18 octobre 2006 3 18 /10 /octobre /2006 22:54
 
Cinéma de Quartier
 
Daroussin / Tardi
 
Le pressentiment.
 

C’est d’après sa biographie sa première réalisation. Le film est à l’image de l’acteur: fausse lenteur et étrangeté lucide. Ce fut un bon dimanche de cinéma. Salle comble et acquise, se libère lentement quand le générique est fini.

L’étrangeté: deux clés seront données dans le scénario, comme s’il fallait la justifier dans le monde rationnel. Moi j’imagine cela comme un conte poétique. Et cette étrangeté, j’aurais aimé qu’elle perdure au-delà du film. Ces deux clés m’encombrent. Elles empêchent l’espoir, cette sagesse d’un comportement sans calculs, acceptant toutes les faussetés des autres sans la moindre mise en cause. Etre soi, dans l’instant. Pouvoir faire devant la difficulté ce qui va de soi, sans précaution. Ne jamais craindre la malice, la perfidie parce qu’elles n’existent pas.

L’argent a trop d’importance dans ce film, il tue le rêve. La lenteur du personnage, c’est Charlot dans les lumières de la ville qui disparaît de l’univers de l’aveugle qui a retrouvé la vue. Discrètement. On aurait aimé que le réel glisse derrière l’imaginaire poétique. Seule la jeune immigrée est au même niveau d’étrangeté, parce qu’elle vit sans s’interroger, juste pour faire ce qu’elle suppose qu’on attend d’elle.

Le déclic qui bascule l’horloge du temps du futile, instantané et superficiel dans l’espace fini du temps qui reste, du sens de chaque acte, de la réponse concrète au besoin, bascule aussi le comportement dans l’étrangeté, incomprise mais tellement plus incarnée.

Daroussin est cette étrangeté : attitudes relâchées, regard doux, absence de colère, même son angoisse fait confiance à la vie.

 
****
Le secret de l’étrangleur.
 

Coïncidence, ce même week end je lis un vrai bon Tardi, « le secret de l’étrangleur ». Une vie apparemment tranquille qui elle aussi nous fait basculer de l’inconscient noir dans une logique de lumière froide et absurde.

J’aime vraiment Tardi. Comme beaucoup, bien sur, sans le connaître vraiment. Il a cette faculté de reconstituer un Paris sombre et présent qui me fait reconnaître chaque page comme si j’y avais été.

Sur le secret de l’étrangleur je ne vous dirais pas tout, seulement que ça se passe en 59. J’y étais ! Et l’ancrage de cette BD dans l’époque est souligné par une présentation de quelques évènements. Etrange écho à nos banlieues, la police faisait grève parce qu’elle avait subi trop de victimes….Une belle anecdote sur la « vie » ou plutôt la honte de vivre dans les bidonvilles de Nanterre et d’ailleurs. Et la guillotine comme emblème du règlement des conflits.

La magie de Tardi, est dans son personnage, de BD en BD notre héros se ressemble toujours, et il est chaque fois différent. Chaque scénario est l’occasion d’un regard désabusé, fataliste ou désespéré sur la noirceur d’un monde dominé par la bêtise et l’argent. Il est toujours cabossé par la vie, souvent il meurt (« Le der des Ders »), parfois il s’en sort (« Le petit bleu de la côte ouest »).

Au cinéma 1959 c’est les premiers romans de José Giovanni, un gracié de la guillotine, qui deviendront au ciné « le deuxième souffle «  et « classe tous risques ». Mais pour moi celui qui pourrait interpréter (ou plutôt aurait pu) les différents personnages de Tardi, c’est Serge Régianni (de « Casque d’or » au « Doulos » et enfin les « Aventuriers »). C’est lui le cabossé que j’imagine. Et là qu’advient-il de notre héros ?

 
Partager cet article
Repost0

commentaires

L
Je ne lis plus Télérama maintenant, ni l'Officiel des Spectacle (au fait existe-t-il toujours?). Mais j'attends avec impatience la critique cinématographique sur le site. Avez-vous remarqué, c'est écrit gros, c'est bien pour les presbytes!Bravo d'y avoir rajouté la BD. A quand une critique du dernier SODA?
Répondre
E
Le secret de l'étrangleur !!!!J'ai eu à la lecture de ces 5 journaux au format difficle a tenir à bout de bras, et l'attente du mois suivant pour avoir la suite.J'ai plongé tête baisée dans cet univers sombre.Tardi qui chaque vois que je le lis me met les yaux en situation, et je voyage est toujours de qualité.l'étragleur est parti vivement le prochain.Conseil s'il en est besoin, attendez quelques jours avant de couper les dernières pages de ce magnifique album.Je profite de l'occasion pour vous rapellr que le cri du peuple est de fort belle facture, aussi le romans que la BD.Bises et encore merci de m'ouvrir des portes.
Répondre

En balade sur L'AlblogRJ

Tags et Graffitis

 

Rechercher

esaai module

Esaai de texte libre dans le module

 

Autres Articles Du Thème

  • Le cœur de Paris depuis le Sacré Cœur.
    Le cœur de Paris depuis le Sacré Cœur. T'as maintenu ton blog en activé pour quelques semaines et voilà qu'on te propose de le mettre à jour dans la nouvelle version. Tu ne sais pas trop ce que ça va te couter en réparation. Mais banco, tu verras bien,...
  • Du 104 a la tour de Romainville.
    Images vues de la Tour du sacré cœur à Montmartre. Il y a deux mois je dis que je ferme le blog, et puis ce matin un nouveau sujet. Non, ce ne sont pas des mémoires d'outre tombe, mais pas loin. Donc, j'ai remis un peu de thune dans mon abonnement. On...
  • Tour Eiffel depuis le Sacré Coeur
    Bonne annné 2014. Tu ne pensais pas mettre un post pour le passage à l'année 2014. Ton blog va finir, tu n'en renouvelleras pas l'abonnement. Il faut dire que tu n'as plus l'esprit à la légèreté d'une bonne ballade en VTT. Depuis le Roussillon, où il...
  • Canal de l'Ourcq tranquille.
    C'était un beau dimanche tranquille. Tu étais sorti de bonne heure. Quand tu arrives au bassin de la Villette, les joggers toniques y vont de leurs foulées allongées. Il y en a même en short et bras nus. Quelle température ? Pas plus de 6 ou 7°. Les conditions...
  • Montmartre – Paysage d'automne.
    Le Sacré Cœur tour d'observation. Tu venais de passer une semaine difficile, il fallait te bouger pour retrouver un peu de dynamisme. Ta balade favorite te conduit naturellement, à pied, vers le canal de la Villette et le canal de l'Ourcq. T'as usé presque...