15 mai 2008 4 15 /05 /mai /2008 21:34
Argentine (13)
Cachi Salta, fin des vallées Calchaquies
- Le Cordero de Dios -

Ce matin, je trie quelques photos, quelques vidéos sur la fin de notre périple dans les vallées calchaquies. Tout au long du chemin notre conférencier nous parle des indiens Diaguitas, qui ont troqué avec facilité « Pacha Mama » pour « Santa Maria ». Le peuplement puis la colonisation de cette vallée des Andes est pour moi une vraie découverte. Mais ça ne fait pas une histoire pour mon blog...

*

Heureusement je suis sauvé par le film argentin « Cordero de Dios », ils ont traduit çà en français « Agnus Dei ». Un titre à faire fuir. On comprend dans le film qu'une agnelle blanche en peluche sera une clé de l'intrigue. Je t'ai déjà dit tous les films argentins que j'ai vus ces dernières années. Chaque fois tu es emporté par la puissance des personnages et des paysages. Même si certains scénarios sont moins forts que d'autres. Toujours, tu es plongé au cœur de la complexité de l'organisation sociale de ce pays, et de cette culture hybride espagnole et indienne. Là, l'enlèvement d'un « grand-père », vétérinaire d'un « ami » de l'ancienne junte des Généraux, confronte sa petite fille à la découverte des épreuves traversées par ses parents qu'elle ne soupçonnait pas. On passe de la « résistance » comme dans nos vieux films en noir et blanc, à l'Argentine « moderne » qui débute sa crise économique. Un bon thème. Comme c'est un film qui joue sur les bons sentiments, la fin est très hollywoodienne. Moi j'ai surtout apprécié de revoir Buenos-Aires, le Reitiro, le Rio de la Plata. Et puis goutez le maté !

*

A Cachi, nous arrivons dans un hotel-restaurant moderne, en haut d'une colline qui nous donne un magnifique paysage sur la vallée. Un parc boisé offre des barbecues à des visiteurs de passage. Il y a des oiseaux partout.
Nous visiterons deux sites remarquables. D'abord l'église San José. Comme çà, tu ne repères pas sa spécificité. Dans les Andes, à ces hauteurs (on est entre 2400m et au col on sera à 3420m), le bois n'existe pas. Décor minéral. Il n'y a que des cactus. Dont le fameux parc naturel des Cardones, arbrite le plus grand nombre, pour les protéger. La charpente de l'église est en bois de cardon. Etroite (car les cactus ne grandissent pas comme les arbres) et longue (41m) ce qui lui donne un aspect très particulier à sa nef. Comme une carène renversée. Et puis aussi la statuaire de l'autel, simple et pourtant émouvante.

Le musée archéologique Pio Pablo Diaz permet à nos conférencières de s'en donner à cœur joie sur les premières civilisations des Andes. Le musée leur permet de te faire passer du Xème siècle avant JC, aux années 1450 avec l'arrivée des Incas. Puis Un siècle de résistance des Diaguitas à la colonisation espagnole. J'ai surtout mis les photos des murs peints qui ornent le musée.

Nous avons passé la journée au soleil, mais un amas de nuages nous empêche de voir le Cerro San Martin qui culmine à 6380 m. Il est pourtant juste devant nous.

L'après midi nous devons retourner à Salta en traversant le très attendu parc naturel des Cardones. Sur le papier, la route est bien tracée, mais elle est en terre, étroite et grimpe raide. A l'entrée du parc, on s'arrête pour faire les premières photos de cactus, quand, en quelques minutes nous voyons monter de la vallée, poussée par un vent bien frais et très soutenu, une brume épaisse. Dix minutes après c'est une pluie fracassante qui assomme notre bus. On n'y voit rien à dix mètres et les chauffeurs ralentissent la cadence. On monte toujours à flanc de montagne. Arrêt brutal ! Des pierres roulent devant nous. On attend, puis le bus y va. Moins de deux kilomètres et là, tout est coincé. Il y a même un petit bouchon d'une dizaine de véhicules. Cette partie de la route, toujours en travaux, est traversée par un fort torrent. Un pick-up s'y était engagé et reste là, planté, moteur noyé, capot levé. Ils sont quatre ou cinq à s'activer. Le tractopelle est bloqué par deux camions immobilisés. Il faut attendre. Nous mettrons plus de trois heures pour les 50 derniers kilomètres.

 


A Salta, ce soir là, ce sera diner libre. Ouf, on décompresse. Ces quatre jours dans les vallées calchaquies nous auront saoulés de bus, et de restaus traditionnels. Nous avons manqué de temps, chaque site valait une demi-journée de découverte, au moins deux jours de plus ! Mais les sensations sont là. Vivre au pied des Andes, il faut avoir le caractère trempé !

Début: Retour d'Argentine

Précédant : molinos

A suivre: arrivée à Ushuaia


Partager cet article
Repost0

commentaires

En balade sur L'AlblogRJ

Tags et Graffitis

 

Rechercher

esaai module

Esaai de texte libre dans le module

 

Autres Articles Du Thème

  • Le cœur de Paris depuis le Sacré Cœur.
    Le cœur de Paris depuis le Sacré Cœur. T'as maintenu ton blog en activé pour quelques semaines et voilà qu'on te propose de le mettre à jour dans la nouvelle version. Tu ne sais pas trop ce que ça va te couter en réparation. Mais banco, tu verras bien,...
  • Du 104 a la tour de Romainville.
    Images vues de la Tour du sacré cœur à Montmartre. Il y a deux mois je dis que je ferme le blog, et puis ce matin un nouveau sujet. Non, ce ne sont pas des mémoires d'outre tombe, mais pas loin. Donc, j'ai remis un peu de thune dans mon abonnement. On...
  • Tour Eiffel depuis le Sacré Coeur
    Bonne annné 2014. Tu ne pensais pas mettre un post pour le passage à l'année 2014. Ton blog va finir, tu n'en renouvelleras pas l'abonnement. Il faut dire que tu n'as plus l'esprit à la légèreté d'une bonne ballade en VTT. Depuis le Roussillon, où il...
  • Canal de l'Ourcq tranquille.
    C'était un beau dimanche tranquille. Tu étais sorti de bonne heure. Quand tu arrives au bassin de la Villette, les joggers toniques y vont de leurs foulées allongées. Il y en a même en short et bras nus. Quelle température ? Pas plus de 6 ou 7°. Les conditions...
  • Montmartre – Paysage d'automne.
    Le Sacré Cœur tour d'observation. Tu venais de passer une semaine difficile, il fallait te bouger pour retrouver un peu de dynamisme. Ta balade favorite te conduit naturellement, à pied, vers le canal de la Villette et le canal de l'Ourcq. T'as usé presque...