4 juin 2008 3 04 /06 /juin /2008 20:26

Ushuaia - Terre de feu

Argentine (15)

Quatre hommes argentins

***

Les mots que ton imaginaire associent à Ushuaia :

La Terre de feu, le Cap Horn, le Détroit de Magellan, ça c'est pour tes souvenirs scolaires.

Aventure, découverte, fin du monde, pays neuf, ça c'est les premières émissions TV sur le thème.

Ecologie, écosystème, autosuffisance, terre protégée, nature préservée, ça c'est le marketing « vert », qui a fait campagne récemment.

Combien de Yamana sont morts ?

***

 


La Terre de feu, Ushuaia, tu fantasmes, t'imagines être déboussolé par la découverte, être abasourdi par le choc des images, palper le parfum de l'écologie...Les trois jours et deux nuits que tu passeras là sont des journées de détente. D'abord quand le premier rendez vous est à 10h00, c'est que la journée de tourisme sera courte. L'information suivante, faire 80 km vers l'Est, le long du canal de Beagle, un peu de nature, une estancia désaffectée, les manchots sur une ile proche de l'ile Gable, un bon restau le midi, soirée libre.

Cette journée, je la marque de ces quatre hommes, tous argentins qui incarnent la vie dans ce coin de la terre de feu.


D'abord ce nuage lenticulaire, quand tu connais l'anarchie brownienne des flux nuageux dans cet environnement, tu t'étonnes de cette « lentille » si bien formée que tu verras passer au-dessus de toi.

Nous nous arrêtons ensuite au mont  Olivia, où Alexandre notre conférencier nous indique les montagnes de la Cordillère Darwin orientée Nord-ouest / Sud-est, la « pointe du harpon » (en trident). Les montagnes ici ne sont pas très hautes, moins de 1500 mètres, le mont Darwin va jusqu'à 2150.  Puis nous découvrons le lac curieusement noir, la tourbe sous l'eau. La tourbe est présente partout. Elle est exploitée. Mais quand Alexandre nous explique le temps qu'il avait fallu pour la générer, on est interloqué, même si elles sont « protégées », leur exploitation est un enjeu environnemental.

Ensuite viennent les histoires sur l'invasion du lieu par deux petits animaux, apparemment anodins, mais funestement ravageurs. Dans la région d'Ushuaia il y a des arbres en quantité. Des faux hêtres. Je ne me rappelle plus le nom scientifique. L'introduction des castors du canada, au début pour l'élevage des peaux et maintenant, pour rien. Ils ruinent  la foret, font tomber un à un les arbres, qui restent là, à pourrir. Officiellement leur décomposition régénère l'humus. Et la surprise des surprises, c'est monsieur lapin. Il n'y en avait pas, les colons les ont introduits au XIX, comme ils n'ont pas de prédateurs et qu'ils ne sont pas consommés, ils ont tout envahi.

Bonjour l'écologie ! Ushuaia, c'est pas forcément une référence !


Sur la vidéo quelques images aussi d'une station de ski, avec élevage de chiens de traineaux, et hôtel coquet facilement accessible depuis Ushuaia.

 

Nous voilà donc à la Estancia Harberton. Fondées en 1886 par un missionnaire, Thomas Bridges. Un dvd, c'est tout ce qui subsiste de l'activité. Elevage des moutons, exploitation des forêts. Cet homme amenant son cheval à son piquet de pâture doit s'en souvenir. Entre le tri des dizaines de milliers de moutons, leur tonte, le travail de la laine, le tannage des peaux, et son pas lourd d'aujourd'hui sous le regard des touristes, une génération à peine, et le voilà jardinier d'une terre qui ne produit rien que du spectacle.

L'avenir est là, c'est le jeune Alexandre, notre conférencier. Un français impeccable, une culture 360 degrés. Il montre tout, donne une raison à tout. Explique le peuplement, par les bagnards, de la région d'Ushuaia, puis les aides économiques à l'installation des populations et des industries dont a bénéficier la région, puis après le départ de Carlos Menem (qui a vendu toutes les activités rentables), le lent déclin. En quelques années Ushuaia est passée de 15000 à 70000 habitants. Pas tous, « habilités ». Il nous montrera les maisons « traineaux », que l'on déplace pour échapper à certaines contraintes législatives.  Du coup aujourd'hui, c'est le développement du tourisme, des résidences secondaires qui assure la vie économique de la terre de feu.

 

Le passé, c'est cet homme figurant sur la brochure du parc national. Les habitants, des  indiens Yamana, installés 10 000 ans avant notre ère. Ils vivaient nus dans cette région australe. Chassaient les oiseaux, pêchaient, principalement au harpon.  Bridges, le fondateur de l'estancia Harberton avait élaboré un dictionnaire recensant 35000 mots Yamana. La Terre de Feu avait été protégée des invasions coloniales. Elle ne résistera pas à l'évangélisation par les missionnaires. En même temps que la fameuse « bonne parole », ils apportèrent, les vêtements,  la déculturation et les maladies. Fin des Yamana.

 

Alors cet homme au bras cassé que l'on voit étirer une lanière, que lui reste-il comme avenir dans la  Terre de Feu ? Notre conférencier expliquait qu'à Ushuaia, 80% de la population vivaient des subsides de l'état.  Entretient-il le patrimoine des descendants des Bridges, pour y faciliter le regard des visiteurs sur les vieux accessoires abandonnés dans ce hangar  pour la tonte des moutons ? Les agences de voyages qui facturent si cher la visite de ce coin perdu lui permettent-elles seulement de vivre correctement ? Le prix d'entrée pour voir trois machines délabrées et un vieux tracteur, deux ou trois arbres conservés avec soin, une hutte façon « origine Yamana » n'a pas de sens.

