11 avril 2009 6 11 /04 /avril /2009 21:25

La sublimation de Tati !


T'as une vraie divergence avec un grand news du jeudi qui parle à propos du 104 de « vide abyssal » ; dans ton premier sujet tu parlais de vide sidéral. Qui a raison ?

Sur le vide nous sommes d'accord, historiquement cela désigne un espace inoccupé, vacant. J'y suis passé deux fois cette semaine, tu as une impression de deux fois plus vide ! Alors abyssal ou sidéral ?

Dans abysses, il y a profondeur. Pour toi, les profondeurs abyssales sont celles des océans, des eaux froides noires et secrètes ou tu rêves que quelques espèces rares vivent cachées, peut être même un monstre. Mais ce que tu vois en surface du 104 ne laisse pas d'espoir d'une profondeur quelconque, d'une découverte miraculeuse. Mais abysse nous fait penser à fosse, les fosses abyssales au fond desquelles a plongé sans remonter l'imagination des puissances culturelles...

Sidéral a rapport aux astres, aux étoiles, et le vide sidéral exprime l'espace sans vie ou sans matière entre les étoiles. Sans vie sans rien, même une idée mettrait plusieurs milliards d'années à parcourir cet espace. Les galactiques sont sur un terrain de foot, et leurs idées circulent à la vitesse du ballon. Peut-être primaires, mais accessibles et vivantes. Souvent une simple trajectoire, parfois un minuscule mouvement du corps déclenchent des élans d'admiration. Pour toi, ce qui rend ce vide sidéral, c'est la relation aux sommets des tours des Orgues de Flandres visibles au travers les verrières.

Pauvre Tati ! Non que son génie soit en péril. Non ! Pauvre Tati veut surtout dire célébration de Tati sans moyens. Un décor de contre-plaqué quelques accessoires : chapeau, parapluie, Chevrolet, vélo Solex et la maison des temps modernes. Pendant que je prenais des photos de ce lieu symbolique,  trois caméras filmaient. Sans doute une responsable de l'expo expliquait devant l'une d'elle, le besoin de faire découvrir aux enfants le monde imaginaire de Tati. Sublime. La sublimation étant le passage d'un corps solide à l'état gazeux. Voilà une idée fumeuse !

Tu sorts de là atterré, tu n'y comprends rien ! Tati c'est ses films, dans chaque école, dans chaque collège ! Autrement...

Ce quartier au coin de la rue Curial et de la rue de Crimée, met à la une des journaux quotidiens les rixes entre bandes de toutes sortes, et tu croies que le 104 va faire flipper les gamins à la découverte de Tati ? Le rêve, l'imaginaire, le bon sens et l'absurde sont introuvables sur zone !


Le lendemain, ce vendredi, tu repasses en fin de soirée en rentrant du ciné (le luxe bourgeois), il n'y a que les gardiens : ils te saluent, tu réponds, tu fais le tour du l'expo, ils te suivent. Devant un écran télé passe la vidéo de la construction de ce décor de cinéma, les équipes que t'as photographiées la veille. Tout le monde sourit ! Des accélérés te montrent les étapes de l'installation. Le petit soin pour le ratissage des graviers d'opérettes ! Toi, tu te rappelles tout le bazar   pour installer une fontaine modèle « nature et truc » qu'un « bobo » met une heure à installer dans un recoin de sa cuisine (à cause des fuites). Ils y seront jusqu'à six !


T'arrives devant chez toi un quart d'heures plus tard, le trottoir est jonché des poubelles éventrées. Ça te choque une fois de plus ! Tu le sais pourtant, pour voir le scénar tous les soirs ! Quand les poubelles sont sorties, une demi-heure avant le passage des bennes, les déshérités surgissent de nulle part, comme dans « la nuit des morts vivants », certains équipés de pinces, d'autres à main nues, et les poubelles sont vidées, les sacs éventrés, et  un  sac plus solide que d'autres, reçoit un à un les prélèvements de nos déchets.

Toute la largeur du trottoir sur plusieurs mètres te donne ce délicieux avant gout du bidon ville...Bien sur la « benne » ne peut ramasser tout ce qui n'est plus dans les conteneurs et les sacs qui tiennent encore. Alors le lendemain comme par gravitation, pleins d'autres gravats et ordures s'agglutinent sur les bases des premières déjections.


Tu repenses à  la patience méticuleuse des ouvriers municipaux qui ont reconstruit l'imaginaire de Tati au 104, retirant un à un les cailloux blancs égarés dans l'aire des graviers noirs ou consolidant le "poisson fontaine".


Est-ce que le premier degré de la culture dans nos quartiers pauvres ne passe pas par le droit à manger, puis à vivre propre et digne.  Quel film aurait pu faire Tati d'un monde absurde où vingt personnes construisent un temple factice, dans un espace désert et inutile,  quand tant d'autres se nourrissent dans les poubelles ?

 

voir aussi: 104 nouvel unité de mesure du vide sidéral

Autour du 104 - le crachat

Partager cet article
Repost0

commentaires

En balade sur L'AlblogRJ

Tags et Graffitis

 

Rechercher

esaai module

Esaai de texte libre dans le module

 

Autres Articles Du Thème

  • Le cœur de Paris depuis le Sacré Cœur.
    Le cœur de Paris depuis le Sacré Cœur. T'as maintenu ton blog en activé pour quelques semaines et voilà qu'on te propose de le mettre à jour dans la nouvelle version. Tu ne sais pas trop ce que ça va te couter en réparation. Mais banco, tu verras bien,...
  • Du 104 a la tour de Romainville.
    Images vues de la Tour du sacré cœur à Montmartre. Il y a deux mois je dis que je ferme le blog, et puis ce matin un nouveau sujet. Non, ce ne sont pas des mémoires d'outre tombe, mais pas loin. Donc, j'ai remis un peu de thune dans mon abonnement. On...
  • Tour Eiffel depuis le Sacré Coeur
    Bonne annné 2014. Tu ne pensais pas mettre un post pour le passage à l'année 2014. Ton blog va finir, tu n'en renouvelleras pas l'abonnement. Il faut dire que tu n'as plus l'esprit à la légèreté d'une bonne ballade en VTT. Depuis le Roussillon, où il...
  • Canal de l'Ourcq tranquille.
    C'était un beau dimanche tranquille. Tu étais sorti de bonne heure. Quand tu arrives au bassin de la Villette, les joggers toniques y vont de leurs foulées allongées. Il y en a même en short et bras nus. Quelle température ? Pas plus de 6 ou 7°. Les conditions...
  • Montmartre – Paysage d'automne.
    Le Sacré Cœur tour d'observation. Tu venais de passer une semaine difficile, il fallait te bouger pour retrouver un peu de dynamisme. Ta balade favorite te conduit naturellement, à pied, vers le canal de la Villette et le canal de l'Ourcq. T'as usé presque...