4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 16:52

L'apprentissage par la main.

 pierre-2

fusilCurieux, hein ? Dans ton HLM parisien, tu fais vivre ces deux outils d'un autre temps ! La pierre et le fusil, te viennent de tes deux grand-pères. Ils témoignent tous les jours, non du simple souvenir, mais de ce que leurs mains ont fait et t'ont chargé de reprendre et de transmettre.

En ce moment où s'expliquent les tenants et opposants des structures familiales traditionnelles, où les profs des écoles défendent leur pré carré contre l’intérêt des enfants, tu t’apprêtes à faire table rase, encore, de ces objets que tu chargeais de valeurs et de devoirs.

Mais des préjugés, il y en a partout. A la communale ou au lycée, ta classe faisait toujours plus de 38 élèves, et alors ? Qui se serait plaint ? Tu baissais la tête et tu bossais. Point barre ! Tu t'es vite rendu compte que les enseignants, en quittant la fac pour enseigner au lycée ou à la communale, ils n'avaient aucune vision de la vie réelle, celle qui tous les jours maltraite les familles, les femmes et les hommes harcelés dans des travaux précaires. Protéger par l'institution, non seulement les murs et les grilles qui séparent la société de ces privilégiés, interdisent toute expression des adultes, parents responsables vers ces post-ados ignorant le monde de l'usine. Ils sont aussi protégés des comptes à rendre sur leur insuffisance.

Bien sur t'exagères, t'en connais tellement de ces profs qui ont le social comme moteur, qui savent mettre en œuvre l'aide sociale, orienter les parents perdus, animer les structures d'aide, palier les catastrophes d'orientation. Ils s'y font, sans retenue, des retours quotidiens après minuit, des week-end à préparer des dossiers. Dans le temps, on les aurait appelé des militants, des femmes des hommes qui s'engagent pour déminer le parcours scolaire, construit pour éliminer les faibles et sélectionner les forts.

Quoi de plus minable, que la journée d'information sur l'orientation, où le prof lit, sans la comprendre, la circulaire décrivant les choix possibles. Ah ! L'orientation vers les métiers manuels ! T'as envie de faire rendre gorge à ce proviseur prétentieux, qui pensant rendre moins humiliante l'orientation forcée des piégés du parcours scolaire, annonce sans rien y connaître que la métallurgie, la plomberie, ce n'est plus comme avant, qu'on ne se salit plus les mains. Il représente bien l'institution, ses valeurs, celle de la connaissance mémorisée, seul processus d'acquisition valide, celle de la primauté du savoir intellectuel sur la capacité à produire les biens et les services sans lesquels aucun de nous ne pourrait vivre. La désindustrialisation, c'est l'institution scolaire qui en a véhiculé le sens, bien avant l'opportunisme des capitalistes. La reconnaissance de l'intelligence de la main, de sa capacité à transformer une matière brute et informe en un accessoire technique indispensable, la reconnaissance du service quand le moteur redémarre, que la fuite s'arrête, que ton toit est beau. Personne ne discute le prix d'une collection de la « Pléiade », chacun conteste le prix du technicien à domicile pour son lave linge qui disjoncte.

- Alors, cette pierre, ce fusil ?

Ils sont tes repères de ces gestes que tu as acquis enfant. La main doit comprendre la matière qui compose l'outil, le fusil te sert pour affuter les couteaux, surtout les grands couteaux à découper les rôtis, les volailles. Tu ne choisis pas n'importe lequel. T'as vu ton grand père, ton père répéter le geste. Donner le coup de fusil, pour préparer la lame, c'est aussi le signal de ce que le repas préparé va être partagé. La lame affutée est nécessaire à ton habileté à découper au bon endroit, sans geste brusque, elle montre le prix que tu attaches à ce que tu manges. Il n'y a pas de cérémonial grandiloquent, simplement ce bon repas a un coût, c'est le fruit de ton travail, et le travail mérite respect. Il n'y a pas besoin de mots, les gestes portent le sens. Quand ton fils veut faire un repas de fête, c'est son tour de montrer comment sa découpe est sure.

