19 mars 2007 1 19 /03 /mars /2007 13:39
Descente de la Foz de Salinas entre les Mallos de Aguero.
 

Il faisait frais et venteux en haut de la Foz de Salinas. Pendant que nous montions, nous avions derrière nous la chaîne des Pyrénées. Ses sommets blancs tranchaient à peine avec le ciel gris qui nous avait recouvert brusquement. L’air est frais.. Juan nous dégote un petit refuge où nous mangeons tranquilles, et nous donnons une petite heure de sieste. De l’autre coté du col on aperçoit le petit village de San Felices dans la plaine. Il nous faudra encore marcher une heure pour découvrir les mallos de Aguero. Le chemin de descente n’est pas si facile. On s’y tord les chevilles. Faut dire aussi que le spectacle est là. Nez en l’air on guette les vautours et un peu plus loin les choucas. Pauses fréquentes et explications de Juan. Pas chauvin : « c’est mieux de venir à Ajuero que de faire le tour du monde. ».


Les mallos.

Ne cherchez pas dans le dictionnaire des Pyrénées les villages d’Aguero ou de Riglos. Il n’est fait référence qu’aux Mallos (de Riglos et d’Aguero). Leur composition : des monolithes de conglomérat. Nous verrons en faisant le tour des mallos de Riglos que c’est le paradis de l’escalade.

 

Même si le sentier est dur, les parfums de thym et d’autres fleurs nous accompagnent. Par moment une petite bruine aussi.

 

Un peu avant 18h00 le mini-bus nous reprend et nous dépose rapidement à Riglos. Nous découvrons les chambres d’hôtes d’Isabelle. Après la douche le groupe s’égaille, je fais le tour du village et quelques photos essayant de garder le souvenir de ces mallos comme une immense forteresse surplombant le village. Des « varappeurs » nous indiquent le bistrot, en bas au bord de la route. Soirée martini et pacharan. Isabelle annoncée comme bonne cuisinière nous reçoit avec une soupe qui ressemblait à une purée mousseline délayée dans trop d’eau, suivi par des boulettes de viande (je ne prétendrai pas que c’était du bœuf) surnageant dans une immense bassine de sauce rouge (et je ne prétendrai pas que c’était de la tomate). Le dessert arriva vite : une forêt noire dont le cœur n’avait pas eu le temps de décongeler. On s’en fout ! La journée avait été longue et pour certains trop dure. Alors la petite couette douillette et puis ronron.


Debut de rando : Jaca
Précédent : De Salinas à Aguero
A suivre:
Partager cet article
Repost0

commentaires

L
A voyager un jour en Islande, un jour dans le vent doux de l'Espagne, j'en ai la tête qui tourne. Où suis-je? Toujours dans le vent, dehors, les yeux clignant dans la lumiére oui, même en Islande. Les oreilles bourdonnantes des bruits de la nature, sources vives, cris des choucas et des vautours, des "puffins", des sternes, des mouettes. Les pieds endoloris certes mais réveillés qui deviennent de plus en plus "intelligents"  au fil des journées de marche.J'arrête vite, vite cette envolée lyrique, la terre est belle.Et les hommes un peu balauds....avez-vous vu la dernière invention des américains? Une passerelle en boucle, comme un énorme fer à cheval...Pour contempler sans se fatiguer le GRAND CANYON.Hein, elle est pas belle la vie?
Répondre
L
Et c'est exactement pour cette partie de la ballade que votre cher concombre était venu. Fantastique hein?Ceux qui auront suivi attentivement le récit de ce petit périple de 6 jours savent déjà que la mémoire est capricieuse. Mais comment s'appelait donc notre vaillant guide? Vous entendez sa voix sur la vidéo.......non pas Juan. mais Luis AngelUne coquille dans le reportage par ailleurs passionnant.Pardon à l'intéressé et merci à lui pour sa surveillance discréte. Le concombre est un légume qui manque de vélocité et il traînait souvent un peu loin de la troupe, à la merci des vautours.
Répondre

En balade sur L'AlblogRJ

Tags et Graffitis

 

Rechercher

esaai module

Esaai de texte libre dans le module

 

Autres Articles Du Thème

  • Le cœur de Paris depuis le Sacré Cœur.
    Le cœur de Paris depuis le Sacré Cœur. T'as maintenu ton blog en activé pour quelques semaines et voilà qu'on te propose de le mettre à jour dans la nouvelle version. Tu ne sais pas trop ce que ça va te couter en réparation. Mais banco, tu verras bien,...
  • Du 104 a la tour de Romainville.
    Images vues de la Tour du sacré cœur à Montmartre. Il y a deux mois je dis que je ferme le blog, et puis ce matin un nouveau sujet. Non, ce ne sont pas des mémoires d'outre tombe, mais pas loin. Donc, j'ai remis un peu de thune dans mon abonnement. On...
  • Tour Eiffel depuis le Sacré Coeur
    Bonne annné 2014. Tu ne pensais pas mettre un post pour le passage à l'année 2014. Ton blog va finir, tu n'en renouvelleras pas l'abonnement. Il faut dire que tu n'as plus l'esprit à la légèreté d'une bonne ballade en VTT. Depuis le Roussillon, où il...
  • Canal de l'Ourcq tranquille.
    C'était un beau dimanche tranquille. Tu étais sorti de bonne heure. Quand tu arrives au bassin de la Villette, les joggers toniques y vont de leurs foulées allongées. Il y en a même en short et bras nus. Quelle température ? Pas plus de 6 ou 7°. Les conditions...
  • Montmartre – Paysage d'automne.
    Le Sacré Cœur tour d'observation. Tu venais de passer une semaine difficile, il fallait te bouger pour retrouver un peu de dynamisme. Ta balade favorite te conduit naturellement, à pied, vers le canal de la Villette et le canal de l'Ourcq. T'as usé presque...