3 septembre 2012 1 03 /09 /septembre /2012 15:13

La rentrée c'est pas que pour les profs, pour les profits aussi !

 Grande Arche La Défense - 102

Comme tu sais, mes gosses travaillent à la Défense. J'y avais travaillé, il y a bien longtemps. J'ai aussi bossé de l'autre coté de l'Arche, sur Nanterre. J'ai pris le RER. Le « A » ! On devrait dire le « Haaa.... » comme dans le dernier souffle d'une détresse insondable. La rentrée, le RER la joue sur l'épuisement , sans humour. Tu te rappelles ce feuilleton à la radio, dans les années soixante, avec Zappy Max, « ça va bouillir ». Le RER A, c'est la suite, sans rire : on te compresse, on t'étuve, on t'angoisse, et on t'achève : « ce train ne prend plus de voyageurs, merci de descendre et de rejoindre votre destination par les correspondances ». Ils te disent pas « tirez vous, bandes de cons », mais le cœur y est. Ça va bouillir ! Ça va forcément bouillir! De la maltraitance pareille, quand c'est les cochons, les écolos, greenpeace manifestent. Les vétérinaires portent plainte à la SPA ! Là, rien ! Dans le feuilleton, le « Tonneau », Kurt von Strafenberg avait une invention diabolique pour capturer ses victimes, les enfermer au secret; le pauvre Zappy Max, d'épisode en épisode, expirait chaque fois plus profondément. Il ne lui restait qu'un souffle, on n'osait pas arrêter la radio de peur qu'il ne passe pour de bon. Le lendemain midi, on s'attendait au pire, pourvu qu'il ne lui soit rien arrivé ? Doucement, la radio nous laissait entendre, le souffle étouffé ; comment pouvait-il encore nous dire où il était et ce qui s'était passé hier ? On imaginait bien que c'était « pour de faux », mais avant de retourner en classe (on était plus souvent 40 que 35), on se faisait peur..

 

T'as connu les trolleys, les bus dont la plate-forme trainait par terre, les attentes, les soirs d'hiver dans le vent glacé, du bus coincé au rond point des Bergères. Le receveur hargneux parce que ta carte hebdo d'étudiant avait été poinçonnée sur le retour au lieu de l'aller ! Je te le dis, c'était le bon temps. Le RER A, c'est mille Zappy Max à l’agonie, les téléphones brouillés, tous s’épuisent dans un râle à avertir, un coup au bureau, un coup un rendez-vous, le plus souvent la nourrice : « c'est en panne, ils avaient annoncé un quart d'heure, mais non, ça ne repart pas. Je suis sur le quai, ils laissent encore descendre, on ne peut pas passer, le changement pour la « une » est bloqué, je ne sais pas quand je serai là ». Tu regrettes les grèves, au moins t'es averti, tu t'organises !

 

Ce feuilleton là, c'est pas du bidon, l'épisode se renouvelle presque tous les jours. Plusieurs choses, quand même, sont différentes avec la radio des années soixante. Le feuilleton change d'heure à chaque fois, quelque soient les explications, on n'y comprend rien, mais ce qui est sûr, c'est que demain il y aura un nouvel épisode imprévu : ça va bouillir sur le RER A !

 

Pendant que les salariés sont en panne de métro, les profits courent toujours sur la dalle de la Défense. T'entends : « les loyers sont tellement chers, qu'il faut rendre deux étages ! La RH est passée, ceux qui avaient deux bacs en abandonnent un, les armoires basses, c'est une pour quatre, les licences logicielles seront partagées, il y aura deux PC pour chaque licence en libre service : bonjour la bataille , quand les dix qu'y en ont besoin à 16h00 vont se jeter sur les postes ! »

 

Pendant ce temps là, sur cet espace si restreint et si cher, les tours montent ! Pour casser un bâtiment de moins de quarante ans et construire une nouvelle tour, les profits sont toujours là. Encore cinq mille gus qui vont s'ajouter à la cohue du RER A. La thune roule pour le bâtiment, si on taxait les profits générés pour financer le transport des employés, sûr que ça ralentirait l'entassement et les pannes. On va peut être, faute de mieux réactiver les "premières classes" : les « secondes » sont entassés dans le wagon, ils soutiennent à bout de bras les « premières » au dessus de leurs têtes. En plus, ils économisent le cour de step et de muscu !

 

Encore quelques photos du mois de juin. La fameuse « Grande Arche », n'est plus visitable. Les défauts de construction sont tels que la terrasse n'est plus accessible. Beaucoup de monde sur ses marches pour le pique-nique méridien. Du travail, pour le ramassage des sacs repas.

Partager cet article

Repost 0
Published by AlbumRJ - dans alblogrj
commenter cet article

commentaires

En balade sur L'AlblogRJ

Tags et Graffitis

 

Rechercher

esaai module

Esaai de texte libre dans le module

 

Autres Articles Du Thème

  • Le cœur de Paris depuis le Sacré Cœur.
    Le cœur de Paris depuis le Sacré Cœur. T'as maintenu ton blog en activé pour quelques semaines et voilà qu'on te propose de le mettre à jour dans la nouvelle version. Tu ne sais pas trop ce que ça va te couter en réparation. Mais banco, tu verras bien,...
  • Du 104 a la tour de Romainville.
    Images vues de la Tour du sacré cœur à Montmartre. Il y a deux mois je dis que je ferme le blog, et puis ce matin un nouveau sujet. Non, ce ne sont pas des mémoires d'outre tombe, mais pas loin. Donc, j'ai remis un peu de thune dans mon abonnement. On...
  • Tour Eiffel depuis le Sacré Coeur
    Bonne annné 2014. Tu ne pensais pas mettre un post pour le passage à l'année 2014. Ton blog va finir, tu n'en renouvelleras pas l'abonnement. Il faut dire que tu n'as plus l'esprit à la légèreté d'une bonne ballade en VTT. Depuis le Roussillon, où il...
  • Canal de l'Ourcq tranquille.
    C'était un beau dimanche tranquille. Tu étais sorti de bonne heure. Quand tu arrives au bassin de la Villette, les joggers toniques y vont de leurs foulées allongées. Il y en a même en short et bras nus. Quelle température ? Pas plus de 6 ou 7°. Les conditions...
  • Montmartre – Paysage d'automne.
    Le Sacré Cœur tour d'observation. Tu venais de passer une semaine difficile, il fallait te bouger pour retrouver un peu de dynamisme. Ta balade favorite te conduit naturellement, à pied, vers le canal de la Villette et le canal de l'Ourcq. T'as usé presque...