5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 16:39

Le bois d'Arancou.

Quand tu attrapes ton vélo cette fin d'après midi, tu sens qu'il renâcle.

-         Quoi ? Bientôt cinq heures ! Ça m'étonnerait qu'on aille bien loin ! Qu'est ce qu'il me veut le vieux VTTiste, maintenant ? Là ?


Toi, tu ne peux pas toujours t'expliquer avec ton vélo. Surtout que cette bicyclette là, te paraît vraiment capricieuse, jamais d'accord avec toi, besoin d'indépendance, critique des choix d'itinéraire. T'as aimé son cadre de rousse, mais t'imaginais pas que ce soit si piquant. Tu vieillis, t'as l'impression de ne plus tout maitriser.

C'est vrai que tu préfères les ballades matinales, moins chaudes, qui te donnent à la fois une limite sur la durée de la ballade, en même temps que de la souplesse, si tes divagations te font louper le repas familial. En plus, depuis que tu es au village, il fait beau ; rare qu'à dix heures tu ne sois pas parti. Mais le vieux VTTiste a des contraintes fourragères que ne connaît pas le vélo. Le jour de marché, tu remplis ton cabas !

La lumière du matin est meilleure pour la photo. Sous ce ciel lumineux bien avant midi, le plus beau paysage devient plat, écrasé. Tu ne le vois plus, aveuglé par la lumière. Les photos sont saturées. T'as du mal, aujourd'hui à comparer avec les photos argentiques, Partout tes ciels étaient bleus, plus ou moins un sur le diaphragme, et quand tu trouvais tes diapos huit jours après ton retour, elles étaient comme tu les espérais. D'ailleurs, quand tu les scannes, tu ne fais presque pas de retouche sur la lumière ou le contraste. Mais avec le numérique, tu satures vite, et même deux diaphragmes de moins peuvent te laisser un ciel blanc. L'avantage par contre, c'est que les ombres sont plus fouillées. En vélo, t'as pas toujours envie de bidouiller les réglages, et ta moisson fait un peu « arrachée »...


Cependant, ce jour là, il ne fait pas trop chaud, tu es en forme, les ballades t'on fait plaisir, alors tu veux un petit « quatre-heures », sans difficultés, trouver un coin où tu n'es pas passé...

Quand tu t'élances vers Poulonis, le dérailleur saute une ou deux fois. Jamais tu ne démarres par là, une cote raide à moins d'un kilomètre, tu sais qu'ensuite tu n'iras pas loin. T'es tranquille, tu enroules en souplesse, et c'est pas le dérailleur qui va te gâter ta journée. La descente s'entraine jusqu'au  fronton d'Arancou. La Bidouze est juste derrière, le chemin est là, mais tu ne le prends pas, t'es passé top souvent là, tu veux du neuf. Un peut plus loin tu vires, te laisses descendre, abandonnes la dernière maison, traverses un grand pré en fiche. C'était pas de l'herbe ni du maïs qui poussaient là ! Tu fais la bordure, puis tu t'engages dans le bois.


Tu ne vas pas très loin, la futaie devient épaisse, des troncs cassés encombrent un passage à peine marqué. Tu bascules ta bécane par-dessus, mais tu ne fais que du « fractionné », branches, ronces hautes t'obligent à des contournement pédestres.  A un moment tu testes deux trois directions aucune ne semble vraiment mener quelque part. Pourtant là, il y a une trace ! Faut essayer.

La bicyclette rouge que tu projettes au-dessus des ronces commence à la trouver moins drôle. Même les cuisses du vieux VTTiste ressemblent à un gribouillage rouge. La ronce a de l'épine. Quand une branche s'engage dans la roue, la bécane stoppe : « - t'auras bonne mine si tu me pète un rayon, et que ma roue te fera la danse du voile. »

T'es d'accord. Tu la laisses et fais un grand tour pour trouver un passage. Il y a longtemps que le chemin n'apparaît plus, et au bout de dix minutes tu dois bien constater que tu n'es pas sur d'où tu viens.  Tu décides de remonter autant que tu peux en poussant la bécane, il s'en faut d'une bonne vingtaine de mètres pour que tu atteignes la lisière du bois. En fait un énorme talus de ronces, doublé par deux rangs de barbelé. Tu  ne passeras pas. T'es écorché de partout, pour rien !


