11 mai 2007 5 11 /05 /mai /2007 17:59
J’aime mon ghetto (3)
Découverte à la « Vache Bleue »

Ce 6 mai, j’avais pris mon caméscope pour revisiter les coins d’une ballade en février. Les photos, que je vous présente néanmoins étaient tristes. Je m’étais interrogé sur qui pouvait vivre sous les voûtes du train qui enjambe le canal.9-bord-du-bassin.jpg

 

 

Tu me demandes souvent pourquoi j’ai ce regard complaisant pour tout ce qui exprime ce temps arrêté des friches industrielles. Sûrement, parce qu’aujourd’hui j’aurais voulu me souvenir plus concrètement de ce temps où le travail était une étape de la construction d’un homme, où la valeur du travail était visible, préhensible sur une table d’atelier, où l’effort structurait la solidarité de ceux qui trimaient à coté de toi. Aussi parce que la mise à la retraite forcée, c’est un peu ces ateliers abandonnés. L’individu aussi, est mis au rebut de la société post-industrielle. Inutile de chercher comment on pourrait le réutiliser, on le laisse de coté.

 

Les vieux murs ont cette chance qu’ils servent encore à l’expression des jeunes qui crient qu’ils existent.

 

Ces photos exposent le face à face de la société neuve et  des ateliers en démolition. Le travail se réfugie dans l’abstraction informatique, invisible, secret, où le travail en groupe (on disait dans les années 90 avec l’avènement des réseaux, le travail coopératif), se réduit à partager des fichiers abstraits. Les bureaux paysagés réunissent des êtres fantômes, anonymes, isolés qui tapent sur un clavier des phrases magiques. La valeur ajoutée a remplacée la « beauté » du travail !

 

Perdu dans le viseur de mon caméscope, je regarde sans comprendre la décoration des voûtes bleues. D’un coup, je suis interpellé par une voie forte qui me demande si je suis intéressé par la peinture ? Une femme solide, déterminée, m’emmène en quelques pas à la voûte 87 où elle me présente Alberto. Qui vient d’Espagne et fait les beaux arts.

 

Tu me connais assez pour savoir que je n’ai pas de sens artistique. Mais l’ambiance de cette voûte qui diffuse une lumière claire, les odeurs de peintures, et la confiance en lui de ce jeune peintre me donnent l’envie d’en savoir plus.

 

Sur la vidéo je ne montre aujourd’hui que « la rue de Ménilmontant ».

 

 
 

J’ai deux autres sujets de prêts. Le dernier sur la « femme qui a peur » est un petit bijou.

 

Si vous voulez connaître Alberto, j’ai son mail, faites moi signe.

Précédant: les artistes font le mur:

Premier: les barreaux verts

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
Vite la suite. J'ai envie de tout voir....les autres tableaux.On reste sur sa faim. Voici un nouvel amoureux de Paris et qui a les moyens pour exprimer sa passion, la lumière et la poésie de la ville. 
Répondre
E
Tout à fait génial!J'espère pour tout voir.Merci. et bravo.
Répondre
A
Salut et merci pour les encouragements Eric.Le hasard fait tellement de choses, et le retraité flanneur solitaire est diponible pour plein de rencontre. juste il faut siuhaiter qu'il tombe bien.BisesRJ

En balade sur L'AlblogRJ

Tags et Graffitis

 

Rechercher

esaai module

Esaai de texte libre dans le module

 

Autres Articles Du Thème

  • Le cœur de Paris depuis le Sacré Cœur.
    Le cœur de Paris depuis le Sacré Cœur. T'as maintenu ton blog en activé pour quelques semaines et voilà qu'on te propose de le mettre à jour dans la nouvelle version. Tu ne sais pas trop ce que ça va te couter en réparation. Mais banco, tu verras bien,...
  • Du 104 a la tour de Romainville.
    Images vues de la Tour du sacré cœur à Montmartre. Il y a deux mois je dis que je ferme le blog, et puis ce matin un nouveau sujet. Non, ce ne sont pas des mémoires d'outre tombe, mais pas loin. Donc, j'ai remis un peu de thune dans mon abonnement. On...
  • Tour Eiffel depuis le Sacré Coeur
    Bonne annné 2014. Tu ne pensais pas mettre un post pour le passage à l'année 2014. Ton blog va finir, tu n'en renouvelleras pas l'abonnement. Il faut dire que tu n'as plus l'esprit à la légèreté d'une bonne ballade en VTT. Depuis le Roussillon, où il...
  • Canal de l'Ourcq tranquille.
    C'était un beau dimanche tranquille. Tu étais sorti de bonne heure. Quand tu arrives au bassin de la Villette, les joggers toniques y vont de leurs foulées allongées. Il y en a même en short et bras nus. Quelle température ? Pas plus de 6 ou 7°. Les conditions...
  • Montmartre – Paysage d'automne.
    Le Sacré Cœur tour d'observation. Tu venais de passer une semaine difficile, il fallait te bouger pour retrouver un peu de dynamisme. Ta balade favorite te conduit naturellement, à pied, vers le canal de la Villette et le canal de l'Ourcq. T'as usé presque...