La pierre, alors ? Oui, c'est une pierre à faux. Un outil redoutable, la faux. Tu avais déjà ta hache, tu fendais des dizaines de stères de bois, que tu n'avais pas le droit de toucher à la faux. T'as regardé le grand père, sortir de sa corne remplie d'eau, cette pierre. Il essuyait de ses doigts les herbes humides collées sous la lame, puis la pierre caressait l'acier, tintant sur le fil cassé, tordu. Patiemment, la pierre s'attardait sur la blessure qu'il faudrait battre plus tard. L'herbe était de nouveau couchée par le lent balancier des bras. Quelle fierté quand un soir de fatigue le grand père te tend la faux et te dis « vas-y mon grand ». Le lendemain, il te montrera le subtile coup de marteau qui amincit le fil sur l'enclume.

  • ben dis donc ! Il est temps que tu fasses table rase de ta ringardise ! Tu râles parce que ton boulot voulait plus de toi, mais tes valeurs remontent à l'age de pierre. Quant à tes remarques sur les profs, ta pédagogie de la pierre à faux est loin du sujet !

  • Moins que tu crois ! Ce qui compte c'est le chemin de la découverte, de l’appréhension d'un savoir faire. Dans un prochain sujet, je te parlerai d'un autre objet. Je ne m'en suis servi que pendant ma scolarité. J'en ai fait table rase dès mon premier job ! Là aussi, la main a prédéterminé la compréhension de la théorie. Et c'est le prof, jugé par ses pairs le plus minable, le prof de technologie, qui t'ouvre à son savoir faire. Les profs ne sont pas mauvais quand tu as une relation presque personnelle avec eux, ils sont même attentifs, curieux de ton évolution. Mais c'est le système qui s'est rigidifié autour de statuts obsolètes qui tourne le dos à la réalité. T'avais vingt-cinq ans quand avec tes collègues, tu montes un syndicat dans ta boite. Tu bosses dans une technologie en pleine accélération, tu vois tes collègues, dix ou quinze ans de plus que toi qui rament, pourtant ils gagnent deux fois ta thune. T'as première revendication c'est le plan de formation. Être capable de faire face à ce qui change. Remettre en cause les méthodes qui n'avaient pas cinq ans. Se remuer. L'époque était à « l'autogestion » et l'animation syndicale c'était d'abord la formation, ensuite le plan de carrière. Le moteur c'était le changement, l’innovation à prendre en compte. L'école, même professionnelle est toujours à la ramasse. D'abord consolider l'institution dans ce qu'elle a de plus monolithique, avant de prendre en compte la société qui tous les jours se bat pour s'adapter à un environnement en évolution constante et des conditions de vie de plus en plus difficiles.

Partager cet article

Repost 0
Published by AlbumRJ - dans Table rase
commenter cet article

commentaires

En balade sur L'AlblogRJ

Tags et Graffitis

 

Rechercher

esaai module

Esaai de texte libre dans le module

 

Autres Articles Du Thème

  • Le cœur de Paris depuis le Sacré Cœur.
    Le cœur de Paris depuis le Sacré Cœur. T'as maintenu ton blog en activé pour quelques semaines et voilà qu'on te propose de le mettre à jour dans la nouvelle version. Tu ne sais pas trop ce que ça va te couter en réparation. Mais banco, tu verras bien,...
  • Du 104 a la tour de Romainville.
    Images vues de la Tour du sacré cœur à Montmartre. Il y a deux mois je dis que je ferme le blog, et puis ce matin un nouveau sujet. Non, ce ne sont pas des mémoires d'outre tombe, mais pas loin. Donc, j'ai remis un peu de thune dans mon abonnement. On...
  • Tour Eiffel depuis le Sacré Coeur
    Bonne annné 2014. Tu ne pensais pas mettre un post pour le passage à l'année 2014. Ton blog va finir, tu n'en renouvelleras pas l'abonnement. Il faut dire que tu n'as plus l'esprit à la légèreté d'une bonne ballade en VTT. Depuis le Roussillon, où il...
  • Canal de l'Ourcq tranquille.
    C'était un beau dimanche tranquille. Tu étais sorti de bonne heure. Quand tu arrives au bassin de la Villette, les joggers toniques y vont de leurs foulées allongées. Il y en a même en short et bras nus. Quelle température ? Pas plus de 6 ou 7°. Les conditions...
  • Montmartre – Paysage d'automne.
    Le Sacré Cœur tour d'observation. Tu venais de passer une semaine difficile, il fallait te bouger pour retrouver un peu de dynamisme. Ta balade favorite te conduit naturellement, à pied, vers le canal de la Villette et le canal de l'Ourcq. T'as usé presque...