Mais le marketing est assuré par Alexandre, c'est lui l'homme de ce temps ! Grace à lui, tu fais des milliers de km pour confronter ton imaginaire à la réalité.


Quand nous rentrerons à Ushuaia, le rêve sera régénéré sur le port. Le son de la sirène du bateau partant pour l'Antarctique te surprend, tu l'écoutes et tu décides, il faudra que je revienne et que je passe le Cap Horn.

La vidéo est un peu longue, je sais, prends le temps quand même...

A suivre:les manchots de Magellan

Précédent: Arrivée à Ushuaia

Début: Retour d'Argentine

 

 

Voir Aussi: La tonte

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
je trouve très révoltant de voir un grand pays avec tant de ressources, entre les mains de quelques arrivistes européens. comment peut-on laisser de si beaux endroits se dégrader pour le plaisir du club du troisième âge à la recherche d'un peu d'exotisme!? un vrai touriste est un individu qui voyage pour découvrir et aller à la rencontre d'autres cultures. la découverte de l'Argentine ne doit pas se faire par un français! sauf si 'lon recherche le point de vue confortant de l'européen de base. ce pays est trop exploité par les non-résdients.
Répondre
A

Bonjour Sophia,
C'est la première fois que je me fais sermoner sur ce blog, plutôt invisible, et mon étonnement est toujours aussi grand de m'apercevoir que quelqu'un l'a vu.
 Concernant le point spécifique d'Ushuaïa, ce ne sont pas vingt ou trente touristes guidés par un jeune argentin qui sont responsables de la situation économique de la région. Tout au long de
notre séjour argentin, partout les guides locaux tous argentins, ont eu à coeur dans leurs conférences et exposés de nous faire découvrir l'histoire de ce pays, les conséquences de l'invasion
espagnole, les affrontements géopolitiques entre les peuples (et les colons) d'Amérique du sud, les grands pays impérialistes comme l'Angleterre. Le développement récent de l'Argentine, jusqu'à la
crise économique du début de ce siècle.
Je suis sur que grace à ce voyage, le regard sur l'Argentine des vingt touristes du troisième age à changé.
Je suis plus inquiet sur les conséquences de la course automobile, "le Dakar".
 Il arrive un jour où tu ne peux plus porter ton sac à dos, et dormir par terre en attendant un éventuel transport...Dois-tu pour autant renoncer à visiter un pays qui te facine? Bien sur
celui qui peut voyager seul, être autonome, a le temps de la recontre profonde, réelle en tire un bénéfice personnel incomparable. Celà ne change rien non plus à la réalité de ceux qui vivent
là.
Enfin, concernant Ushuaïa et sa région, il est clair que les infrastructures touristiques installées autour des activité de "nature", ciblent d'avantage les familles aisées de Buenos Aires que
quelques assez rares touristes étrangers.
De belles régions françaises, aux activités économiques traditionnelles déclinantes ont du elles aussi se tourner vers le tourisme. l'échange n'est plus le même, mais se lamenter ne sert à
rien.
Merci de ton commentaire.


L
Ah RJ, RJ, merci. Grâce à toi, je fais à nouveau le voyage. Je suis sûre de ne pas avoir vu tout cela avec mes yeux. Heureusement que les tiens sont là. Ils ont plus d'intelligence, je devrais dire de sensibilité. Protège les STP
Répondre

En balade sur L'AlblogRJ

Tags et Graffitis

 

Rechercher

esaai module

Esaai de texte libre dans le module

 

Autres Articles Du Thème

  • Le cœur de Paris depuis le Sacré Cœur.
    Le cœur de Paris depuis le Sacré Cœur. T'as maintenu ton blog en activé pour quelques semaines et voilà qu'on te propose de le mettre à jour dans la nouvelle version. Tu ne sais pas trop ce que ça va te couter en réparation. Mais banco, tu verras bien,...
  • Du 104 a la tour de Romainville.
    Images vues de la Tour du sacré cœur à Montmartre. Il y a deux mois je dis que je ferme le blog, et puis ce matin un nouveau sujet. Non, ce ne sont pas des mémoires d'outre tombe, mais pas loin. Donc, j'ai remis un peu de thune dans mon abonnement. On...
  • Tour Eiffel depuis le Sacré Coeur
    Bonne annné 2014. Tu ne pensais pas mettre un post pour le passage à l'année 2014. Ton blog va finir, tu n'en renouvelleras pas l'abonnement. Il faut dire que tu n'as plus l'esprit à la légèreté d'une bonne ballade en VTT. Depuis le Roussillon, où il...
  • Canal de l'Ourcq tranquille.
    C'était un beau dimanche tranquille. Tu étais sorti de bonne heure. Quand tu arrives au bassin de la Villette, les joggers toniques y vont de leurs foulées allongées. Il y en a même en short et bras nus. Quelle température ? Pas plus de 6 ou 7°. Les conditions...
  • Montmartre – Paysage d'automne.
    Le Sacré Cœur tour d'observation. Tu venais de passer une semaine difficile, il fallait te bouger pour retrouver un peu de dynamisme. Ta balade favorite te conduit naturellement, à pied, vers le canal de la Villette et le canal de l'Ourcq. T'as usé presque...