non l’Ognon passe à Lure, donc à ton village, c’était le Rognon. Tu y as pêché. T’étais pas très adroit, ton grand-père prenait deux truites avant que t’aies fini de démêler ton fil. C’est là avec ton chariot que tu venais creuser le sable du fond du lit pour les petites réparations de la vieille maison ou du poulailler. T’étais trop occupé, t’avais trop à faire, et ça n’a pas diminué avec ton travail et tes enfants. T’as pas eu la curiosité, la latence de découvrir les petits lieux minuscules de ton chez toi. Tu faisais ce qu’il y avait à faire, de temps en temps le vélo c’était la fuite, et pour te nettoyer la tête, il fallait pédaler vite et le plus loin possible. Tu ne regardais rien, simplement l’impression que le décor était là, que t’avais du temps, que tu le reverrais après. Alors, le Rognon, quelle importance ? Sur deux petits kilomètres tu le suivais sur le chemin de la Fontaine de l’Athée. Et puis tu ne serais jamais parti à vélo avec ton appareil photo. Un jour que tu promènes tes enfants, tu te rends compte que rien n’est comme avant. Ton souvenir te ramène des images défraichies, les travaux de captage ont modifié le paysage, l’exploitation des bois de la colline au-dessus a nécessité des chemins d’exploitation. Les tronçonneuses et des tracteurs monopolisent l’espace sonore, autant qu’ils retournent les chemins pour le dernier passage de la « coupe blanche ». T’es perdu. Comment peux-tu expliquer à tes enfants que ce chaos c’est chez toi, là où tu t’es promené petit ?

 

La Bidouze c’est devenu ton terrain où tu rattrapes ce que tu as perdu ailleurs. Ce coin ne sera jamais chez toi, mais tu veux t’imprégner de chaque lieu, les identifier. Bien sur la carte t’aide, à te repérer, pas à connaître. Encore moins à comprendre…C’est un ailleurs que tu défriches mot à mot, méandre par méandre. La rivière ne coule même pas au village où tu passes tes vacances. Au pied de la vieille  tour, il y a les lacs, et à deux kilomètres, le gave. Décidemment rien ne t’invite naturellement à t’intéresser à cette petite rivière. Longtemps tu n’en traverseras que le pont en bas de Came, route obligée vers Bayonne. Tu l’aperçois du coin de l’œil sortant d’un sous bois, mais le seul enjeu c’est l’étroitesse du pont. Au cours d’un repas tu expliques aux amis, tes errances sans but sur ton VTT : un jour ce bois, un autre cette petite route vers Sauveterre. T’as commencé à emmener ton appareil photo, mais tu n’as pas systématisé son utilisation. Bientôt il deviendra un bloc notes, support de ta mémoire, revitalisant tes émotions. Le voisin te dit : pourquoi tu ne te promènes pas le long de la Bidouze, tu la prends au pont de Came et tu la suis. Toutes les semaines de tes congés tu fais une fois au moins le long parcours des boucles méandreuses, tu reviendras à pied, cherchant les oiseaux, les cigognes. Puis tu t’es intéressé aux villages traversés.

 

L’année dernière, lassé de toujours descendre, tu t’interroges sur comment remonter le cours de la Bidouze. Même aller jusqu’à la source. Sur la carte, tu vois une vallée assez encaissée entre les pics d’Elsarre et de Zabozé. Tous les deux jours tu allais un peu plus loin dans tes promenades. Empruntant ici un chemin de st Jacques, là une petite route longeant les prés et les pâtures. La dernière partie dans la petite vallée le long de la colline d’Olhatzarré t’amène à un sentier forestier que ton VTT ne peut suivre. T’y retournes donc, cette fois ci avec tes chaussures de marche. T’as laissé ta voiture sur la petite aire de pique-nique après la dernière maison de St Juste-Ibarre. Petite marche matinale, protégé par l’ombre des arbres. A la passerelle tu changes  de rive et t’engages dans le sous bois, dans une petite montée: tu cherches un peu les marques. Il y a tellement d’arbres tombés, tous ne sont pas encore dégagés, que le démarrage est un peu confus. Puis le premier balisage te conforte. Sur internet tu avais vu qu’il y avait une grotte qui marquait la source. Mais tu n’as rien lu sur la ballade. Chacune des petites cascades dans la lumière scintillante du sous-bois est un petit régal. Tu hésites parfois quand tu traverses un éboulis, mais d’une certaine façon, il suffit de suivre l’eau. La vallée se fait plus étroite et tu débouches d’un coup sur une haute falaise blanche avec au pied une grotte d’où cascade la première eau de la Bidouze. Les mousses sont vertes ou rouges. Un vieux tronc éclaté fera banquette pour ton casse-croute.

Un petit bonheur tout simple, sans fioriture, tu voulais avoir suivi cette rivière de bout en bout, c’est fait. Il te reste encore deux trois photos à mettre sur ce blog ; tu feras ça tranquillement. Maintenant tu as le temps !

 

 

Lire aussi:  Source de la Bidouze. dernier parcours cyclable.

Partager cet article
Repost0

commentaires

En balade sur L'AlblogRJ

Tags et Graffitis

 

Rechercher

esaai module

Esaai de texte libre dans le module

 

Autres Articles Du Thème

  • Le cœur de Paris depuis le Sacré Cœur.
    Le cœur de Paris depuis le Sacré Cœur. T'as maintenu ton blog en activé pour quelques semaines et voilà qu'on te propose de le mettre à jour dans la nouvelle version. Tu ne sais pas trop ce que ça va te couter en réparation. Mais banco, tu verras bien,...
  • Du 104 a la tour de Romainville.
    Images vues de la Tour du sacré cœur à Montmartre. Il y a deux mois je dis que je ferme le blog, et puis ce matin un nouveau sujet. Non, ce ne sont pas des mémoires d'outre tombe, mais pas loin. Donc, j'ai remis un peu de thune dans mon abonnement. On...
  • Tour Eiffel depuis le Sacré Coeur
    Bonne annné 2014. Tu ne pensais pas mettre un post pour le passage à l'année 2014. Ton blog va finir, tu n'en renouvelleras pas l'abonnement. Il faut dire que tu n'as plus l'esprit à la légèreté d'une bonne ballade en VTT. Depuis le Roussillon, où il...
  • Canal de l'Ourcq tranquille.
    C'était un beau dimanche tranquille. Tu étais sorti de bonne heure. Quand tu arrives au bassin de la Villette, les joggers toniques y vont de leurs foulées allongées. Il y en a même en short et bras nus. Quelle température ? Pas plus de 6 ou 7°. Les conditions...
  • Montmartre – Paysage d'automne.
    Le Sacré Cœur tour d'observation. Tu venais de passer une semaine difficile, il fallait te bouger pour retrouver un peu de dynamisme. Ta balade favorite te conduit naturellement, à pied, vers le canal de la Villette et le canal de l'Ourcq. T'as usé presque...