Quand tu retrouves ta trace t'es simplement soulagé de te remettre en selle, c'était juste pour voir...A la friche, il est presque sept heures, un tracteur s'annonce, t'avais fait une photo de la friche vide, il s'arrête, le conducteur descend.

-         Je ne m'attendais pas à trouver quelqu'un ici ?

-         J'ai fait un mauvais pari, je croyais rejoindre la Bidouze.

-         Ah ! Fallait passer derrière le fronton d'Arancou !

-         Je sais. Dites, je me demande ce que vous avez à faucher ici. On dirait du bois !

-         C'est une jachère, les buissons ont poussé vite ; ils ont débroussaillé et je dois labourer, celui là et un autre, paraît-il derrière le bois, mais je n'ai pas trouvé le passage.


On se dit où on réside, il habite le même village, mais plus loin vers la route de st Palais. Si tu le croises, le reconnaîtras-tu ? Pas sur !

Pour sauver l'esprit de la ballade, tu files vers Viellenave. En plus des brulures des ronces, tu t'es fait bouffer par une araignée, le poignet enfle. Tu fais tes photos et tu rentres. T'as l'impression d'être mou alors que t'as pas fourni un effort considérable, quand tu descends, tu constates la crevaison, tu ranges le vélo qui râle qu'on le maltraite, tu verras demain...

 

Voir aussi: le gué sur la Bidouze

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

O
<br /> Pour aller au bois d'Arancou le seul le vrai, tu n'as pas<br /> <br /> besoin de monter Polonis et de te crever pour rien<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> <br /> C'est du passé.<br /> <br /> <br /> s'agissait-il selement du bois d'arancou?<br /> <br /> <br /> Je me perd facilement quand je n'ai pas de carte, ou que je ne sais pas me situer;<br /> <br /> <br /> Mais, monter polonis, ça fait partie du jeu. Quand je ne pourrai plus grimper 50 m de dénivelé, la vie va manquer de sel!<br /> <br /> <br /> salu<br /> <br /> <br /> <br />

En balade sur L'AlblogRJ

Tags et Graffitis

 

Rechercher

esaai module

Esaai de texte libre dans le module

 

Autres Articles Du Thème

  • Le cœur de Paris depuis le Sacré Cœur.
    Le cœur de Paris depuis le Sacré Cœur. T'as maintenu ton blog en activé pour quelques semaines et voilà qu'on te propose de le mettre à jour dans la nouvelle version. Tu ne sais pas trop ce que ça va te couter en réparation. Mais banco, tu verras bien,...
  • Du 104 a la tour de Romainville.
    Images vues de la Tour du sacré cœur à Montmartre. Il y a deux mois je dis que je ferme le blog, et puis ce matin un nouveau sujet. Non, ce ne sont pas des mémoires d'outre tombe, mais pas loin. Donc, j'ai remis un peu de thune dans mon abonnement. On...
  • Tour Eiffel depuis le Sacré Coeur
    Bonne annné 2014. Tu ne pensais pas mettre un post pour le passage à l'année 2014. Ton blog va finir, tu n'en renouvelleras pas l'abonnement. Il faut dire que tu n'as plus l'esprit à la légèreté d'une bonne ballade en VTT. Depuis le Roussillon, où il...
  • Canal de l'Ourcq tranquille.
    C'était un beau dimanche tranquille. Tu étais sorti de bonne heure. Quand tu arrives au bassin de la Villette, les joggers toniques y vont de leurs foulées allongées. Il y en a même en short et bras nus. Quelle température ? Pas plus de 6 ou 7°. Les conditions...
  • Montmartre – Paysage d'automne.
    Le Sacré Cœur tour d'observation. Tu venais de passer une semaine difficile, il fallait te bouger pour retrouver un peu de dynamisme. Ta balade favorite te conduit naturellement, à pied, vers le canal de la Villette et le canal de l'Ourcq. T'as usé presque...